Navigation – Plan du site

Les pluriels internes de l'arabe : système et conséquences pour l'architecture de la grammaire

Alain Kihm
p. 109-156

Résumés

Les pluriels internes des noms et des adjectifs en arabe, aussi appelés pluriels "brisés", posent un défi à la théorie morphologique : ils ne mettent pas ouvertement en jeu l'affixation d'un morphème de pluralité, mais semblent plutôt reposer sur un contraste de formes qui, si elles partagent la même racine consonantique, diffèrent, entre autres, pour la vocalisation. Cet article propose une analyse de la formation des pluriels internes qui dérive toutes les formes par un unique processus, à savoir l'insertion de l'un des trois glides /I/, /U/ et /A/ dans un site particulier localisé entre la 2e et la 3e consonne radicale, le site post-C2, avec pour effet la création d'une position d'attaque (C) ou de noyau (V). Il explore ensuite les conséquences de cette analyse pour l'organisation générale de la grammaire. On y développe une version modifiée de la théorie dite "Morphologie Distribuée", telle que le lexique est conçu comme un ensemble d'ensembles d'éléments pourvus de significations mais dépourvus de forme, et l'épel est une fonction qui prend des ensembles d'éléments pour produire des objets phonologiques bien formés, à savoir des suites CV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kihm, « Les pluriels internes de l'arabe : système et conséquences pour l'architecture de la grammaire », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 32 | 2003, mis en ligne le 06 juin 2005, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rlv.revues.org/473 ; DOI : 10.4000/rlv.473

Haut de page

Auteur

Alain Kihm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page