Navigation – Plan du site

La diphtongaison romane et la métaphonie : le paradoxe du faible au fort

Michela Russo et Fernando Sánchez Miret
p. 161-206

Résumés

Classiquement, la métaphonie consiste dans l’action de la voyelle désinentielle atone sur la voyelle tonique précédente. Les auteurs remettent en question cette vue et posent que les voyelles désinentielles hautes, -i et -u, ne provoquent pas la diphtongaison de la voyelle tonique dans les langues romanes. L’approche adoptée (phonologie particulaire) permet de montrer, par une ionisation phonologique, que cette évolution peut s’interpréter, de même que tout changement spontané, comme une modification de l’interprétation de la sous-spécification segmentale. Ce processus a suivi la déphonologisation de la quantité vocalique en latin tardif. Dans la métaphonie, le nombre et le genre se réalisent parasitiquement sur la voyelle tonique. La marque morphologique interne peut être réduite à un élément, qui est interprété par combinaison avec d’autres matériaux vocaliques. Cet élément agit en bloquant une évolution spontanée (la diphtongaison) dans le vocalisme tonique. L’italoroman se situe donc entre deux types morphologiques : concaténatif et non concaténatif ; il se comporte comme les langues sémitiques à morphologies internes ou à « interdigitation ». Cet article montre que les divers types morphologiques attestés dans les langues peuvent n’être que des modalités de réalisation d’une même organisation sous-jacente. On s’interroge aussi sur les modalités de mise en relation entre une structure abstraite nécessaire (des têtes fonctionnelles ou catégorielles et leurs compléments) et sa réalisation phonologique. La syllabation garantit une réalisation linéaire successive des éléments morphologiques, mais elle est en mesure aussi de provoquer leur co-réalisation, dans un format de fusion. De cette manière, le contenu phonique des morphèmes spécifie l’interprétation de la dépendance structurale.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les processus de diphtongaison des voyelles toniques sont l’un des principaux modes de transformation du vocalisme latin. C’est pourquoi ils occupent une place importante dans les grammaires historiques de la majorité des langues romanes. Les voyelles qui ont le plus diphtongué dans les langues romanes sont ĕ̆ et Ŏ ( = /ɛ, ɔ/).

  • 1  En roumain seul /ɛ/ a diphtongué. Le système vocalique intermédiaire à partir duquel s’est formé l (...)
  • 2  On suppose que dans des cas comme cerise et piz le /i/ est issu d’une ancienne triphtongue [jɛj].
  • 3  Pour la distribution géographique et contextuelle de la diphtongaison métaphonique, cf. Rohlfs (19 (...)

2Les voyelles /E, O/ ont diphtongué dans toute la Romània, avec de notables exceptions en sarde et en portugais (p. ex. pĕ̆tra > port. pedra, log. pedra). Il n’est pas certain non plus qu’il y ait eu une diphtongaison en catalan. Dans les autres langues, le processus paraît conditionné par des contextes très divers et apparemment non connectés. Nous observons ainsi que dans certaines langues la diphtongaison s’est produite de préférence en syllabe ouverte, comme en italien (toscan) et en français (p. ex. pĕ. tra > it. pietra, fr. pierre vs. hĕr. ba > it. erba, fr. herbe). En revanche, d’autres langues ont connu une diphtongaison en syllabe ouverte et en syllabe fermée : espagnol, roumain1, wallon, frioulan et dalmate (p. ex. pĕ. tra > esp. piedra, roum. piatră et hĕ̆r. ba > esp. hierba, rum. iarbă). En provençal la diphtongaison n’apparaît généralement qu’en contact avec un son palatal (p. ex. pĕ̆ctu > pieit, cerĕ̆sea > cirieia) ; ce type de diphtongaison s’observe aussi en français, en franco-provençal, en rhéto-roman, et dans les dialectes italiens septentrionaux, à l’exception du vénitien (p. ex. pĕ̆ctu > anc. fr.piz, cerĕ̆sea > cerise)2. Enfin, dans certaines variétés de rhéto-roman et dans de nombreux dialectes italiens, à l’exclusion du toscan, la diphtongaison s’est produite seulement quand la voyelle finale du mot était haute : /i/ ou /u/. L’influence d’une voyelle finale atone sur la voyelle tonique du même mot est appelée métaphonie ; pour cette raison on nomme diphtongaison métaphonique la diphtongaison de /ɛ, ɔ/ dans ces variétés3.

3La diphtongaison soulève des problèmes théoriques intéressants auxquels nous tenterons d’apporter des solutions. La recherche en phonétique historique ne s’est généralement pas préoccupée de trouver un mécanisme phonétique susceptible d’expliquer ce changement de manière satisfaisante. Nous pensons qu’il s’agit là d’une faute méthodologique sérieuse (cf. § 1.1).

4Les études relatives à la métaphonie dans diverses langues du monde ont généralement mis en évidence ses relations à des domaines extérieurs à la phonétique. Plus précisément, les effets de la métaphonie ont été largement discutés dans des débats théoriques sur la phonologisation (Twaddell, 1957 ; Leonard, 1978 : chap. V) et sur la morphologisation (Dressler, 1985 ; Maiden, 1985 ; Tuttle, 1985a ; 1985b ; Maiden, 1989 ; 1991 ; Russo, 2007 : chap. 5-7 et 12).

1.1. Qu’est-ce que la diphtongaison métaphonique ?

5Trop souvent les phénomènes étudiés par la phonétique historique ont été présentés et expliqués à partir des résultats finaux, en laissant de côté la nécessité d’éclairer les processus qui conduisent à ces résultats. De fait nous sommes trop habitués aux lois phonétiques qui résument une histoire complexe par une brève formule. La diphtongaison métaphonique ne fait pas exception. Une formulation canonique de cette loi phonétique est celle que l’on trouve dans la grammaire de Meyer-Lübke (1890 : § 152) :

« Die Schicksale des sind bedingt durch die folgenden Vokale : vor u, i wird zu ie bezw. ẹ, vor a, e, o dagegen bleibt es als . Die Zahl der folgenden Konsonanten ist gleichgültig. Dies findet sich im Neapolitanischen, im Apulischen […] ».

6Dans cette formulation on trouve l’information suivante :

  • le point de départ /ɛ/ ;

  • le point d’arrivée, qui dans ce cas est double : d’une part /jɛ / ou /e/, d’autre part /ɛ/ ;

  • le contexte phonétique dans lequel apparaît ce double point d’arrivée (voyelles hautes dans un cas, opposées à des voyelles moyennes et basses dans l’autre) ;

  • la distribution géographique.

7La tactique interprétative habituelle pour ce type de textes conduit le lecteur à l’interprétation selon laquelle les voyelles hautes ont provoqué le changement de /ɛ/ et qu’elles ont provoqué dans certaines zones la diphtongaison de cette voyelle (/ɛ / > /jɛ /) et dans d’autres sa fermeture (/ɛ/ > /e/). Rien n’est dit du ou des mécanismes qui ont pu produire ces changements.

8Dans la littérature consacrée à la diphtongaison métaphonique, les définitions de ce type abondent. On donnera comme exemple cette autre définition, postérieure à celle de Meyer-Lübke :

« Umlaut is the substitution of a phonemically higher vowel (or partially higher diphthong) for a lower vowel, under stress, when the posttonic vowel itself is, or can be inferred to have been at an earlier time, phonemically high » (Leonard, 1978 : 201, n.1).

9Comme on peut le noter, cette définition ne manifeste aucun intérêt pour le fonctionnement du processus. De fait, très peu de romanistes se sont intéressés à cet aspect du problème. Le plus important d’entre eux a été Friedrich Schürr, auteur qui s’est le plus occupé des processus de diphtongaison dans les langues romanes et qui a aussi prêté attention à l’aspect phonétique. Nous aborderons plus particulièrement son point de vue sur le rôle joué par la métaphonie dans ces changements.

10Dans ses premiers travaux sur le romagnol Schürr concevait la métaphonie comme un phénomène d’assimilation franchissant les consonnes intervocaliques pour affecter la voyelle tonique :

« zeitliche Verschiebung der i-Engenbildung des artikulierenden Zungenteiles durch die dazwischenliegenden Konsonanten hindurch bis zur Beeinflußung des Tonvokals » (Schürr, 1918 : 69-70).

11Dans ce dialecte italien la métaphonie provoque la fermeture de certaines voyelles (/e/ > /i/, /o/ > /u/, /a/ > /e/) et la diphtongaison d’autres /ɛ/ > /jɛ/, /ɔ/ > /wo/. Pour expliquer cette différence de résultat (fermeture vs. diphtongaison), Schürr suppose que l’assimilation a affecté /ɛ,ɔ/ dans une phase où ils diphtongaient. Cela revient à dire que la métaphonie agirait dans tous les cas comme un processus d’assimilation de l’aperture. Dans le cas des voyelles mi-ouvertes /ɛ/ et /ɔ/ l’évolution phonétique aurait été [e̯ ɛ] > [je], [o̯ɔ] > [wo].

12Mais Schürr a changé d’opinion par la suite et proposé une nouvelle manière d’interpréter la relation entre métaphonie et diphtongaison (cf. Schürr, 1936 : 279-280). À son avis l’effet métaphonique de /u, i/ se fonderait sur la montée de la langue en direction du voile ou de la zone antérieure du palais et consisterait en une anticipation (Vorausnahme) de la montée de la langue ou de la fermeture caractéristique de la voyelle finale dès le premier moment, c’est-à-dire dès l’attaque de la voyelle tonique. Schürr affirme que les erreurs d’écriture à la machine offrent, dans une certaine mesure, un matériau comparable aux processus qui se produisent dans ces changements. Dans l’écriture à la machine la représentation mentale d’une lettre qui devrait venir plus tard est anticipée et provoque un décalage temporel de l’activité musculaire des doigts. En général cet ‘accident’ se corrige rapidement, ou bien par la frappe consécutive de la lettre correcte, ou bien (dans les machines à écrire anciennes) par le blocage des barres de la machine. Dans le cas de la diphtongaison métaphonique, Schürr croit que la représentation des voyelles hautes /i, u/ serait anticipée au moment où devrait être articulée la voyelle tonique. Cette anticipation serait favorisée par le surcroît d’énergie et de tension musculaire nécessaire à l’élévation de la langue et à la formation de la fermeture caractéristique de /i, u/.

13Cependant, dans le cas des organes articulatoires le contrôle et la correction se produiraient beaucoup plus rapidement que dans l’écriture à la machine. Par conséquent, la tension articulatoire et la fermeture affecteraient seulement l’attaque de la voyelle tonique, qui se corrigerait immédiatement. Dans les voyelles / ɛ, ɔ / cela donnerait lieu à l’apparition d’un appui vocalique [j, w] : [jɛ, w ɔ].

14Comme on peut le constater, l’explication de Schürr repose sur la synchronisation des mouvements articulatoires nécessaires à la production des différents sons d’un mot. Cet aspect constitue un point central de la recherche en phonétique, dans laquelle il est présent depuis le début. Par exemple, Rousselot (1901-1908 : 947) faisait déjà remarquer que dans un tracé kymographique de la séquence française il a tourné on pouvait observer l’influence de la voyelle /u/ < ou > sur la voyelle précédente /a/ ; plus précisément, la ligne qui représente le mouvement des lèvres nécéssaire pour /u/ s’active dès le milieu de la durée du /a/.

15Une partie de cette recherche phonétique a été centrée sur les phénomènes de coarticulation (cf. Menzerath & Lacerda, 1933 ; Öhman, 1966 ; Daniloff & Hammarberg, 1973 ; Magno Caldognetto, 1980 ; Recasens, 1987 ; Farnetani, 1997), qui sont à la base de changements comme la métaphonie. Bien qu’il nous reste encore beaucoup à découvrir sur la coarticulation, les données dont nous disposons aujourd’hui nous semblent étayer quelques aspects cruciaux de l’explication donnée par Schürr (cf. Sánchez Miret, 1998a ; 1998b : 178-188). On doit noter que, Schürr tente de résoudre le problème suivant : les voyelles finales hautes /i/, /u/ ont un effet sur le début de la voyelle tonique, soit la partie la plus éloignée de la voyelle qui déclenche le phénomène.

16Il est probable que Schürr ait été conscient de ce que les études phonétiques disponibles à son époque n’appuyaient pas son interprétation. De fait, Schürr donne au terme Vorausnahme (‘anticipation’) un sens ad hoc pour son explication. Ce terme avait été défini par Sievers (1901) avec un sens qui ne convenait guère à l’hypothèse de Schürr. Dans le chapitre 23 de son livre Sievers étudie le mélange de différentes articulations et illustre les processus qu’il va étudier à partir des séquences /mi/ et /ku/. Selon ses données, la position de la langue pour l’articulation de /i/ est décelable dès l’articulation de /m/ et la position des lèvres qui caractérise /u/ peut apparaître dès la production de /k/. Cet effet peut se produire progressivement pendant la durée des consonnes /m/et /k/. Dans ce cas Sievers l’appelle Eingleiten (‘glissement’). Mais lorsque l’effet est détectable depuis le début des consonnes, Sievers l’appelle Vorausnahme. À aucun moment Sievers ne pense que ces effets pourraient se limiter au début du segment, on devrait au contraire s’attendre à trouver la position anticipée pendant toute la durée de la consonne :

« Ebenso gut kann man […] bei mi die Zunge von vorn herein in die i-Stellung, bei ku desgleichen die Lippen in die Rundungsstellung etc. des u bringen und dann diese Elemente der Gesammtstellung bis zum Ende des m bez. k festhalten, so dass also m und i, k und u von Anfang an enger an einander gebunden erscheinen » (Sievers, 1901 : § 471).

17Les travaux modernes sur la coarticulation soutiennent expérimentalement l‘idée que les effets coarticulatoires sont continus (cf. Recasens, 1987 ; Magen, 1997, où sont discutées des données qui pourraient indiquer un certain degré de variation dans l‘intensité des effets coarticulatoires).

18Bien que l’hypothèse de Schürr ait été critiquée à diverses reprises (par ex. Alonso, 1972 ; Castellani, 1962/1980 ; 1970/1980), cette partie phonétique de son explication est généralement acceptée dans les travaux qui traitent de ce sujet, elle a même été incorporée au célèbre manuel de linguistique romane de Lausberg (1965-1966). Dans les études de dialectologie italienne où le phénomène a été souvent décrit, la nécessité de vérifier l’explication de Schürr s‘est rarement manifestée. Il est cependant étrange que face à l‘acceptation générale de cette idée chez les italianistes, le fondateur de la dialectologie italienne, Graziadio Isaia Ascoli, ne l’ait pas acceptée. Dans les célèbres Saggi ladini, Ascoli mentionne la remarque faite par Edmund Stengel sur le fait qu’en sursilvain la diphtongue /je/ apparaissait dans des mots qui contenaient /i/ dans la syllabe suivante.

