Navigation – Plan du site

Le statut des consonnes flottantes dans la morphologie du verbe français depuis le Moyen Âge

Yves-charles Morin

Résumé

Les verbes du français moderne dont les infinitifs se terminent par -ir, -oir ou -re font typiquement intervenir deux radicaux, un radical court et un radical long; p. ex. pour battre, les radicaux °ba (il bat) et °bat (qu'il batte). Cet article montre que le radical court à la 1sg du présent de l'indicatif s'observe très tôt dans certains dialectes de l'ancien français, bien avant qu'il n'est normalement admis. Deux mécanismes sont impliqués: une analogie traditionnelle sur le modèle de devoir pour les verbes du type recevoir, fondée sur l'identité phonique des terminaisons, et une généralisation à la pause de la forme de sandhi devant consonne, qui affecte d'abord les verbes dont les radicaux se terminent par plusieurs consonnes, comme pendre ou garder. Enfin, une autre analogie rend compte de ce qui constitue probablement la première forme de liaison du français: l'apparition d'un [z] après les formes du 1sg du présent de l'indicatif devant un mot à initiale vocalique, comme dans je ri z-et pleure. Dans de nombreux usages, ce [z] de liaison n'avait pas de contrepartie sourde à la pause; ainsi (je) ri se prononçait [ri], contrairement à (tu) ris qui se disait [ris].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves-charles Morin, « Le statut des consonnes flottantes dans la morphologie du verbe français depuis le Moyen Âge », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 30 | 2001, mis en ligne le 06 juin 2005, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rlv.revues.org/307 ; DOI : 10.4000/rlv.307

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page