Navigation – Plan du site

Datif, possessif, article défini, ou comment se passer de la possession inaliénable

Mario Barra-Jover
p. 43-60

Résumés

Le nombre de contextes permettant la présence d'un article à la place d'un possessif dans les cas du type Jean lève la jambe peut changer d'une langue à l'autre (les cas du type Jean l'a pris par la main étant de nature différente). Cette variation rend difficile toute explication fondée sur les traits encyclopédiques du nom impliqué. À partir du problème contrastif posé par l'anglais, l'espagnol et le français, est proposée une hypothèse qui retient comme facteur explicatif la distribution du datif. Lorsqu'une langue, comme c'est le cas de l'anglais, ne possède pas de datif (dans le sens morphologique du terme), la construction avec article n'est pas possible. Lorsqu'une langue possède un datif, la distribution de l'article dépend de la capacité des verbes à intégrer comme argument interne un argument locatif exprimant un rapport de contiguïté. Le verbe français peut le faire pour les prédicats dont la grille thématique permet l'existence d'un But, tandis que les verbes espagnols ne sont pas soumis à cette contrainte. Ceci expliquerait l'abondance de contextes accessibles à l'article en espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mario Barra-Jover, « Datif, possessif, article défini, ou comment se passer de la possession inaliénable », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 31 | 2002, mis en ligne le 06 juin 2005, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rlv.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/rlv.365

Haut de page

Auteur

Mario Barra-Jover

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page