« L’avvertenza è tutt’altro che inutile, ma può dar luogo ad equivoci. Il dittongo, come certamente ha veduto lo stesso Stengel, non deve punto la sua ragion d’essere alla presenza dell’i succesivo, poichè esso è l’antico e comune dittongo romanzo, affatto indipendente dalla vocale della sillaba che sussegue. […]L’ie soprasilvano è poi un continuatore che è comune anche all’e in posizione, comunanza che ha il suo esatto parallelo nelle continuazioni dell’o, senza cha mai v’abbiano, pel dittongo, di simili conditiones sine quibus non. Bisogna finalmente tener conto anche degli esemplari perduti, o che per varie cause si sottraggono alla osservazione ; ned altro certamente si potrà conchiudere, se non che l’i favorisca la conservazione dell’antico dittongo » (Ascoli, 1873 : 15, note 12 ; italiques dans l’original).

19Dans plusieurs travaux antérieurs, les auteurs de cet article ont apporté des arguments contre le point de vue traditionnel, cf. Russo (1995-1996 ; 2001 ; 2002 ; 2004 ; 2007) et Sánchez Miret (1998a ; 1998b).

20Pour la diphtongaison on n’a pas encore trouvé d’explication phonétique satisfaisante. Sánchez Miret (1998b) spéculait avec l’idée que les voyelles hautes /i, u/ favoriseraient l’allongement des voyelles toniques / ɛ, ɔ/, créant un contexte favorable à leur diphtongaison. Cette hypothèse attend encore une confirmation expérimentale, à laquelle Sànchez Miret travaille actuellement. Les études phonétiques nous indiquent que les effets coarticulatoires les plus intenses vont de gauche à droite (cf. Magen, 1997 : 201). Or la métaphonie est un changement de droite à gauche, puisque la voyelle d’où part l’influence assimilatrice est la voyelle finale et que malgré cela la métaphonie est le changement de coarticulation de voyelle à voyelle le plus repandu (cf. un inventaire des diverses assimilations de voyelle à voyelle dans les dialectes italiens dans Sánchez Miret, 1999). Comment expliquer cela ? Il est probable que la fréquence de la métaphonie n’est pas due à des facteurs phonétiques, mais à son rôle dans la morphologie : les voyelles finales /i, u/ sont des marques morphologiques transférées sur la voyelle interne, raison pour laquelle la métaphonie se diffuse et s’installe dans le système.

21Certes la perspective phonétique ne nous permet pas d’expliquer tout ce qu’il nous intéresse de savoir sur un changement phonique dans l’histoire des langues romanes. Dans ce type de phénomène interagissent des facteurs internes et externes que l’on peut résumer sous les termes d’intégration au système et d’intégration à la communauté linguistique. Dans l’étude de la métaphonie la combinaison d’une perspective phonétique avec une perspective formelle révèle un autre aspect intéressant du phénomène.

22Dans ce qui suit nous analyserons à partir d’un texte salentin médiéval la diphtongaison dite métaphonique, conditionnée, que nous confronterons à la diphtongaison dite spontanée (’toscane’), non conditionnée, telle qu’elle se rencontre dans les anciens vulgaires italiens. Après avoir montré le caractère spontané de la diphtongaison métaphonique, nous proposerons une explication formelle unifiée pour ces deux types de diphtongaison.

2. La rédaction salentine du Libro di Sidrac

23Le Libro di Sidrac salentin, texte médiéval analysé ici (dorénavant Sidrac), remonte aux dernières décennies de la première moitié du xve siècle (a. salent. 1450 env.). Il ne présente que peu de données spécifiquement salentines : la diphtongaison dite ‘conditionnée’ de Ŏ en ue en position tonique. La diphtongaison conditionnée de Ĕ tonique, la fermeture métaphonique de Ĭ, Ē et de Ŭ, Ō toniques ainsi que la confusion entre -U et -O finaux ne sont pas des phénomènes spécifiques au salentin, mais sont partagées par d’autres dialectes méridionaux.

24Précisons que dans la suite, lorsque nous parlons de métaphonie, nous nous référons à la fermeture de /e, o/ en [i, u] sous l’effet de -U[M] ou -Ī finaux latins et que lorsque nous parlons de diphtongaison conditionnée nous nous référons à la diphtongaison de / ɛ, ɔ/ en [je, we] dans les mêmes contextes. La combinaison de la diphtongaison ’conditionnée’ et de la fermeture métaphonique, ainsi que le vocalisme post-tonique final situent plutôt le Sidrac dans le nord du Salento, dans le brindisien, et plus précisement dans une variété septentrionale du salentin exposée à des influences apuliennes. La région d’origine du copiste est une zone des confins apulo-salentins. Les influences se signalent par quelques indices spécifiques :

  1. la réduction de la diphtongue métaphonique à [u], comme dans fuco 14v 43 et lughi 21v 10 (§ 2.1.2), caractéristique de la zone apulienne septentrionale où la diphtongue est accentuée sur le premier élément ;

  2. la diphtongaison décroissante, beiga ‘bega/querelle’ 19v 19 et feimina ‘femmina/femme’ 54v 22 (§ 3.2) ;

  3. l’affaiblissiment des voyelles finales : starà morte xxxx hore 48r 23 ‘morto (mort)’.

  • 4  On connait également son aire de diffusion: la Sicile entière, la majeure partie de la Calabre, un (...)

25On trouve dans le Sidrac un trait étranger à la variété brindisienne : le vocalisme sicilien des exemples avec fermeture non conditionnée, non réductibles ni à des latinismes, ni à des contextes métaphoniques (celles qui ont à l’origine un -U[M] et un Ī final) comme sule 12r 8 ‘sole/soleil’ ; spusa 19r 20 ‘sposa/épouse’ (§ 3.1.). On connait le regroupement des voyelles toniques latines à l’oeuvre dans le vocalisme sicilien : /i/ < Ī, Ĭ, Ē ; /E/ < Ĕ ; /a/ < Ă et Ā ; /O/ < Ŏ ; /u/ < Ō, Ŭ, Ū4. En d’autres termes, le vocalisme dit ‘sicilien’ se distingue du vocalisme italien (roman commun, caractérisé par sept voyelles toniques /i, e, E, a, O, o, u/) par le fait d’avoir seulement cinq voyelles suite à la convergence de /e/ et /i/, et de /o/ et /u/. Mais les exemples de fermeture non conditionnée rencontrés dans le Sidrac pourraient bien ne traduire que l’adhésion du copiste à la koiné (§ 3.1.). On pourrait même affirmer que le caractère sporadique des phénomènes de ce type correspond aux limites imposées par les conventions en vigueur dans la koiné. À l’inverse, les phénomènes dialectaux présents (comme la diphtongaison Ŏ > ue), ont une fréquence élévée. En revanche une influence toscane se révèle dans le caractère intermittent de la métaphonie de Ĭ, Ē et de Ŭ, Ō, de la diphtongaison de Ŏ en uo (plutôt que ue) et de la diphtongaison de Ĕ en syllabe ouverte (§ 2.1.1.). Quand la diphtongaison conditionnée de Ĕ coincide avec celle du toscan, on a toujours ie, alors qu’en syllabe fermée 85 occurrences de ie voisinent avec 406 occurrences de e dans les mêmes mots (Sgrilli, 1984 : 16). On peut raisonnablement en déduire que le copiste, tout en percevant si la diphtongue était d’origine méridionale ou toscane, n’a pas tenté d’imiter la diphtongaison littéraire, ni d’occulter systématiquement la diphtongaison locale.

  • 5  Ce système phonologique doit être entendu comme caractéristique non seulement de la ville de Brind (...)

26Le vocalisme, rencontré dans le Sidrac,que nous avons appelé plus haut ‘brindisien’ est une variation du vocalisme roman comun, avec sept phonèmes vocaliques : /i/ < Ī ; /e/ < Ĭ, Ē ; / ɛ / < Ĕ, /a/ < Ă et Ā ; /ͻ/ < Ŏ ; /o/ < Ō, Ŭ ; /u/ < Ū, parmi lesquels /e/ et /o/ subissent la métaphonie et /ɛ/ et /ͻ/ subissent la diphtongaison ‘conditionnée métaphoniquement’5. On doit noter que, à la différence du roman commun, hors des conditions métaphoniques, en brindisien, /e/ et /ɛ/ d’une part, /ͻ/ et /o/ d’autre part convergent dans des réalisations uniques [ɛ] et [ͻ], la différence se retrouvant dans la métaphonie : /e/ → [i], /ɛ/ → [jɛ], /o/ → [u], /ͻ/ → [wɛ]. Il en résulte que dans les lexèmes où les conditions métaphoniques sont absentes, /e/ et /ɛ/ sont neutralisés en /ɛ/, tandis que /ͻ/ et /o/ sont neutralisés en /ͻ/.

2.1. La métaphonie en salentin médiéval

27Nous regroupons ici des adjectifs et des substantifs (singuliers et pluriels) présentant des contexts métaphoniques (devant /i, u/ sous-jacents finaux, représentant -Ŭ[M] et -Ī latins) :

  • des dérivés de masculins de la 2e déclinaison (y compris les métaplasmes),

  • devant *-I des substantifs et des adjecifs pluriels dérivants de substantifs masculins et féminins de la 3e déclinaison (comme le f.pl. raczuni 15v 34 ou le métaplasme f.pl. persuni 3r 31),

  • devant *-I les substantifs pluriels de la 5e déclinaison (comme richicci < ĬTIES 25v 32, 25v 35, 25v 40).

28Pour ce qui est des verbes, nous regroupons ceux qui comportent :

  1. la désinence ‘métaphonisante’ -ĪS (ou *-ĪS) de la 2e pers. de l’indic. prés.,

  2. le Ī de la 2e pers. sing. de l’impér.,

  3. le Ī de la 1re pers. sing. du parfait.

29La métaphonie a clairement une valeur morphologique dans les flexions nominale et verbales. À l’origine, dans les noms et adjectifs, /-u/ issu de -Ŭ[M] est aussi une désinence de masculin singulier opposée à /-a/ issu de -A, désinence de féminin singulier et, en même temps, voyelle non métaphonisante, et /-i/ issu de -Ī est une désinence de pluriel, soit uniquement masculin (auquel cas elle s’oppose à la désinence féminin pluriel /-e/ issue de -AE, non métaphonisante), soit épicène (auquel cas elle s’oppose à la désinence singulier épicène/-e/non métaphonisante). On sait que les adjectifs de la 1re classe suivent le paradigme des substantifs des 1re et 2e déclinaisons et opposent un masculin (singulier et pluriel) à un féminin singulier et pluriel non métaphonique :

m. sing. un bueno amico 11r 15, f. sing. (mulhere) bona 35r7, m. pl. li bueni costumi 16r 23, f. pl. bone anime 7v 10.

30En revanche, dans les adjectifs de la 2e classe la voyelle accentuée présente une alternance vocalique entre une forme épicène au singulier (masculin et féminin), non métaphonisée et une forme épicène au pluriel, métaphonisée. Ce paradigme épicène est également caractéristique de nombreux suffixes : -ĔNTE/*-ĔNTĪ, -ŌNE/*-ŌNI, -Ē(N)SE/*-Ē(N)SĪ.

  • 6  L’absence de métaphonie, dans ces formes de singulier opposé au pluriel, peut être ramenée à des m (...)

31Dans les noms dérivés de la 2e déclinaison latine l’opposition de nombre est neutralisée ‘métaphoniquement’ : aussi bien -U[M] du singulier que -Ī du pluriel devraient déclancher la métaphonie6.

32Dans ce texte médiéval, les substantifs féminins de la 3e déclinaison sont métaphonisés au pluriel seulement s’ils comportent le suffixe épicène -ŌNE/*-ŌNI (cf. f. pl. raczuni, persuni, staiuni), véhicule actif de la métaphonie dans les paradigmes substantivaux. Mais, outre cette série suffixale, le féminin des substantifs du Sidrac semble caractérisé par l’absence de métaphonie, malgré -Ī (*-I) :

33f.sing. la nocte 4v 12 < NŎCTE, f. pl. quaranta nocti 21v 8, f. sing. ad alta voche 3r 24 < VŌCE, f. pl. ad alte vochi 3v 18 ou nocie 47v 5 < NŬCE.

  • 7  Cf. aussi nulla persone 8v 19, la sua persone 14r 6, quella persone 15v 36 et ad multe persona 22r (...)

34Le modèle de la 3e déclinaison à pluriel métaphonisé, véhiculé par -ŌNE/*-ŌNI, s’étend, pour des raisons morphophonologiques, également de la 3e à la 1re déclinaison, dans des métaplasmes méridionaux comme la persone. Un tel modèle permet, via la flexion interne, une plus grande transparence du nombre : in una sola persone 6v 8, opposé métaphoniquement au pluriel (so’) tre persuni 3r 31, avec une opposition métaphonique regulière entre /o/ tonique et -e final métaplastique sing. et /u/ tonique pl.7

2.1.1. La diphtongaison de Ĕ en salentin mediéval

35On admet généralement qu’en salentin Ĕ et Ŏ latins sont diphtongués par métaphonie en syllabe ouverte et fermée devant -Ī et -Ŭ finaux et qu’ils sont conservés devant -A, -E (-AE) et -O. L’absence de la dipthongue dans certaines formes pourrait être un phénomène purement graphique. Dans quelque cas on peut déceler une volonté de s’opposer à l’usage salentin : présence des diphtongues non conditionnées du toscan ou hypercorrections. Ainsi on trouve dans le Sidrac :

  • 8  Et venerà tiempo 26v 28, in omne tiempo 40r 24, in poco tiempo 43v 7, tiempo 50r 5 (mais la diptho (...)

