Navigation – Plan du site

Genericity and (Non)accidentalness

Yael Greenberg
p. 163-190

Résumés

Cet article entreprend de clarifier la nature de la « law-likness » ou « non-accidentalité » qu’expriment, selon l’opinon courante, les phrases génériques. Pour ce faire, il examine les interactions des ces phrases génériques avec une construction qui semble exprimer « l’accidentalité », à savoir la construction en happens to (comme dans John happens not to see well, fr. il se trouve que John ne voit pas bien). En particulier, il s’avère que les génériques avec un sujet pluriel nu (génériques BP, comme Dogs have four legs, fr. les chiens ont quatre pattes), mais pas les génériques avec un sujet indéfini singulier (génériques IS, comme A dog has four legs, fr. un chien a quattre pattes), sont compatibles avec cette construction (cf. Dogs happen to have four legs vs #A dog happens to have four legs). J’analyse happens to comme un opérateur de nécessité à domaine vague, c’est-à-dire un quantificateur universel sur les mondes dont la restriction (le domaine de mondes sur lequel opère la quantification) est systématiquement vague. À la suite de Greenberg (2003, 2008), je propose qu’un certain nombre de différences distributionnelles et interprétatives entre les génériques IS et BP peuvent être attribuées au fait que bien que les deux ont la même structure sémantique quantificationnelle modale de base, la restriction des mondes est nécessairement précise dans le premier type de génériques, alors qu’elle peut être vague dans le second. La compatibilité des génériques BP avec happens to est ainsi analysée comme un cas de concordance modale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Combining generics and happen to: some initial observations
2. The interpretation of happens to in nongeneric sentences
3. The semantics and pragmatics of IS and BP generics
3.1. The similarities and differences between IS and BP generics
3.2. A semantics for IS and BP generics and an intuitive explanation of their distinct interaction with happens to
3.3. A closer look at the different truth conditions of IS and BP generics in Greenberg (2003, 2007)
3.4. The source of the difference between IS and BP generics
4. Back to happens to with IS and BP generics
5. Summary

Aperçu du début du texte

Introduction

In the literature on genericity, characterizing, (or I-) generic sentences are usually assumed to have several core properties: they express quasi-universal generalizations (unlike e.g. sentences with existential quantifiers), tolerate exceptions (unlike sentences with overt universals), express “long lasting/temporally stable” statements (unlike temporary or episodic sentences) are incompatible with contextual restrictions (unlike sentences with overt quantifiers), and express nonaccidental, law-like generalizations (again, unlike sentences with e.g. overt every). This last property is usually tested by showing that they support counterfactuals, e.g. (1a) supports (1b) :

(1)

a.

Dogs have 4 legs.

 

b.

If this were a dog, it would probably have 4 legs as well.

However, a closer look at the literature reveals that almost all these core properties have been challenged. First, Cohen (2004) convincingly shows that some generics (as in 2B’s response to 2A) do not express “quasi-u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yael Greenberg, « Genericity and (Non)accidentalness », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://rlv.revues.org/2119

Haut de page

Auteur

Yael Greenberg

Bar Ilan University

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page