Navigation – Plan du site

On definite kinds

Olga Borik et M. Teresa Espinal
p. 123-146

Résumés

Dans cet article, nous défendons trois hypothèses. Premièrement, toutes les langues qui possèdent des déterminants (nuls ou manifestes) ont des termes d’espèces définis, une possibilité qui n’empêche pas les langues de recourir à d’autres moyens pour faire référence aux espèces. Deuxièmement, les espèces sont dénotées par des DPs définis sans Nombre. Troisièmement, l’interprétation de sous-espèces se fait sur Nombre. Nous soutiendrons empiriquement ces hypothèses en nous appuyant sur l’analyse contrastive de deux langues qui mettent en œuvre des stratégies opposées pour marquer la définitude : l’espagnol, une langue romane avec articles, et le russe, une langue slave sans article. Nous faisons la prédiction que les termes d’espèces définis ne peuvent pas se combiner avec des prédicats qui encode la pluralité, ne peuvent pas déclencher une interprétation générique avec des prédicats s-level, et ont une interprétation différente de celle associée aux définis pluriels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. The kind interpretation
2.1. The definite generic The N according to Carlson
2.2. Singular generic The according to Chierchia
3. The denotation of nominal expressions and definite kinds
4. Definite kinds in Spanish
5. Definite kinds in Russian
6. Conclusions and predictions

Aperçu du début du texte

1. Introduction

A central topic in the literature on genericity is how different types of languages refer to kinds. In this respect, a well-established assumption, since Carlson (1977/1980), is that bare plurals (BPs) in English (E) allow for a generic use, a reading that arises because BPs are taken to denote a particular type of entity: names of kinds of things. This view reflects the fact that BPs in E may occur as arguments of generic sentences (with kind-level and individual-level predicates).

However, a still unresolved and poorly understood phenomenon is the question why E also allows the use of definite generics, as pointed out by Carlson (1977/1980:274-280) and Chierchia (1998:379-383):

(1)

a.

The owl is common/widespread/fast disappearing/often intelligent.

 

 

(Carlson 1977/1980:276, (32a))

 

b.

Owls are common/widespread/fast disappearing/often intelligent.

 

 

(Carlson 1977/1980:276, (32b))

In this paper we will challenge the standard assumption that the generic or kind reading for ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga Borik et M. Teresa Espinal, « On definite kinds », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://rlv.revues.org/2104

Haut de page

Auteurs

Olga Borik

Departament de Filologia Catalana / Centre de Lingüística Teòrica Universitat Autònoma de Barcelona

M. Teresa Espinal

Departament de Filologia Catalana / Centre de Lingüística Teòrica Universitat Autònoma de Barcelona

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page