Ĕ > ie en presence de -o (< Ŭ) en syllabe fermée :
lo sua tiempo17v 7 ; Lu viento 5v 4 ; l’omo seria sua siervo 6v 4 ; lo talhente del fierro 15r 5 (mais occisi per ferro 7r 16) ; on trouve ie en présence de -Ī (*-I) : li vienti 4v 10, 20v 31, 21r 28, sua siervi 9r 5 ; le altre viermi 5r 42 ; li dienti 8r 34, 45v 20 ; doy piecci d’osse 45v 20 ; nienti ‘niente/rien’14r 25 ; < ĚLLU : cirviello 11r 27 ; uno vassiello de terra 17r 34 ; vasciello 17v 1, lo vagiello de la terra 4r 10.8

  • 9  Cf.in quisto sieculo 6v 24, sieculo 9v 36, 17r 3, 39r 23, lo sieculo 6r 12 (mais quisto seculo 5r (...)

Ĕ > ie en presence de -o (< Ŭ) en syllabe ouverte :
quisto sieculo < SAECULUM4v 15opposé à in sempiterna secula 36v 32 avec paradigme héteroclite ; en présence de -Ī (*-I) li piedi 2v 18, 3v 23, 23r 1 opposé à pede < PĔDEM 2r 2 (en ancien italien déjà : piede/-i)9.

Ĕ > ie en présence de -e (< Ŭ) en syllabe ouverte :

fiere < FĔRUS, -A 14r 13 uno fiere dracone, également en présence de -e < I (lueghi) fieri adj.m.pl.21r 10 opposé à fere (< /-e/) adj. f. pl. 45v 34 (en ancien italien déjà : fiero, -a).

36Les formes apparemment métaplastisées insiemo 18v 4 et insiemi 187 < *INSĔMEL ‘insieme/ensemble’ trahissent la diphtongue toscane.

37Les graphies cie, gie et scie peuvent représenter soit la diphtongue métaphonique, soit la palatalité de la consonne (cf. en position atone nocie ‘noci/noix’ 47v 5, pescie 24r 33 ou legierimente 20r 31). On pourrait toutefois attribuer à la métaphonie les cas suivants :

< Ĕ uno ociello (-ĔLLU) 14v 33, pisci ucielli 45v 7 (mais aucelli 14v 30 également avec la diphtongue latinisante en position atone) ; lo cielo < CAELUM 2r 32, 4v 2, etc. (mais in celo 10r 22), li cieli 4v 7 ; cierto adv. 6r 6 (mais certo adv. 6r 7) ; ciento 14v 36 ; le cientomilia una 7v 16 ; Li novicenti anni 6v 36, miliacincucenti anni 7r 3 ; argiento 2r 20, 21v 40 (mais argento 25v 31) ; surgienti subst. 7r 33 ; uno sugiello 14r 5 ; legieri 38v 39, 45v 1 ; li nascienti 49r 19 (mais la graphie < i > n’est pas métaphonique dans surdo allo nasciente 39r 37).

38La diphtongue métaphonique dans le remodelage métaplastique ciecio < CĬCĔRE 50v 5 doit être exclue en raison de la forme attestée ciecie 53v 29 et de l’étymologie de Ĭ. Il faut exclure également la métaphonie de la diphtongue ie dans le f.pl. tocte le sciencie 5r 1 ; li gienti 6r 4 ; cierco 47v 20.

39En italo-toscan aussi (rappelons que la langue nationale est issue du florentin), le premier élément de la diphtongue a été absorbé par la consonne palatale qui précède : CAECUS > cieco, même si dans les anciens vulgaires italiens on trouve encore les graphies gienero < GĔNERUM (mais it. mod. genero) ou gielo < GĔLU (mais it. mod. gelo).

  • 10  Les exemples des anciens vulgaires italiens sont tirés de la base de données du TLIO (www.vocabola (...)

40Pour les formes fiere, fieri, tieni, ritieni, lueco, piedi, nienti,la diphtongue est attestée même en toscan. À l’inverse, on a e en présence de -a, -e en syllabe ouverte dans d’autres formes (pour lequelles la diphtongaison serait normale en toscan) : manera 4v 38 ; diverse manere 5v 8, ad manera 6v 8 ; petra < PĔTRA 6r 37, petre 14r 11 ; dede < DĔDIT (mais déjà a. it. diede) 27v 16 ; sede < SĔDET 12v 39 (mais déjà a. it. siede) ; mele ‘miele/miel’ < MĔL 46v 26. Même dans les textes toscans médievaux mele est majoritaire face à l’it. mod. miele, étant donné que la voyelle d’origine était en syllabe fermée (§ 4.1.) : a.flor. mele e veleno (1260-61env., Latini, PoetiDuecentoContini, TLIO), bien qu’on y retrouve aussi miele ; fele ‘fiele/fiel’ < FĔL 47r 6, comme MĔL, FĔL a donné en toscan fele à côté de fiele : a. grosset. non bere mele sanza fele1268, AlbBresciaVolgAndrGrosseto, TLIO, mais la forme diphtonguée est déjà assez répandue en ancien italien. La forme tepida < TĔPIDA 47r 16 pourrait être littéraire, hypothèse défendue par Rohlfs (1966-1969 : § 85), contredite en réalité par le fait que dans les vulgaires anciens cette forme diphtongue, comme le montre le TLIO (au moins en florentin, en toscan et en pratese) : a.flor. tiepida (1310env., BencivenniCorsiniBaldini, TLIO)10.

  • 11  La diphtongue n’est pas représentée non plus dans bello colore < BĔLLU 44v 8 (et la bella como la (...)

41La conservation de < e > et < o > toniques issus de Ĕ et Ŏ comme alternative à la diphtongaison conditionnée est un reflet du latin (sauf quelques cas de dipthongaison toscane), de même que i et u issus de Ĭ et Ŭ hors métaphonie (§ 2.1.3 et 2.1.5)11.

42Le suffixe -MENTU, d’origine savante, résiste à la diphtongaison à l’époque médiévale. Cependant le Sidrac comporte de nombreuses diphtongues. Le suffixe diphtongue en fait dans des textes plus dialectaux :

  • 12  Cf.li tua comandamienti 50r 27; li nove comandamienti 7r 26, face à comandamente 2r 19 et à comand (...)

alegeramiento 26r 37, lo comandamiento 5v 19, fondamiento 33r 29, guarimiento 6v 28 ; admestramienti < -*MENTI 44r 21-2 ; li sua comandamienti 5r 1 ; de grande incantamienti 3v 2312.

43Le suffixe épicène -ĔNTE/*-ĔNTĪ semble catalyser la métaphonie en sélectionnant les formes corrélées paradigmatiquement ci-dessous (on ne distingue pas entre emploi adjectival et substantival) :

  • 13  Cf.splandienti m.pl.; resplandienti (occhy) 12r 12, resplandienti 49r 27; (cose) presienti 49v 15, (...)

ardienti et intindienti 5r 3 ; credienti 7r 26 ; intindienti 5r 3 ; arditi et valienti 44r 12 (opposé à valente homo 8r 21) ; credienti in deo 7r 26, credienti 10r 29 (face à credenti m. pl. 38r 24), opposé à (anima) credente 7r 34 ; li morienti 49r 22 ; alli meniscredienti 11r 6, li menescredienti 36v 23 opposé à uno re meniscredente 48v 3913.

  • 14  Cf. aussi (lo popero comu lo ricco) contienti 18r 17 (face à contente m. pl. 27v 4 et contenti m. (...)

44La métaphonie s’insinue de préférence dans les continuateurs de -ĔNTE/*-ĔNTĪ, également à travers des remodelages métaplastiques. L’adj. contente est en fait un métaplasme adjectival de la 1re à la 2e classe et ici *-ĔNTĪ devient véhicule de la métaphonie en créant son champ d’application compact : (lo re et Sidrac) contienti 3v 4, f. pl. (quelle anime) contienti 7v 18 opposé à (ella) contente 8r 2, chascuno dev’essere contente 32r 2614.

2.1.2. La diphtongaison de Ŏ en salentin médiéval

45On trouve ue en présence de -u, -o < Ŭ :

  • 15  Cf.di duelo e di dam(n)aio 11r 23, grande duelo 40r 16; maiore sueno ‘suono/son’ 23r 14; lo cuerpo(...)

iueco 42v 22 < IŎCUS (face à ioco 42v27, cf. a.flor. giuoco 1260-61env. Latini, PoetiDuecentoContini, TLIO, mais aujourd’hui gioco) ; in tale muedo 14v
4 < MŎDO ; lu duelo 8r 36 ; lo trueno 20v 26 ; lo sueno < SŎNUS 23r 13 (déjà en ancien italien suono) ; fuecu 9r 26 < FŎCUS (déjà a. it. fuoco), si vestiano di cue[ro] < CŎRIUM 33v 15 (déjà dans les anciens vulgaires italiens : a.flor. cuoio 2e moitié du xiiie siècle, DavanzatiMenichetti, TLIO) ; era puestu(< *PŎSITU sans le nivellement sur PŌNERE observable en toscan ; en revanche on a dans les vulgaires italiens aussi *PŎSIT > puose et sur ce modèle rispuose : a. grosset. 1268, AlbBresciaVolgAndrGrosseto, TLIO) 2r 22 ; li tremueti 20v 15 ; uno scuelhyo 12v 26 ; lu cuerpu < CŎRPUS 7v 32, 7v 34 ; al uestro ballyo 27r 32 ; lo iuellyo intra lo grano 11r 515.

  • 16  Mais [osso] longo 45v 22 et altri lunghi[scil.pisci] 45v 8, emprunt toscan étant donnée l’anaphonè (...)

On trouve ue en présence de -i < -Ī (*-I) :
li capilli erano luengi < LŎNGUS (et non LŬNGUS, sans ‘anaphonèse’ toscane devant vélaire) 39r 16 opposé à longa 15r 20, sognare malvasi suenni 30r 3… et falli sognare malvasi sogni‘rêves’ 30r 46 ; li fuelli 17r 25 (mais illu folle 17r 31) ; li trueni 5r 22, 20v 22, 20v 28 (mais troni 4v 41)16.

  • 17  Cf. in omne lueco 40r 5, in lueco loro 4v 9, al lueco4v 11, altro lueco4v 24, in uno lueco de fuec (...)

46La diphtongue ue est presque toujours présente dans les trois continuateurs de LŎCUS, FŎCUS, BŎNUS, -A : in uno lueco 4v 1, 23r 28 (déjà en ancien it. luogo) ; < -I : quisti luegy 8r 35, lo bueno deo 3r 40, li bueni angeli 5r 18 opposé à bone anime 7v 10, bone dopne 35r 1917.

47Les graphies intermediaires loeco de inferno 15r 23, in loeco de deo 18r 20 indiquent l’allongement graduel à partir de /O/ avant d’arriver à ue, tandis que l’accent sur l’élément initial de la diphtongue est signalé par la graphie réduite : in que’lughi 21v 10. On observe un cas de réduction : si gecta intro nel fuco. 14v 43 (face à ipsu s’à giptato intro lo fueco 14v 43).

  • 18  Le phénomène touche d’autres vulgaires anciens, cf. Russo 2007 : 41 suiv. et bibliographie ; pour (...)

48La réduction graphique qui s’est produite dans la série vélaire fuco 14v 43 et lughi 21v 10 indique l’avancement de l’accent sur le premier élément18.

49La tendance au remplacement de la diphtongue ue par uo dérive de la coincidence sporadique entre les formes toscanes ou littéraires et les formes dialectales : de filo di chuoio 33v 16 ; li uomini 16v 8 < *HŎMĬNĪ ; Li mya huomini 26r ; huova 47v 6 ; suoy 56v 25 < *SŎI ; li buoni 11r 1. Devant -Ī la diphtongue métaphonique est normale, comme en toscan la diphtongue spontanée.

50Les adjectifs de la 2e classe sont regulièrement surchargés quant au genre, sing. (m. et f.) opposé à pl. (m. et f.) et sont commutables (li homini) fuerti 2r 4 (mais forti adj. m. pl. 9r 3) opposé à (montagna) forte 2r 3 ; forte malatie 8v 17 (avec le pluriel analogique -e, fréquent dans les adjectifs féminins de 2e classe et dans les noms féminins de la 3e déclinaison, cf. le gran tosse 5r 22).

  • 19  On trouve o en présence de -i, -o (/u/) : morto et sepelito 5v 7; uno corno 45r 15; grosso collo 5 (...)

51En revanche, on trouve o en présence de -a, -e, -i, -o (/o/), -o (/u/) dans d’autres formes (pour certaines desquelles la diphtongaison serait normale en toscan) : nova < NŎVUS, -A 32r 5 (en ancien italien déjà nuovo, -a), nove < NŎVEM 7r 26 (la diphtongue est absente en italien ancien et moderne à l’exception de l’ancien siennois : a. sien. nuove ciento quaranta 1262, Lettera, AndreaTolomei, ProsaOriginiCastellani, TLIO) ; rota < RŎTA 50r 34 (déjà en ancien italien ruota) ; omo < HŎMO 5r 8 (déjà en ancien italien uomo), omu 4r 39 ; homo 2r 36 (mais /o/ final) ; fore 5v 28 < FŎRIS ‘fuori/hors’ (dans les anciens vulgaires italiens déjà fuori et aussi fuora < FŎRAS : a. it. fuori GiacLentiniAntonelli, TLIO et a. flor. fuora avant 1292, GiamboniFioreRettoricaSperoni, TLIO) ; coche < CŎQUIT 33r 25 (mais dans les vulgaires italiens déjà cuoce : a. lucch. milieu du xiiie siècle, BonagiuntaOrbicciani, RimatoriZaccagnini-Parducci, TLIO) ; uno ovo < *ŎVUM, -A 19v 39 (déjà en ancien italien uovo, -a)19.

