Navigation – Plan du site

Generics as Modals

Ariel Cohen
p. 63-82

Résumés

On conçoit couramment les génériques comme exprimant une quantification universelle sur des individus normaux. Je réfute cette approche et démontre que la quantification n’est ni universelle ni sur des individus normaux.
Concernant l’universalité, les génériques ne répondent pas aux tests standards de la quantification universelle. Je propose, comme alternative, que les génériques expriment des mesures de haute probabilité. Je formalise cette notion au moyen d’une extension modale de la logique probabiliste du premier ordre, et montre comment ce système peut rendre compte des génériques enchâssés et des inférences sur des génériques.
Quant à la normalité, je la mets en contraste avec une autre notion, celle d’uniformité : les génériques sont évalués par rapport à des mondes dont le futur ressemble à leur passé. En utilisant les tests standards de substitution pour l’intensionnalité, je démontre que les génériques sont évalués par rapport à des mondes uniformes plutôt que normaux.
Le résultat final est qu’un générique comme Birds fly (les oiseaux volent) ne signifie pas « tous les oiseaux normaux volent » ; il signifie plutôt que la probabilité pour qu’un oiseau pris au hasard vole est élevée, et qu’il est attendu que cette tendance perdure.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. The paradox of generics
2. The “all normal” approach
3. Is the modal force universal?
4. Probability
4.1. Probability as a measure function over worlds
4.2 Probability and inference
4.3. Reasoning with exceptions
4.4 Embedded generics
4.5. Probability logic
4.6. Generic comparisons
5. Is the ordering source stereotypical?
5.1. Theoretical considerations
5.2. Uniform worlds
5.3. Empirical considerations
6. Generics as probability measures over uniform worlds

Aperçu du début du texte

1. The paradox of generics

Generics are both more and less powerful than universals. They are more powerful, because they are lawlike : (1a) may be true as a contingent fact, but (1b) will not be true unless a law is enacted, requiring Supreme Court judges to have a prime Social Security number.

(1)

a. All Supreme Court judges have a prime Social Security number.

 

b. Supreme Court judges have a prime Social Security number.

But generics are also less powerful than universals, because they tolerate exceptions : (2a) is false, while (2b) is true.

(2)

a. All birds fly.

 

b. Birds fly.

This paradox seems to be at the core of the problem of genericity. How can we solve it ?

To solve the first problem, it is often proposed that generics are modal (Dahl 1975). Thus, (1a) is about actual Supreme Court judges, but (1b) is about possible Supreme Court judges. This is why (1a), but not (1b), can hold of a temporary, contingent generalization. But if generics are modal, what sort of modals are they ?

In th...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariel Cohen, « Generics as Modals », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://rlv.revues.org/2068

Haut de page

Auteur

Ariel Cohen

Ben-Gurion University of the Negev

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page