52Quant au système verbal, on trouve les diphtongues ue et ie à la 2e pers. sing. de l’indic. prés., en présence de ĪS final :

lo pòy stroviare et non lo struevi 26r 13 opposé à strova 27v 10 ; Sidrac, priendi 3v 38 ; te la viesti 52r 19 ; si tu la fieri ‘la ferisci/tu la blesses’ 53r 34 (mais hors métaphonie la terra chriepa < CRĔPAT 20v 17, face à crepa 26v 14), tu li tieni 26r 39, cà si tu lo scuoperi 32r 14 (cf. en toscan : a. grosset. cuopre < COŎPERIT : 1268, AlbBresciaVolgAndrGrosseto, TLIO et aussi a. flor. cuopri 1310env., Bencivenni, TLIO mais aujourd’hui copri, -e), et retieni 43r 24, tu liegi 43r 24 (cf. a. émil. tu che liegi < LĔGIS 1360, BonaféPaganino, TLIO), quando tu ti lievi 45r 2 (également dans les anciens vulgaires italiens lieva < LĔVIT à côté de leva dû à levare : par ex. a. tosc. lieva 2e moitié du xiiième siècle, GuittArezzo, TLIO et ancien italien si lievi 1292-93env., DanteVitaNiuova, TLIO ; la diphtongue apparaît aussi dans les subst. it. allievo, sollievo et rilievo) ; priemi bene 46v 27 (en ancien italian prieme < PRĔMIT 1341-42, Boccaccio, Ameto, TLIO et priemi 1339-40, BoccaccioTeseida, TLIO), tu vieni 50r 18 (aussi ancien italien où on a également viene < VĔNIT, cf. TLIOMat). Mais à la 3e pers. sing. du prés. indic. on observe e, o en présence de -e : move < MŎVIT 9r 16 (mais ancien italien muove) ; pote 4r 35 ; pòy < *PŎTET 3r 34 ‘può/il peut’
(-y est paragogique ; mais en ancien toscan puote : a.flor. 1260-61env. Latini, PoetiDuecentoContini, TLIO, et può, d’où puoi) ; vole 2v 36 < *VŎLET (déjà dans les anciens vulgaires vuole et aussi *VŎLES vuoli, d’où vuoi analogue à puoi : a. tosc. vuoli xiiie siècle, GiacPugliese, TLIO) ; more < *MŎRIT 7r 8 (mais ancien italian muore).

53Notons que la forme criepa appartient aussi aux anciens vulgaires italiens (Castellani, 1865/1980 : 123), alors que l’italo-toscan n’a plus que crepa. Dans la banque de données de l’OVI on trouve l’a. flor. criepa (1292, GiamboniVegezio, TLIO), également dans le Libro di Sidrach florentin, texte inédit du xive siècle : (1383, LibroSidrac, TLIO), ainsi qu’en siennois. Pour cette raison, dans le Sidrac il pourrait s’agir d’un emprunt toscan. En italien contemporain on observe que la diphtongaison de Ĕ et Ŏ ne se produit pas dans les mots où [E] et [O] suivent le groupe obstruante + vibrante : lat. BRĔVEM it. ‘breve/bref’, lat. TRĔMO it. ‘tremo/je tremble’, lat. PRŎBO it. ‘provo/j’essaie’, etc., mais la diphtongaison était normale en ancien italien, au moins jusqu’à la fin du xive siècle : a.flor. (parlare) brieve (1292, GiamboniOrosio, TLIO), a. it. di paura tuttatriemo (1335-36, BoccaccioFilostrato, TLIO), a. it. io pruovo (1343-44, BoccaccioFiammetta, TLIO). Donc les cas de dipthongaison en syllabe ouverte correspondent fréquemment aux formes toscanes :

fueco (mais toscan fuoco), chuoio, uomini ; huova 47v 6 ; suoy < *SŎI 56v 25 (en ancien italien déjà miei < MĔI et tuoi < *TŎI) ; bueno et buoni, li loro filiuoli 12r 18, aciaiuolo 20v 27 et hors contextes métaphoniques également nuocie < NŎCET 53r 28 3e pers. indic. prés. (déjà en ancien italien nuoce), aviene 8r 19, maniera 16r 31, diviene 9r 19, adietro < AD RĔTRO 48v 23 (déjà en ancien toscan : a.flor. adietro 1260-61env., LatiniRetoricaMaggini, TLIO).

54À part quelques diphthongues spécifiquement toscanes (filiuoli, huova, aciaiuolo, nuocie), uo n’est pas toujours exclusivement toscan, dans les cas où les conditions de métaphonie coincident avec la diphtongaison en syllabe libre : buoni, uomini, scuoperi, pourraient illustrer des adaptations de ue local à uo toscan.

55Nous passons à la fermeture métaphonique en i et u, sous l’effet de i et u finaux, des voyelles toniques issues de Ē et Ĭ ou Ō et Ŭ latins.

2.1.3. Fermeture métaphonique de /e/ < Ĭ en salentin médiéval

56Dans le livre du Sidrac, comme dans les dialectes salentins septentrionaux, les voyelles toniques mi-fermées /e/ (< Ĭ et Ē) et /o/ (< Ŭ et Ō) se ferment en [i] et [u] en contexte métaphonique. En contexte non métaphonique, /e/ et /o/ salentins septentrionaux se réalisent [ɛ] et [ɔ], s’écartant du modèle napolitain qui prédit [e] et [o]. De même, [ɛ] et [ɔ] sont présents aussi en salentin central et méridional chaque fois que, pour une raison quelconque /e/ et /o/ romans n’ont pas donné /i/ et /u/ (Fanciullo, 1989 : 226). Les dialectes salentin centraux et méridionaux suivent fidèlement le modèle ‘sicilien’, comportant deux phonèmes uniques invariants /i/ (< Ē, Ĭ) et /u/ (< Ō, Ŭ), qui correspondent respectivement à /e/ et /i/ et à /o/ et /u/ du roman comun.

57Pour Ĭ en présence de -u, -o < Ŭ dans le Sidrac on trouve (latinisme et métaphonie coincident ici) :

  • 20  Cf.lo frido 12r 28, ca frido non vole caldo 13v 11, né lo caldo lo frido 13v 12, grande frido20v 1 (...)

frido né caldo 10v 14, fridi 32 39 en présence de -i < -Ī (*-I) opposé à freda complexione 9v 2 (l’abaissement est présent aussi dans la forme verbale à la 3e pers. refreda lo corpo 15v 24) ; nigro < lat. NĬGRU 4v 21,4v 26, 15r 35, li homuri nigri 9v 8 opposé à colere nere 56r 10 (mais Le colere nigre 56v 26) ; lo sicco vence l’umido 13v 14, sicchi 33r 1 opposé à secca 15v 4, (herbe) secche 15v 2 ; frisco 3v 10 ; lu vitro 6v 22 ; o fueco ch’è pinto al muro 40v 32, un pilo 8r 10, en présence de -i < -Ī (*-I) pili 8r 34, 39r 9, costricto 12r 30 ; spisso 34v 29 adv. ; lo signo 33v 32, tre signi 32v 38 ; infirmi 7r 23 ; capilli < CAPĬLLI 8r 34, 23r 2, 35v 1, 39r 16 (mais capelli 39r 11) ; li sua discipuli < DISCĬPULU 48v 5 ; lo ligno 48r 14 < LĬGNUM (mais legnyo 52r 23) ; pescie 24r 33, nullo pescie 21r 17, pesce 8v 6, 45v 4 (quillo pesce), 54v 11 opposé à pisci 4r 24, 8v 40, 24r 29, 40v 35, 45v 47, li pissi 4r 24 (mais aussi lo pisce 8v 5) < PĬSCE/*PĬSCĪ ; firmo 12v 28, 38v 42 (mais ferme m.sing. 16r 13 si tene ferme et duro) opposé à
f.sing. [ella] ferme 21r 13, ferme speranza 38r 2, terraferme 20r 19 (la voyelle -e ne résulte pas nécessairement d’un métaplasme, mais pourrait aussi bien être une restitution erronée des voyelles finales en déclin) ; semplice vragia 46v 27 semplece 46v 27 opposé à simplici homini 9v 24 < SĬMPLĬCE (de même que l’adv. harmonisé semplecemente 9v 2) ; vergene 4r 7 opposé à quisti cotali so’virgini et pulcelli, che so virgini de 34v 15 ; licito et bono guandangno 26v 20 ; degne (petre) 15r 24 opposé à digni 8v 36 ; (le cose innanci) decte 11r 24, mais in sua dicto 12r 14 et in loro dicti 12r 15, à dicto quisto 14v 43, lu dicto 2v 14 (mais < *DĪCTU < DĪCERE, donc métaphonie analogique) ; (viso) quillo < ECCU ĬLLU 2r 5, quisto paysi < ECCU ĬSTU 2v 27, quisti (ydoli) 2r 21, quilli m. pl. 2r.3, multi de quilli 2r 1020.

58La métaphonie touche aussi les pronoms personnels :

  • 21  Les continuateur de ILLE sont utilisés aussi comme pronoms neutres: illu convene 16v 2.
  • 22  Pour les textes méridionaux de la même époque, une documentation semblable, plus large, se trouve (...)

isso < ĬPSU 2v 21, 14v 15, issi 33v 15, 4v 12 opposé à essa < ĬPSA 5r 29, senza esse33v 6, esse 13v 18 ; et aussi la forme latinisante ipso 2r 2, ipsu 2v 33 ; illo < ĬLLU 2r 20, illu 2v 22, ill’ 7v 25 (mais ello 14r 13, ell’10v 32), illi 3r 30 (mais elli 2v.6) et ipsi 2v 2 opposé à f.sing. ella 3v 23, ell’ 9r 36, ela 13r 27, el’ 52v 30, au pl. elle 4v 11, ele 21r 37 21. On remarquera quelque cas d’article défini non aphéretique illu quale 2r 39 (mais ello mundo 14r 29), illi codardi 25r 8 opposé à ella bona femina 15v 38, ella femina 25r 822.

59Avec lo consilho < CONSĬLIU 2v 21 (ou per sua consilho 2v 24) on vérifie la convergence entre métaphonie, latinisme et anaphonèse toscane ([i] tonique au lieu de /e/ devant -LJ-, comme FAMĬGLIA it. ‘famiglia/famille’). Mais l’hypothèse métaphonique pour consilho est validée par l’absence d’anaphonèse et métaphonie dans les féminins suivants : le loro lengue 39v 31, onghe ‘unghie/ongles’ < ŬNG(U)LA 45v 14, infengere 43v 29. Par anaphonèse le toscan a [i] et [u] à la place de /e, o/ quand Ĭ et Ŭ sont suivis par /n/ + vélaire : LĬNGUA it. ‘lingua/langue’, FĬNGIT it. ‘finge/il feint’, ŬNG(U)LA.

60Le terme artìficio 52v 13 < ARTĬFĬCE (mais artefece 56v 5) est un cas de metaplasme de la 3e à la 2e déclinaison.

61La métaphonie n’est pas representée dans le paradigme hétéroclite qui devrait normalement opposer un masculin singulier métaphonique à un féminin pluriel non métaphonique : un dito < DĬGĬTU 14v 27, mais aussi quactru dita 20r 9 ‘unité de mesure’. Le couple lueco/locore fait exception par son pluriel issu de ŎRA, qui représente à côté de -a, l’autre type paradigmatique hétéroclite : in più locore 21r 6, in tocte le locore 29r 33,mais masculin singulier métaphonique lueco.

62Les paradigmes hétéroclites qui associent un masculin singulier à un féminin pluriel en -a ou en -e sont nombreux :

à côté de dita, on a tre granella 6v 30, aussi en -e : queste granelle 6v 31, le granelle 6r 33 (opposé à quillo granello), piselle 47r 22 < -ĔLLA, -ĔLLAE ; le comandamente 15v 33, soe comandamente 2r 19 ; le vestimente 39r 13, 43v 16 < -MENTAE ; menbra 16r 33, 31r 1 (aussi en -: le sue vene e menbre 15r 31, le menbre 21r 1, 29r 2, tocte queste menbre 23r 2, l’altre menbre 23r 8, tucte le menbre 26r 29) ; l’osse 5r 26, 23r 9 ; le ginochye 14v 20, le ienocche < GENŬCŬLU 32v 31 ; in bracza 27r 3, aussi en -: ij bracze 43v.3, bracce 54r 16 (opposé à uno braczo 14v 26, et ‘l braccio 20r 19) ; le mura 36 17, aussi mure 20r 26) ; tale grida 2v 16 ; le sue interiore 32r 33, et sue interiore so’frede 32r 37 ; en -ŎRA aussi le latora 28v 14.

  • 23  Cette classe morphologique comprend les substantifs neutres de 2e déclinaison (avec conversion du (...)

63Ces formes caractérisées par la fracture de genre à l’intérieur du même lexème, masculin singulier opposé à féminin pluriel, représentent des survivances ou des extensions analogiques des anciens neutres latins dont le sing. -U[M] a été assimilé à un masculin et le pluriel -A à un féminin23.

64L’abaissement de Ĭ selon les attentes étymologiques est illustré par necta 6v 189, (anima) 10v 47, (terra) netta 21v 40, la domeneca < DOMĬNĬCA 54r 24, parmi les métaplasmes de la 3e à la 2e déclinaison il y a aussi uno ciecio < CĬCĔRE 50v 5, mais ciecie 53v 29 (le i est seulement graphique et il est un indice de la palatale précédente), cennere sing. < CĬNĔRE 2v 14, 47r 4 ; le recche [< AURĬC (U)LA 32v 32. L’abaissement dans le métaplasme la lectere < LĬCTERA est aussi regulier : l’arte de la lectere 38r 8 montre un passage de la 1re à la 3e déclinaison avec -e final et une forme métaplastique au singulier non métaphonique.

65Le i métaphonique est présent dans les 2e pers. sing. du prés. ind. (en présence de -ĪS final) et de l’impér. (en présence de -Ī) : bivi < BĬBĔRE 3v 7 (bivi ad quisto bichiere), mais Yu bevo < BĬBO 3v 8 et bebe < BĬBIT 3v 8, beve 9r 18 ; aussi dans micti 6v 3, la micti 46v 271 (mais mecti 38v 28), mictili in la sua bocca 6v 31 opposé à mecte < MĬTTIT 15r 4 (ou vence VĬNCIT < 3e pers. sing. 6v 9, en l’absence d’anaphonèse toscane qui donnerait it. ‘vince/il vainc’), la base latine et la forme toscane font penser à une fermeture métaphonique normale ; miso ‘messo/mis’ 4v 25, fo miso 5v 7, misi part. 12v 36 ; en présence de la désinence des 2e pers. sing. et pl. de l’imparf. subj. : ardissi 28v 29, avissi 31r 7, tu volissi 22r 24 (mais potessi 43r 33) opposé à avesse 2r 1, dicesse 6r 8 ; des désinences des 2e pers. sing. et pl. du cond. : averissi 28v 30, diverissi 36r 12 ; vuy non vorrissivo 10v 40 (mais faresse 27r 35), la désinence du parf. indic. : fachisti 4r 4, etc.

66Quant aux restes de la 5e déclinaison < ĬTIES (sing. -ĬTJ[E] opposé à pl. *-ĬTJ[Ē]Ī), on trouve dans le Sidrac le type méridional originel avec singulier en -e et fermeture métaphonique au pluriel :

67sing. alegrecce 4r 2, 10v 14, 16r 8 opposé à pl.l’aligricci de la loro vita 33v 40 ; rechecze 38r 30, la richecce 17r 5, adquesta grande richecze 25v 35, in sua recchecze 38r 30 opposé à pl. de richiczi mundani 25v 32, quisti richicci25v 35, li richicci 25v 40, richicci sempiternali 25v 43.

  • 24  Maisaussi f.pl. queste richecze so’quelle 25v 36, rechecci 17r 8. Cf. f.sing. nulla gravecce 5r 17 (...)

68parallèlement à alegrecza 19r 40, questa richecza 25v 31 et rechecza 12v 2, type toscan coexistant avec, et homonyme de la 1re délinaison24. Ces survivances de la 5e déclinaison prennent donc les mêmes flexions que les noms de la 3e déclinaison, avec ­e désinentiel sing./plur. et pluriel métaphonique.

2.1.4. Fermeture métaphonique de /e/ < Ē

69On trouve i < Ēen présence de -u, -o (< Ŭ) :

  • 25  Cf.seraiu priso 8r 24 (mais preso uno cortello 2r 28); lo dricto camino 37r 6 (cf. aussi 4v 27), i (...)

priso 2v 18 ; intiso 47v 10 ; (à) offiso 2v 24 ; dricto folle 16v 15 < DIRĒCTUM opposé à drecta (costata) 3r 8, dericto è che nuy credamo 11r 18 (mais directo 10v 32) opposé à derecta natura 9v 7 ; lo re 2r 5 ; (uno) mese 29r 19, 45r 24 opposé à nove misi ‘mesi/mois’ 6v 23 < MĒNSE/*MĒNSĪ ; cum sico < SĒCUM 9r 16, 17r 9, 25v 35 (mais aussi nulla de porta seco 24r 14, cum teco < TĒCUM 26r 39 et co. (m) meco < MĒCUM 8v 28) ; lu piso 5r 24 ; contrapiso 45v 2 ; venino ‘veleno/venin’ 21v 36 avec /n/ étymologique répandu dans le sud (mais veneno 3v 7) ; viro 46v 14 opposé à vera 26r 26 et oyviro 18v 30 (mais vero 4r 28, overo 20v 23, oyvero 25r 24)25 ; < ĒMUS (désinence de la 1re pers. pl. du prés. indic. des 1re et 3e conjugaisons latines) : vidimo 2v 4 ; avimo intiso 47v 10 ; bevimo 10r 14, etc. ;

70mais selon une hypothèse répandue -MUS, 1re pers. plur. de l’indic. des 2e et 3e conjugaisons latines (et par conséquent aussi la 1re pers. du futur) n’ont aucun effet métaphonique : -MOS aurait remplacé -MUS en latin vulgaire (cf. Lausberg, 1965-1966 : § 274) : *ĪMOS de la 4e conjugaison se serait ensuite étendu par analogie aux verbes de 2e et 3e conjugaison dans des nombreux vulgaires méridionaux.

71On trouve i < Ē en présence de -i, -e < I :

nuy siamo prisi 27v 3 ; dricti 16v 27, diricti 18r 2 ; iiij pisi 46v 33 ; debili rini 25r 4 ; li rini 32v 32 ; i se rencontrent encore dans les 2e pers. sing. du prés. indic. (en présence de -ĪS) et de l’impér. de la 2e conjug. (en présence de -Ī) : quillo chi tu. de cridi 35r 27 (opposé à crede 3e pers. sing. du prés. indic. 2r 18 ; mais aussi credi 2r 34, debi 22r 23 à la 2e pers. sing. de l’indic. prés.) ; divi 6r 10 ; li divi avere 22r 24 (mais tu debi riprendere 22r) opposé à ella non deve 34v 40, deve 2r 38 ; digi 3r 9 ; vindi ‘vendi/tu vends’ 52r 35 ; les désinences de la 2e pers. pl. du prés. indic. des 2e et 3e conjugaisons latines (et en conséquence les 2e pers. plur. du futur), fusionnées en -ĒTIS ; aviti 3r 41 ; Viditi 2v 4 ; deviti 40r 32 ; potiti vuy vedere 7v 37 ; prendite 22v 4, vuy diciti 23r 41 (et les 2e pers. pl. du futur averiti 52r 5, vorriti 31v 9) ; à l’imparf. dans devivi 24v 29 ‘dovevi/tu devais’. (mais vuy videte etc. 21v 13).

72Une évolution regulière de Ē est illustrée par le f.pl. mele 46v 26 et par la 3e pers. du parf. preselo 2r 26.

73Le module brindisien des alternances métaphoniques est perceptible aussi dans le suffixe épicène -Ē(N)SE/*-Ē(N)SĪ, avec alternance paradigmatique de la voyelle tonique : (si illi so’) cortisi 44r 17, 44r 12 < *-Ē(N)SĪ opposé à f.sing. (gallina) cortese 46r 9 < -Ē(N)SE.

2.1.5. Fermeture métaphonique de /o/ < Ŭ

  • 26  Cf. aussi lo mundo rutundo19v 43,rotundo comu una palla 20r 18, ritundo 5r 20, uno pertuso ritundo(...)

On trouve : pullo 33r 13 (mais pollo 47r 28) ; ritundo 19v 41 opposé à ritonda 53v 22 ; stulto 18r 35 ; suczo et spaventevele 4v 26 ; ursi 46v 6 ; illu sarà russu 15v 5 ; ructo ‘rotto/rompu’ 20r 26, ructi m. pl. 2r 8 opposé à (schere) rocte 44r 27 ; tali [scil. l’omo oy la femina] so’ corructi 34v 12 opposé à (pulcella) corrocta 34v 10 ; mundo 20r 5 ; fundo 45v 1 ; profundo 28v 24 ; iurno 2r 2 < DIŬRNUS, iurni 2r 2 ; menzoiurno 34r 23 ; convene cu illu sia niuru < *NĬGŬRU 15v 4 (mais avec deplacement de l’accent par rapport à la base latine), niuri 15r 26 opposé à colere niore 32v 27 ; piumbo 25r 3 < PLŬMBUM ; lo satullo 18r 9 ; 18r 24 < -ŬLLU (mais satollo 31r 39 et so’ satolli 38r 18) ; surdo 23r 18 ; 39r 37, surdi et muti 39r 26 ; quaranta gubiti < *GŬBĬTU 21v 8 ; lu suo curso 12r 926.

74On remarque aussi le paradigme épicène des adjectifs de la 2e classe (même substantivés) : li iuveni 35r 29, 45r 18, 26 opposé à la femina iovene < JŬVENE 32r 32, au m.sing. lo iovene 38v 34, quillo iovene 38v 36, etc. ; l’adj. épicène dolce présente un f.pl. métaphonique régulier : dulci (parole) 12r 13, le vevande dulci 56r 28 (mais f.pl. dolci 46v 26) opposé à m.sing. dolce coyro 12r 12.

75L’adjectif MŬLTUS/MŬLTA revèle une influence latinisante ou même une fermeture non conditionnée : multa freda 20v 8, le nubelhe multe grosse 20r 36, multu l’à a nnoya 2r 30, etc.

76L’abaissement est normal dans la sua bocca < lat. BŬCCA 6v 31, una torre < TŬRRE 37r 30 (pl. *TŬRRĪ), alle forche del fueco 36r 5 < FŬRCA, forno 49r 16. Il faut noter aussi l’absence de métaphonie pour les féminins pluriels : nocie ‘noci/noix’ 47v 5.

2.1.6. Fermeture de /o/ < Ō

77On trouve u issu de Ōdans :

  • 27  Cf. aussi l’altri coluri 44v 2, de coluri 54r 25, mais colori 44v 2, 15v 1; lu pomo 6r 6, un pomo (...)

li melhori coluri 44v 1 opposé à bello colore 44v 8 ; lu pumo 5v 26 < PŌMUM et f.pl. la poma (Adamo morse la poma chi li fo vetada) 7r 5, La poma 39r 20 avec métaplasme de genre (du neutre au féminin pluriel) et de déclinaison de la 2e à la 1re (mais aussi lo poma 39r 14 avec article masculin) ; dans les pronoms personels vuy 2v 4, 7v 37, 10v 40, 2v 43 etc. < VŌS, nuy 2r 5, 2v 5 < NŌS, où le -s devenu segment palatal [j] a été réinterprété comme morphème du pluriel vocalique ; dans cunto 53r 42 ; merzé et perduno 9v 26 ; numi 37v 7 < NŌMEN ‘nomi/noms’ (mais nomi 24v 31) opposé à allu sua nome 2r 44 et allo nome 3r 17 (et noma verbe 37v 9) ; sulo 8r 24 ; dudici misi, en présence de -Ī (*-I) 11r 38, dudeci misi 32v 3627.

78La métaphonie n’est pas représentée dans la forme métaplastisée octobro 56v 30 < OCTŌBER (mais la voyelle finale est paragogique et non pas *OCTŌBRU), dans nove ordini 6v 23, dono < DŌNUM 11r 22, 11r 49 (mot savant), le f.pl. mele cotoghne dolci 46v 26 < COTŌNEU et le f.pl. code < CŌDAE 47v 4 sont réguliers.

79Un autre suffixe apte à vehiculer la métaphonie est -ŌSU/- ŌSA/- ŌSĪ/- ŌSAE, caractérisé par une forte compacité paradigmatique :

  • 28  Mais aussi l’uno è curruchato et l’altro è gioso 13r 30; periculosu 8r 20; quillo precioso corpo 4 (...)

serà giusu et alegro 13r 28 ; coraiuso 15v 27 ; curruchuso et malanconoso 15v 29 ; pauruso 54r 11, paurusi 16r 10 ; peluso 54r 16 ; (core) piatuso 3r 3, 23v 26, (Deo) piatuso 26v 17 ; ontusi et vergognosi 40r 16 ; rigulhusi 44r 13 ; ascusi 18v 21, misericordiuso 41v 1 opposé à petra preciosa 6r 37, petre pregiose 17r 35 ; (bestia) venenosa 42v 1 ; vitoperosa 7r 18 ; pagorosa 10v 2128.

  • 29  Mais aussi li loro filholi 13r 29, lo loro filholo 13r 30.

80On sait que dans quelques dialectes méridionaux le suffixe ĔŎLUS/-ĔŎLA évolue en *-JŌLUS/-JŌLA. Il en découle que les termes suivants sont métaphoniques : rasulo 45v 22 < *RASJŌLU avec substitution de -JŌLU à -ŌRIU (la base est en fait RASŌRIU avec changement de suffixe), più filhuli < *-JŌLU 54r 18 opposé à filhola < *-JŌLA 34v 39 et l’allotrope toscan li loro filiuoli < -ĔŎLUS 12r 1829. Mais dans les vulgaires anciens on trouve -ŎLUS > -uolo : a.flor. figliuolo (1260-61env., LatiniRetoricaMaggini, TLIO), même si on peut constater, à travers la base de donnée des anciens vulgaires italiens, une réduction de la diphtongue uo après consonne palatale déjà au xiiie siècle et on trouve figliolo déjà dans les textes florentins : a.flor. figliolo (1264, FioriFilosafiD’Agostino, TLIO). Comme on le voit, avec le Sidrac on est en présence d’un modèle parfaitement métaphonique.

81Avec -ŌNE/*-ŌNĪ aussi, la métaphonie dispose d’un suffixe qui en assure la diffusion à travers une série d’applications :

  • 30  Cf. aussi traguni 21v 33; lo garzone 34v 34 opposé à Li garzuni 12r 18, 30v 42; al piczolo colhone(...)

li draguni m. pl. 40v 40 ; gluctuni 15v 10, 16v 23 ; montuni 14v 28 ; lo iovene garzone 45r 28 opposé à tucti li garzuni 34r 40 ; ca (m) piuni 11r 11 ; uno colhone 45r 4 opposé à li colhuni 45r 7 ; in quactru cantuni de l’abergo 3v 3930.

82Pour les substantifs féminins le suffixe épicène a le même comportement et le paradigme ne change pas :

  • 31  Cf. aussi doy staiuni l’anno 32r 30; li quactru complexiuni13v 10; questa raczone 8r 21; raczone 3 (...)

staione f.sing. 32v 37 opposé à f.pl. quactro staiuni 33r 5 ; li condiciuni f.pl. 22r 23 ; bona complexione 13v 10, opposé à complessiuni 7v 22 ; la raczone 6v 7 opposé à li raczuni 33r 3631.

83D’autres suffixes sont potentiellement en mesure de véhiculer la métaphonie. Pour le suffixe -ŌRE/-*ŌRI on rencontre les continuateurs suivants :

  • 32  Cf. aussi li sua fiuri 22v 24 (mais secchi fiori 13v 21); mais maiori 4v 30 et li omori 33r 33.

piscaturi 8v 7 ; li predicaturi 11r 7 ; quisti tentaturi 40v 2 ; li governaturi 26v 30 ; li confexaturi 26v 30 ; navicaturi 28r 29 ; lo fiore 3r 44 opposé à li fiuri 5v 3 ; lu sua signore 6r 38 opposé à signuri 44r 24 ; alli loro maiuri 40v 2 opposé à maiore 5v 15 (senza nullo dolore 6v 20, etc.) ; (li) homuri 9v 8, 11r 28, li malvasi homuri 15r 3732.

84Les irrégularités d’application sont dues là encore au modèle lexical toscan, d’où la métaphonie est absente, ce qui restreint le domaine de la métaphonie.

85L’extension analogique de la métaphonie aux voyelles hautes dérivées de Ī et Ū étymologiques, avec abaissement de la voyelle tonique, constitue un cas intéressant de morphologisation précoce de la métaphonie. Il s’agit d’alternances métaphoniques inattendues étymologiquement, dans des mots avec /i, u/ toniques issus du lat. Ī et Ū, alors que les continuateurs romans de Ī et Ū sont notoirement réfractaires à la métaphonie. Les abaissement de Ī et Ū étymologiques abondent et s’expliquent en termes morphologiques (et non phonétiques) par l’attraction du processus métaphonique. Il s’agit de l’extension analogique des alternances métaphoniquement régulières, qui touchent les mots en /e/ mi-fermé et /o/ mi-fermé (< lat. Ĭ Ē Ŭ Ō) ; elle est déclenchée par la fonction morphologique. On rencontre l’ouverture de Ū, Ī toniques dans les cas suivants :

o < Ū : isso allomina 27v 29 (mais lo mundo allumina 29v 32), in uno fiome < FLŪME 35v 35, fora 38r 26 ‘ruba/il dérobe’, nollu 7r 27, nome 3r 37 ‘nume/dieu’, novole 23v 2, L’ono ponte… l’altro 12v 28, ono 6v 31, recepota 19v 24, roppe 3v 31, sentoto 24v 5 ; notrica li fancioli 34v 30, tucti li fancioli35r 31, digno fanciolo 37r 8 ; e < Ī adquesta 25v 35, gerano 28r 23-4, mese (nome) ‘(egli mise/il mit)’ 5v 26, lo mese in carcere 6r 39, mesili 6v 32, mesero 2r 3, promese 49v 29.

86Tous les cas ne correspondent pas à une adaptation métaphonique. Les exceptions (comme sentoto, fancioli, novole, etc.) peuvent aussi être attribuées à des hypercorrections poligénétiques dans les zones où se produit la fermeture métaphonique ; mais l’explication métaphonique justifie des formes comme fiome opposé à un pluriel fiumi et, parmi les formes verbales, pour les parfaits forts comme mese, l’ouverture devient morphologicament fonctionnelle, en permettant de distinguer par la métaphonie les 1re et 3e pers. sing.

87Si des cas comme ono peuvent être attribués à l’assimilation graphique, on ne peut en dire autant de formes comme tocta/tocte opposées à tucto/tucti < Ū it. ‘tutto/-a’, formes qui relèvent de la métaphonie analogique :

  • 33  Cf. aussi tocta (ymagine) 2v 14, tocta belletate 5r 16,tocta la terra 3v 33, ella è tocta incantat (...)

tocta la terra 2r 15, tocte le cose 3r 8 opposé àtuctu lu piso 5r 24,tucti quilli 2v 1633.

À moins qu’on ne les fasse remonter à une base Ō (comme le fait Sgrilli, 1984 : 52-53).

3. Voyelles finales

88En salentin septentrional contemporain les voyelles finales se réduisent à trois [a, i, u], alors que le centre et son avancée nord conservent la distinction entre [e] < -ET, -E, -IT et [i] < -ES, -IS, -I. Les noms féminins se terminent ou bien en /-a/ au sing. et en /-e/ au pluriel (noms de la 1re déclinaison latine : corona < CORŌNA 11r 9 ou forche 36r 5) ou bien en /-e/ au sing. et en /-i/ au pl. (noms de la 3: sing. quella lege 4v 12 ou sing. nocte 4v 12, pl. nocti 21v 8 et de la 5e déclinaison latine : sing. alegrecce 4r 2 – pl. aligricci 33v 40), avec une tendance à la neutralisation des pluriels des noms de 3e déclinaison aussi bien féminins que masculins (m.pl. fiuri 5v 3 et f.pl. nocti). La métaphonie intervient morphonologiquement dans le cas des voyelles toniques moyennes pour résoudre l’opacité des voyelles finales, étant donné que la désinence /-i/ représente aussi bien le masculin que le féminin des noms de la 3e déclinaison.

89Mais dans le Sidrac il n’y a pas de traces de la neutralisation septentrionale de /-e/ et /-i/ en [i] qui entraîne celle de singulier et du pluriel des noms de 3e déclinaison, à part le cas suspect sing. quisto paysi 2v 27.

90Le Sidrac distingue nettement /-e/ de /-i/ comme cela se produit dans l’aire linguistique salentine centrale. La rareté de -i face à -e doit être attribuée à l’antigraphe et à une tradition scripturale méridionale qui privilégiait -e (qui représentait souvent un schwa). Dans quelques cas de -e pour -o et pour -i on peut voir un indice d’affaiblissement des voyelles finales (starà morte xxxx hore 48r 23 ‘morto/mort’). Il en découle une fréquence de -e et-o plus élévée que celle de -i, -u.

3.1. Fermeture non conditionnée de Ō, Ŭ et Ē, Ĭ

91Les processus présentés jusqu’ici illustrent clairement les modes d’application de la métaphonie de ‘type brindisien’ à l’oeuvre dans le Sidrac. Il y a peu de cas de fermeture non conditionnée de Ō, Ŭ et Ē, Ĭ toniques en présence de -A, -AE, -E. Pour u < Ō en présence de -e on trouve :

sule < SŌLE (pl.*SŌLĪ) 12r 8 : del sule che scalda la terra 12r 8 (mais lu sole 6v 21) ; -a, spusa 19 r 20 (mais culla sua sposa 19r 24), comme spuso 19r 20.

92Pour i < Ē en présence de -a, -i < E :

quisto paysi sing. < lat. PAGĒ(N)SE 2v 27 (qui ne devrait avoir une fermeture métaphonique que pour le -Ī pluriel PAGĒ(N)SĪ), lo sua paisi 43r 4, in uno longo paysi 19r 25 (mais lo tuo paese 43r 7), pisa 19r 24, pour Ŭ gula < GŬLA 16v 41.

93Mais il est connu que le continuateur italien méridional du latin [PAGĒ (N)SE présente un [i] tonique (issu du lat. Ē) et non métaphonique dans une vaste zone au vocalisme non sicilien, zone où l’on attendrait [e]. Les explications de cette irregularité varient : a) fermeture due à un [j] (< lat. -G-) précédent ; b) extension vers le nord d’une forme sicilienne ; c) emprunt du fr. pays ; d) métaplasme avec évolution phonétique régulière PAGĒ(N)SE → PAGĒ(N)SU. Le plus probable est que le type italien méridional pays- soit une adaptation du français pays, entré en Italie méridionale avec les Normands (Fanciullo 1989 : 295), plutôt qu’une forme métaphonisée à partir d’un métaplasme *paeso. D’autres cas de fermeture non conditionnée sont recueillis par Sgrilli (1984 : 59-60). Mais on doit écarter l’hypothèse d’un antigraphe sicilien, étant donnée qu’il s’agit de cas presque normaux dans la scripta de l’Italie centrale et méridionale.

94Une autre possibilité est celle de résidus du vocalisme sicilien, qui s’étendait sur tout le Salento avant d’être restreint à la zone de Lecce. Aujourd’hui, le salentin central se caractérise par l’absence de métaphonie de /e/ et /o/ (< Ō, Ŭ et Ē, Ĭ). À la différence du salentin septentrional (zone d’origine du Sidrac), ces voyelles se transforment toujours en /i/ et /u/ selon le schéma tonique sicilien (dans lequels /i/ et /e/ romans d’une part, /o/ et /u/ d’autre part, convergent). Il est possible qu’il ait existé (comme aujourd’hui, Fanciullo, 1995 : 236) un équilibre diasystémique entre salentin central /i/ et /u/ correspondant respectivement au salentin septentrional /i/, [i], [ɛ] et à /u/ [u], [ɔ], là où /ɛ/, /a/, /O/ étaient communs aux deux variantes (septentrionale et centrale). À l’évidence, il existait dans le Sidrac, comme en salentin septentrional, deux variantes commutables du */e/ protoroman, [ɛ]- [i] et du */o/ protoroman [ɔ]- [u] ; ce qui a d’une part empêché la généralisation de la métaphonie (dans le lexique non suffixé) et d’autre part contribué à la ’desicilianisation’ est, hormis les latinismes, l’influence du modèle toscan dépourvu de la métaphonie, avec une réinterprétation de la voyelle tonique.

3.2. Diphtongues voyelles + glides issues de /e/ tonique

  • 34  Les exemples ci-dessus montrent une évolution apulienne et non salentine, déjà à l’œuvre dans la z (...)

95Ces diphtongues correspondent à un allongement de la voyelle mi-fermée /e/ : facuno beiga insieme 19v 19 ; feimina 54v 22 ; amato da feimene 54v 22 (mais per femmine 54v 20, masculi et femine 54v 25). Ce phénomène est attribué à l’isochronie syllabique (dans la Romània) par Schürr (1936), qui l’appelle diphtongaison spontanée, par opposition à la diphtongaison métaphonique. Mais Schürr s’appuie sur une équivalence : voyelle longue = diphtongue décroissante, limitée aux syllabes ouvertes. Or le Sidrac montre (avec feimina) que l’allongement sous forme de diphtongue V + G touchait aussi les syllabes fermées34.

4. Origines de la diphtongaison non conditionnée de /E/ et /O/ en syllabe ouverte

  • 35  Memorie e documenti per servire alla storia del ducato di Lucca, V.3 [documents du xe siècle], Att (...)
  • 36  V.2, 590.

96La diphtongaison ‘spontanée’ de Ĕ et Ŏ toniques en syllabe ouverte est dite ‘toscane’ parce qu’elle est caractéristique du florentin et des autres dialectes de la Toscane. Le fait que cette diphtongaison caractérise les mots italiens est un indice de ce que l’italien correspond largement au florentin littéraire du xive siècle. Les exemples les plus anciens de ie et uo se trouvent dans les chartes latines toscanes. On fait remonter à 761 environ deux formes en uo : dans le Codice diplomatico longobardo, dans une charte de l’archive archiépiscopale de Lucca (copie contemporaine faite par le rédacteur de l’original, antérieure à 770 et traitant d’un partage de serfs effectué en 761). On y trouve : Gudaldo quocho et Aurulu russu nepote Uuidaldi de Quosa < CŎSA (Castellani, 1961/1980 : 88-90). Il s’agit des exemples les plus anciens relevés à ce jour de la diphtongaison romane en italo-toscan. Mais quocho pourrait aussi être une métathèse graphique de coquo (choquo) et Quosa pourrait correspondre à une base *QUOSA, bien que CŎSA reste l’étymon le plus probable. Pour quocho, la fonction onomastique en renforce la probabilité. On ne peut cependant exclure une hypercorrection qui remplacerait co par quo, donnant à quocho la valeur de coco. Analysant d’autres chartes du même rédacteur, Castellani n’a pas trouvé d’autres substitutions entre qu et c. Il en déduit qu’il pourrait s’agir d’une ortographe correspondant à la prononciation. Aebischer (1944) signale prope Aqua buona (983) et duomui (999) dans des chartes de Lucca éditées par Domenico Barsocchini35. Mais les exemples sont sujets à caution, Castellani nous apprend que le premier n’existe pas et le corrige en Aqua bona. Ce dernier nous fournit un exemple plus assuré de la diphtongue palatale avec Tiefuli < *Teufolo, anthroponyme lombard (l’évolution du germanique eu > /E/ est normale), forme attestée en 887 dans le même recueil36. Ce n’est qu’au xie siècle que les attestations deviennent plus fréquentes ; pour le ixe siècle, Castellani (1961/1980 : 90-92) fournit, à partir de documents originaux ou de copies légèrement postérieures :

Lieti < LAETUS (1057, Lucca), Lieta et Liete [conjoints] (s.l. 1061, Reg. Lucca), in loco Stiella (s.l. 1084, Reg. Coltibuono), in loco Diecumo (1092, Parrana), Martino Uuosa (1033, Lucca), Guoculi (s.l. 1034, Regestum volaterranum), in terra Puosi (1056, Lucca), in loco et finibus Cuori < *CŎRE (1077, Prisiano), Buoni (1088, Lucca), in Cretaiuole (1088, Siena), de duabus partibus est finis terre Buolli filius Iohannis (1090, Florence), etc.

97De ce qui précède il découle que nous avons deux formes probables de uo en 761 et en 770, ainsi qu’une troisième, plus incertaine, en 999, une forme de ie en 887, et de nombreuses formes de ie ou de uo au ixe siècle. Ces formes suffisent pour qu’on situe la diphtongaison de /ɛ/ et /ɔ/ dans une période antérieure au xie siècle (voire antérieure à la 1re moitié du viiie siècle). Mais la diphtongaison de /ɔ/ doit avoir cessé avant que AU deviennne /ɔ/, étant donné que l’on a jamais uo à la place de /ɔ/ dans des mots issus de bases latines en AU. De plus, les chartes toscanes du Cod. dipl. long. contiennent des exemples de AU > /ɔ/ dès la 1re moitiè du viiie siècle. Castellani (1961/1980 : 93) indique, entre autres, gora < * GAURA dans un acte original de Pistoia en 726, Osare < AUSĔRE dans un autre acte de Pistoia rédigé en 767, ainsi que o pour au en position prétonique : Godiosuli (730, Siena). La monophtongaison de AU en /ɔ/ se serait donc produite vers le début du viiie ou la fin du viie. Il en découle que la diphtongaison de /ɔ/ en uo (et probablement celles de /ɛ/ en ie) devait avoir cessé avant le dernier quart du viie siècle. La diphtongue est encore présente dans quelques mots d’origine germanique comme spuola (ensuite spola) du germ. occ. *SPŌLA (en haut allemand on a Ō > uo et Ē > ie, à la différence du lombard), truogo, truogolo (ensuite trogolo), lomb. *TRŎG, etc. Les lombardismes comme truogo ou Tiefulo ne s’expliquent qu’en admettant une diphtongaison toscane encore inachevée dans la première moitié du viie siècle. Ces éléments permettent d’établir vers le milieu du viie siècle. le terminus ante quem pour la diphtongaison de /ɔ/, et probablement aussi pour celle de /ɛ/. Enfin, de nombreux toponymes, trouvés pour la plupart dans des chartes latines des ixe et xiie siècle, sont mentionnés par Castellani (1965/1980 : 127). Ces toponymes attestent du caractère indigène, et non importé, de la diphtongaison en Toscane centrale et occidentale : Siena < SAENA, Quosa < CŎSA (forme existant dès 761), Liene < *LAENA, etc. Les données toponymiques contredisent nettement la thèse de Rohlfs (1966-1969 : § 85, 107) et Schürr (1936) sur le caractère non autochtone de la diphtongaison toscane.

4.1. Diphtongaison spontanée en ancien italien : conditionnements florentins

98La Toscane ne connaît pas de métaphonie, mais /ɛ/ et /ɔ/ toniques diphtonguent en syllabe ouverte, produisant ie et uo, et comme on vient de le voir, le phénomène était achevé à la fin du viie siècle.

99La diphtongaison toscane autochtone de /ɛ/ et /ɔ/ se produit en syllabe ouverte comme le montrent systématiquement les exemples tirés des anciens vulgaires italiens (§ 2.1.1 et 2.1.2) confrontés aux exemples de diphtongaison métaphoniques dans le texte médiéval salentin : CRĔPAT > criepa/crève, DĔCEM > diece/dix, DĔDIT > diede/donna, AD + RĔTRO > adietro/derrière, FĔRUS > fiero/fier, *INSĔMEL > insieme/ensemble, PĔDEM > piede/pied, PĔTRA > pietra/pierre, PRĔMIT > prieme/presse, SĔDIT > siede/assoit, VĔNIT > viene, LĔVAT > lieva, CAELUM > cielo, BŎNUS > buono, CŎQUIT > cuoce, COŎPERIT > cuopre, CŎRIUM > cuoio, FŎCUS > fuoco, FŎRIS > fuori, IŎCUS > giuoco, LŎCUS > luogo, *MŎRIT > muore, MŎVET > muove, NŎCET > nuoce, NŎVUS, -A > nuovo, nuova, *PŎSIT > puose, *PŎTET > puote, RŎTA > ruota, SŎNUS > suono, HŎMO > uomo, *OVUM > uovo, *VŎLET > vuole, etc. On a montré comment MĔL et FĔL produisent des oscillations à l’époque médiévale, à cause de la structure syllabique fermée à l’origine. Un motif semblable peut être décelé pour l’absence de diphtongue dans la forme sei/six < SĔX face à MĔI ‘miei/miens’, la diphtongaison de /ɛ/ et /ɔ/ en syllabe ouverte devait être terminée à l’époque où s final s’est yodisé (Castellani, 1965/1980 : 116). L’absence de diphtongue pour PŎST > poi s’explique pour les mêmes raisons, même si l’ancien siennois et l’ancien cortonais possèdent la forme puoi, à la différence de la Toscane occidentale : a. sien. sì avemo puoi veduto (1262, Lettera, AndreaTolomei, ProsaOriginiCastellani, TLIO). Certes, on trouve quelques occurrences rares de siei < SĔX à côté de sei dans un livre de comptes siennois, comme l’indique le TLIO :

a. sien. lunedì siei di entrante marzo, per le dette siei some, in siei istaia d’orzo per li ronzini (1277-1282, LibroMercAstuti, TLIO).

100En siennois on rencontre aussi d’autres diphtongues qui sont des exceptions en toscan : nuove < NŎVEM (italo-toscan nove), *ILLAEI > liei (mais italo-toscan lei), dans la même lettre siennoise d’Andrea Tolomei (TLIO) et biene (1309-10, CostitutoLisini, TLIO) < BĔNE. Mais cette dernière forme existe aussi en ombrien ancien et moderne : a. tod. biene (1305, [StatutoTodi], LEI, 5,1047) et en a. it. biene (1336env. [BoccaccioFilocolo], LEI 5,1027 ; 1546 [Aretino], LEI 5,1012, mais elle est absente en italien moderne et l’on assiste déjà en siennois du xiiie siècle au remplacement du type anthroponymique Biencivenne par Bencivenne (Castellani, 1965/1980 : 126). Mais si l’emploi proclitique du mot BĔNE est responsable de la forme bene pour biene, avec généralisation de la forme atone à la place de la forme tonique, les formes lei et nove constituent de véritables exceptions pour l’italo-toscan. Pour nove deux hypothèses se présentent : a) le terme pourrait avoir subi l’influence du latin juridique (ibid.), plus en Toscane occidentale qu’à Sienne (à Sienne et à Cortona on a des diphtongues pour SĔX, PŎST et *ILLAEI > liei (ibid.) ; b) l’absence de diphtongaison de Ŏ tonique est probablement due à l’intention d’éviter une confusion avec le féminin pluriel nuove < NOVAS.

101Pour *ILLAEI aussi il existe deux hypothèses : a) il se pourrait que le -I final soit une approximante palatale qui aurait fermé la syllabe, empêchant son allongement ; b) (IL)LAEI est un datif féminin singulier du latin vulgaire (le latin classique avait une forme unique de datif singulier ILLĪ que le latin vulgaire a remplacé par masc. ILLŪI et fém. *ILLAEI qui ont donné avec aphérese initiale ‘lui’ et ‘lei’). Cette forme pourrait être rentrée dans l’usage latin vulgaire alors que le phénomène de diphtongaison spontanée de Ĕ et Ŏ était déjà terminé, après le viie siècle. (Patota 2007 : 59).

102Pour les proparoxytons nous avons déjà cité TĔPIDUS > a. it. et it. mod. tiepido (la forme tepido est rare dans l’ancien vulgaire des premiers siècles, mais cf. a.flor. tepido avant 1313, OvidioVolgBigazzi [ms. B], TLIO) ; PĔCORA (> a. it. et it. mod. pecora) ne diphtongue pas, à l’exeption de l’ancien cortonais (qui connaît aussi l’allotrope biene) :a. cort. piecora et piecore (1315-1327, PassaraCastellani, TLIO), formes présentes également en a. pérousien (mêmes formes, 1342, Statuti, TLIO). L’absence de diphtongue dans les proparoxytons serait liée à un allongement de la voyelle tonique moins important que celui de la voyelle en position tonique paroxytone. Il en résulte qu’à l’intérieur de la Toscane orientale le cortonais se distingue : la diphtongaison y fonctionne comme en siennois (avec les cas frappants de biene, nuove, liei, piecora), sans exceptions par rapport à la Toscane centrale et occidentale. En outre, en Toscane orientale la zone d’Arezzo San Sepolcro se distingue, par l’interférence entre la métaphonie et la diphtongaison qui est en fait bloquée dans les féminins comme en ancien salentin, même si elle reste limitée à la syllabe ouverte : Castellani (1965/1980 : 128, n. 26) tire d’un texte arétin datant de 1332-1335 (Libro di Iacopo coiaio d’Arezzo) les exemples diedi opposé métaphoniquement à dede et cuio (< CŎRIUM‘cuoio/cuir’) opposé à coia.

103Il est possible que les diphtongues arétines soient empruntées (comme le soutient Castellani, 1962/1980 : 144), mais il est également plausible que la condition de blocage de la diphtongaison en présence de -A, -AE (condition probablement alloglotte) se soit superposée en arétin à la diphtongaison généralisée qui se retrouve dans les textes de Cortone, Orvieto et Pérouse à la même époque (1re moitié du xive siècle). Contrairement à ce que soutient Schürr, il est faux que les alternances arétines autorisent à faire de la diphtongaison métaphonique en syllabe ouverte la diphtongaison primitive, restée confinée dans une aire arétine, marginale (cf. Castellani, 1970/1980 : 171). Plutôt qu’une aire marginale, l’arétin est une aire sujette aux influences des aires voisines.

104L’allongement des voyelles en syllabe ouverte a produit en toscan une diphtongaison spontanée, sans l’influence externe que défendent Rohlfs et Schürr. Étant croissantes, au moins à l’origine, les diphtongues toscanes issues de Ĕ et Ŏ latins ne peuvent pas, selon Schürr, résulter d’un allongement vocalique suivi de différenciation. Pour cette raison Schürr fait l’hypothèse que la diphtongaison toscane en syllabe ouverte importée du nord (mais on a vu au § 4 que cette diphtongaison ne doit pas être attribuée à des facteurs externes) serait une extension de la diphtongaison métaphonique. Schürr rejette l’hypothèse d’un ancien allongement de /ɛ/ et /ɔ/ suivi d’une diphtongaison, à cause de la nature croissante des diphtongues ie et wo ; il admet une diphtongaison conditionnée (métaphonique), attribuant à la métaphonie une nature anticipatoire de /i, u/ finaux, à partir desquels se seraient développées les diphtongues croissantes. Mais on peut douter du caractère assimilatoire de ces diphtongues, qu’il est difficile de ramener à un processus phonologique anticipatif à distance. En termes de phonétique articulatoire il n’existe aucune raison convaincante pour laquelle une voyelle fermée (comme /i, u/) de la syllabe finale devrait déclencher une fermeture de l’attaque du segment vocalique de la syllabe tonique précédente sans modifier le segment vocalique plus proche du déclencheur (§ 1.1). En d’autres termes, il n’y a aucune raison pour qu’un composant de la diphtongue plus éloigné de la voyelle atone finale soit l’élément le plus fermé. Le principe ‘schürrien’ d’anticiper sic et simpliciter -i final devant /ɛ/ pour obtenir [jɛ] et -u devant /ɔ/ pour obtenir [wɔ] – assignant ainsi à ces diphtongues une origine métaphonique – ne correspond pas à la définition de la métaphonie. De plus, le toscan est dépourvu de l’alternance entre les formes en ie et uo et les formes en e, o.

5. Genèse de la diphtongaison : caractérisation formelle

105Si la métaphonie est une assimilation par adaptation de la voyelle tonique aux voyelles désinentielles hautes, on ne voit pas comment intégrer les diphtongues métaphoniques dans une échelle d’aperture (Russo 2007). Si l’on considère la métaphonie comme une fermeture d’un degré ( = -1), et si l’on admet l’échelle d’aperture du salentin (inventaire phonémique =/u o ɔ a E e i/ ; degré 0 = i u, degré 1 = /e o/, degré 2 = /ɛ ɔ/, degré 3 = /a/) on ne voit pas comment y intégrer les diphtongues. La fermeture métaphonique d’un degré ( = -1) aux timbres de base /ɛ ɔ/ de degré 2 donne 2-1 = 1 = [e o].

106Il n’existe pas de base phonétique ou phonologique qui justifierait la théorie schürrienne sur l’origine métaphonique des diphtongues [j ɛ] et [wɔ] ou [wɛ] (que ces diphtongues soient toscanes ou méridionales).

107Il existe clairement un point commun aux diphtongaisons méridionale et toscane (spontanée), mais ce point commun n’est pas la métaphonie, c’est l’allongement. Devant l’impossibilité d’interpréter ces diphtongues comme des assimilations que ce soit phonétiquement ou phonologiquement, on soutiendra ici, à l’opposé de Schürr, que pour comprendre les diphtongues dites métaphoniques il faut partir de la diphtongaison spontanée, ou pour l’italoroman de ce qui est à l’origine de la diphtongaison toscane.

108Le principe schürrien de l’isochronie syllabique établit une équivalence entre les diphtongues spontanées et les diphtongues décroissantes (d’où découle l’autre équivalence erronée selon laquelle chaque diphtongue croissante aurait une origine métaphonique), ce qui pousse Schürr à ne considérer comme spontanées que les diphtongues décroissantes issues des voyelles mi-fermées /e, o/. Castellani (1970/1980), sans contrevenir au principe métaphonique des diphtongues croissantes de l’Italie méridionale, défend l’hypothèse du caractère autochtone et non métaphonique de la diphtongaison toscane. Tout en conservant cette hypothèse de Castellani, nous soutiendrons l’idée d’une origine non assimilative des diphtongues méridionales et nous établirons une origine unique pour les diphtongues spontanées du toscan (phénomène indigène) et les diphtongues dites métaphoniques de l’Italie méridionale. Ces dernières sont liées à la diphtongaison spontanée non seulement toscane, mais romane, qui s’est produite lors du passage de la quantité vocalique latine au vocalisme roman. L’allongement vocalique n’entraîne pas nécessairement l’apparition d’une diphtongue décroissante, qui se produit si la voyelle de départ est mi-fermée (/e/, /o/), mais pas quand la voyelle tonique de départ est mi-ouverte / ɛ ɔ/ (Straka, 1959 ; Castellani, 1970/1980 : 156-157). Les diphtongues dues à l’allongement vocalique ne sont pas toutes décroissantes. On a pu repérer dans le Sidrac salentin (cf. § 2.1.2) des graphies intermédiaires qui signalent un allongement vocalique de /ɔ/ : loeco de inferno 15r 23, in loeco de deo 18r 20. Ces formes se situent entre /ɔ/ et /ue/ > /u/ : /ɔ/ > /oe/ > /ue/ > /u/ et indiquent un allongement graduel de la voyelle tonique /ɔ/, qui produit en ancien salentin [wE] ; elles n’indiquent pas une assimilation métaphonique de -Ī et -U[M] finaux. La graphie < u > signale non pas une réduction de la diphtongue à [u], mais l’accent sur le premier élément de la diphtongue, donc < u > = [ue], c’est-à-dire le caractère décroissant de la diphtongue, déjà reconnu dans d’autres textes médiévaux méridionaux (cf. Russo 2007 : 15-25). L’allongement des voyelles mi-fermées est également repérable dans le Sidrac, il produit des diphtongues décroissantes issues de /e/ (§ 3.2) : beiga 19v 19 ; feimina 54v 22 ; feimene 54v 22, équivalentes à des voyelles longues et certainement indépendantes des voyelles finales. Ici aussi le principe isochronique introduit par Schürr (diphtongue décroissante = syllabe ouverte) s’effondre, puisque feimina est un exemple de la diphtongaison décroissante dans une structure proparoxytone et, même dans une syllabe fermée, structure dans la quelle la diphtongaison toscane est évitée (pecora). Sur la base d’un allongement commun de / ɛ, ɔ, e, o/ commun au toscan et à l’italoroman méridional, des tendances rythmiques différentes, vers l’isochronie accentuelle dans le sud et vers l’isochronie syllabique en florentin, conduisent naturellement dans le sud à l’occurrence des dipthongues [j ɛ] et [w ɛ] en syllabe ouverte et fermée, tandis qu’en toscan seule la syllabe ouverte permet l’allongement. La tendance rythmique à l’isochronie accentuelle est representée par la diphtongaison de /e/ en syllabe fermée dans la phase médiévale (feimina). Mais aujourd’hui, dans l’aire apulienne où l’on rencontre ce type de diphtongues, elles sont limitées aux syllabes ouvertes.

109L’allongement spontané (et non pas métaphoniques) / ɛ / et /ɔ/ en [j ɛ] et [wɔ] (et leurs succédanés), en italo-toscan et dans le sud, a deux causes : la disparition de la quantité vocalique du latin et la différenciation vocalique concomitante. On sait qu’en latin parlé l’opposition de quantité vocalique avait une valeur distinctive : PĂLUS ‘marécage’ s’oppose à PĀLUS ‘pal’, LĔVIS ‘léger’ à LĒVIS ‘lisse’, SŎLUM ‘sol’ à SŌLUM ‘seulement’, HĬC = ‘ce’, HĪC ‘ici’, FŬGIT ‘il fuit’ et FŪGIT ‘il fuit’ (parf.).

110En latin, toute voyelle simple comportait deux durées, brève et longue et il y avait 10 phonèmes vocaliques (1) : Ĭ = [I] Ī = [i :] Ĕ = [ɛ] Ē = [e :] Ă = [a] Ā = [a :] Ŏ [ɔ] = Ō = [o :] Ŭ = [U] Ū = [u :]

Les 10 voyelles du latin Ĭ Ī Ĕ Ē Ă Ā Ŏ Ō Ŭ Ū

Les 10 voyelles du latin Ĭ Ī Ĕ Ē Ă Ā Ŏ Ō Ŭ Ū

111Les premiers indices de la disparition de la quantité vocalique se trouvent dans des inscriptions pompéiennes (antérieures à 79) : la graphie fréquente < ae > pour Ĕ, par ex. dans ADVAENTU = ADVĔNTU(CIL IV 9573), montre que la monophtongaison de < ae > devait avoir produit une voyelle mi-ouverte [ɛ :], puisque à l’origine la diphtongue /ai/, ortographié < ae >, valait en métrique Ē = /e :/. D’autres indices anciens, toujours à Pompéi, sont : supsténet pour SUBSTĬNET (4456), qui illustre le nouvel ordre métrique et accentuel, la scansion erronée des vers, par ex. VENEREM avec la première syllabe en arsis (Väänänen 1966 : 18 suiv.) ; en position tonique e pour Ĭ dans 1216 veces = vices et 8259 pravessimus.

112Dans le contraste longue/brève (Ĕ/Ē), l’opposition est donnée par le relâchement vocalique : [ɛ /e] = Ĕ/Ē. L’allongement vocalique est déclenché par la neutralisation du contraste de longueur et de relâchement provoquée par la perte de la quantité vocalique du latin. Dans le cadre d’une phonologie qui utilise des composants monovalents et cumulatifs comme la Phonologie des Particules (|a| aperture, |u| labialité, |i| palatalité), en particulier avec une formulation récente de Schane (2005) sur le rôle de l’aperture exprimée par le composant |a|, on peut affirmer que dans l’opposition voyelle longue/voyelle brève, la brève a une particule |a| supplémentaire. Dans les voyelles brèves cette particule indique précisement le relâchement ou la racine de la langue retractée (2) :

113Nous pouvons donc exprimer le vocalisme du latin en utilisant ce composant auquel sont associées deux fonctions (aperture et relâchement) :

(3) Représentation phonologique du système vocalique du latin selon Schane (2005 : 323)

(3) Représentation phonologique du système vocalique du latin selon Schane (2005 : 323)

114Dans (3) la particule |a| indique, pour les voyelles brèves, le relâchement, et pour les voyelles longues, la hauteur. Donc, [e] et [a] ont une particule d’aperture et se distinguent par la présence ou l’absence de la particule palatale |i| ([e] = {a, i} ; en outre, les voyelles [a] longues et brèves ont deux particules d’aperture qui fonctionnent exclusivement pour réduire la hauteur. Le schéma reflète le principe selon lequel la voyelle [a] doit posseder le même nombre de particules d’aperture que les voyelles de chaque tonalité (deux, puisque [a] = Ă possède {a, a}, comme la tonalité la plus baisse de la série palatale [ɛ] = Ĕ = {a, a, i} et la tonalité plus baisse de la série vélaire [ɔ] = Ŏ = {a, a, u}). La composition particulaire représentée en (3) respecte donc ce que Schane (2005 : 315) appelle loi d’aperture maximale.

115Conformément à cette loi, les voyelles [a] longues et brèves ont deux particules d’aperture qui fonctionnent exclusivement pour diminuer la hauteur. En fait, le relâchement est défini comme l’abaissement d’une voyelle de tonalité brève, donc, la voyelle brève [a], qui est une voyelle sans tonalité, ne peut pas être relâchée.

116Suivant (2) et (3), les systèmes vocaliques à plus de deux degrés d’ouvertures nécessitent des occurrences supplémentaires de la particule |a| (qui désigne l’aperture) et la représentation phonologique du système vocalique roman commun prend dans cette phonologie la forme (4) :

(4) Représentation phonologique du système vocalique roman commun

(4) Représentation phonologique du système vocalique roman commun

117Avec la disparition de l’opposition quantitative, la distinction de timbre devient le trait distinctif. Ainsi se crée le système roman majoritaire représenté en (4) (roman commun), dont fait partie l’italien et dont les caractéristiques sont décelables dès les inscriptions pompéiennes.

118En latin tardif les voyelles de tonalité brève en position accentuée deviennent des voyelles longues (qui avaient un degré de moins en hauteur) : [ɪ]/[ʊ] fusionnent avec [e, o]. En conséquence, le contraste en longueur était éliminé (5) :

119Comme l’opposition de longueur avait cessé d’être distinctive et que toutes les voyelles correspondaient à un V unique, le relâchement interprété par la particule |a| a été également éliminé.

120Dans le système vocalique latin, la neutralisation de l’opposition de longueur – et par conséquent de celle de relâchement (qui en dépend) – a favorisé les voyelles longues : dans les langues romanes la perte de l’opposition entre la voyelle tendue et la voyelle relâchée [i]/[I] ( = Ĭ) se fait au profit de la voyelle longue [i], et ce qui fonctionnait auparavant comme relâchement des voyelles brèves est réinterprété dans la phase de transition comme une réduction de hauteur vocalique ([I] = Ĭ/[U] = Ŭ > /e/, /o/). De plus, les voyelles [ɛ, ɔ] sont réalisées comme des diphtongues ; en d’autres termes, les voyelles brèves ont été allongées : V → VV (en italien [jɛ, uɔ] : it. luogo < LŎCUS et piede < PĔDE).

121La stabilisation a résulté du fait que les voyelles [I, U] (Ĭ/Ŭ), ayant chacune une particule d’aperture : [I] = Ĭ = {i, a} et [U] = Ŭ = {u, a}, ont eu une représentation phonologique identique à celle de [e] et [o] (respectivement [e] = {i, a} et [o] = {u, a}), tandis que [ɛ, ɔ], avec deux particules d’aperture ([ɛ] = {a, a, i} et [ɔ] = {a, a, u}), ont constitué la nouvelle hauteur vocalique, la plus basse à l’intérieur de chaque tonalité.

122La neutralisation du contraste voyelle longue/voyelle brève se produit au profit d’un allongement généralisé de la quantité brève (Ĕ, Ŏ) qui a donné, à notre avis, la diphtongaison croissante romane, tandis que Ĭ et Ŭ neutralisés ont subi une réduction d’un degré d’aperture (Ĭ Ŭ > e, o). L’origine du phénomène réside dans l’élimination du contraste de relâchement, et, par suite, de longueur, dans le système vocalique de transition. Cet allongement vocalique unifie la diphtongaison italo-toscane et la diphtongaison dite ‘métaphonique’ en un phénomène unique de diphtongaison spontanée et non conditionnée.

  • 37  « Nous sommes en effet persuadé que les causes de la diphtongaison spontanée des voyelles non seul (...)

123Dans la phase de transition, une fois disparues les oppositions de longueur (déjà affaiblies en latin tardif) et de relâchement, il est clair que d’autres moyens sont apparus pour exprimer les anciennes brèves Ĕ et Ŏ neutralisées ; ainsi s’expliquent les diphtongues de l’italoroman [jɛ, wɔ], conformes à l’allongement vocalique généralisé et sans opposition de [i :] ( = Ĭ/Ī), [e :] ( = Ĕ/Ē) et [u :] ( = Ŭ/Ū), [o :] ( = Ŏ/Ō). Selon ce point de vue, les origines proposées par Schürr pour la diphtongaison croissante de type métaphonique paraissent inacceptables. Dans cette optique, la diphtongaison romane croissante et la diphtongaison décroissante (beiga et feimina < /e/) reflètent une évolution par défaut, due à la neutralisation de l’opposition de longueur entre voyelles longues et brèves (Ĕ). C’est la raison pour laquelle dans les variétés romanes les voyelles hautes relâchées /ɪ/ et /ʊ/ sont absentes au niveau phonologique : dans la phase de transition, la neutralisation de l’opposition de longueur Ĭ/Ī (donc de [I/i :]) s’est produite au profit de [i :] (avec élimination de Ĭ - [I :]) et l’opposition de Ŭ (donc de [ʊ/u :]) au profit de [u :] (avec élimination de Ŭ - [ʊ]). En conséquence les voyelles hautes sont, par défaut, tendues dans les systèmes phonologiques des langues romanes. Par ce recours aux composants unaires pour interpréter la disparition de la quantité vocalique et les origines de la diphtongaison romane nous retrouvons une hypothèse déjà formulée par Straka (1956 : 250)37. La restriction des diphtongues italo-toscanes aux syllabes ouvertes dépend de l’interaction avec l’évolution de la quantité consonantique. Des quatre combinaisons possibles en latin : 1) STĒLLA voyelle longue + consonne longue ; 2) SŌLUS voyelle longue + consonne brève ; 3) GŬTTA voyelle brève + consonne longue ; 4) GŬLA voyelle brève + consonne brève, la première (avec trois mores) et la quatrième (avec une more) ont été éliminées. La longueur (ou le relâchement) se reduit à un corrélat syllabique selon la distribution de CV̄ (voyelle longue ou allongée en syllabe ouverte) et (C)V̆C (voyelle brève ou abrégée en syllabe fermée), jetant les bases d’une tendance à l’isochronie syllabique. La quantité vocalique est un trait non plus distinctif, mais distributionnel : [fa : to]/ [fatto], [piede] / [petto].

124Mais dans le sud, où le type syllabique (C)V̆C n’est pas marginal, les diphtongues ‘métaphoniques’, qui apparaissent en syllabes ouvertes et fermées (cuerpu, lueco), ne respectent pas la contrainte bimore, et la nouvelle distinction romane de quantité n’est pas spécifiquement, ni automatiquement, liée (dans le sens des syllabes isochrones) à la position tonique.

6. Le paradoxe de la métaphonie

125De ce qui précéde il résulte que la diphtongaison métaphonique observée dans le Sidrac n’est pas déclenchée par les voyelles désinentielles -Ī ou -U[M]. Les voyelles désinentielles atones /i, u/ n’exercent pas d’action assimilative sur la voyelle tonique précédente, il n’y a donc aucune action de la voyelle faible (atone) sur la voyelle forte (tonique), caractéristique en soi paradoxale de la métaphonie, contraire aux lois de l’assimilation, et ce bien que la métaphonie soit considérée comme une assimilation. Il est également paradoxal que les alternances métaphoniques se situent à mi-chemin entre deux types morphologiques : un type concaténatif et un type non concaténatif ou interne. S’il est vrai que la voyelle tonique conserve sa proéminence phonique, la voyelle finale désinentielle (faible) reste pourtant une tête morphologique qui exerce son action par un processus d’interdigitation. Le fonctionnement est le suivant. Ainsi qu’il apparaît dans les alternances du Sidrac bueno 11r 15, f.sing. bona 35r7, m.pl. bueni 16r 23, f.pl. bone, le blocage de cette évolution spontanée se manifeste, dans le sud, lorsque le contexte comprend les voyelles finales non hautes /-a -e/ (-A, -AE), voyelles contenant ou bien une particule d’aperture |a| ou bien, en termes de phonologie des éléments, l’élément A. Nous avons défendu dans Russo (2007) que le développement varie selon que le contexte morphologique fournit ou non une spécification d’aperture vocalique, A dans la phonologie des éléments, lexicalisé, par exemple, dans le féminin. Cet élément A constitue un morphème fusionnel dont le contenu phonique est traité, via l’interdigitation de la tête, conjointement et non consécutivement à celui de son dépendant, comme dans la morphologie non concaténative ou interne. Dans cette perspective, la syllabation peut agir à partir du matériel phonique appartenant à plusieurs morphèmes et, au lieu de traiter successivement l’ensemble tête/complément, traite simultanément le contenu phonique de l’ensemble. La syllabation n’interprète pas seulement la linéarité des morphèmes, comme on l’admet généralement, mais la crée. Cette hypothèse traduit le fait que l’ordre linéaire des morphèmes est un effet du processus de linéarisation / syllabation. Conséquence inévitable, la phonologie produit en partie l’ordre des morphèmes et constitue la base de la morphologie. Dans cette optique, la linéarisation du gouvernement morphologique est rétrograde, tout comme est rétrograde la linéarisation structurelle.

126Traditionnellement, la morphologie flexionnelle (fondée sur l’incorporation) reflète la structure syntaxique et est par conséquent dérivée. Cela vaut pour le Principe du miroir formulé par Baker (1985 : 375) : « Morphological derivations must directly reflect syntactic derivations (and vice versa) », mais le contenu des morphèmes est aussi introduit successivement par Halle & Marantz (1993 ; 1994 : 167-169) et Marantz (1997), dans le cadre de la morphologie distribuée. La linéarisation phonologique rétrograde est la cause majeure de l’inversion, strictement ‘en miroir’ observée dans les structures morphologiques dérivées. Concrètement la morphologie dérive de l’intérprétation phonologique de structures syntaxiques tête/dépendant. Ceci convient à la description des morphologies concaténatives et suffixales, et reste valide également pour la morphologie non concaténative où la relation tête/dépendant est exprimée en termes de fusion et co-syllabation. De notre point de vue, le contenu phonique d’un morphème fusionnel (en ce qu’il est fusionné avec la base lexicale) peut être traité simultanément, et non pas consécutivement, à celui de son dépendant. Ce trait est la source des fragments non concaténatifs dans une morphologie. Par conséquent, les morphologies concaténative et non concaténative ne sont a priori plus distinctes si ce n’est par l’interprétation morphologique.

127La notion de linéarisation dérivée de la syllabation peut être étendue aux morphologies non concaténatives ou fusionnelles, dans lesquelles les morphèmes représentent des séquences discontinues. Par cette extension on admet que la syllabation, au lieu de traiter successivement la suite tête/complément, traite simultanément le contenu phonique de l’ensemble.

128Par le fait que la syllabation soit à l’origine de la linéarité entre des morphèmes sans successivité temporelle, les morphologies concaténative et non concaténative ne sont pas foncièrement distinctes. Dans une morphologie concaténative ou séquentielle, c’est le mouvement qui attache les morphèmes. Mais le mouvement peut opérer à la joncture des morphèmes, y compris en l’absence de relations d’adjacence, ce qui constitue la base des morphologies non concaténatives.

129Les morphologies concaténative et non concaténative ont des modes distincts de mise en relation des morphèmes : un mode séquentiel et un mode fusionnel. Dans le premier cas, la tête morphologique supérieure linéarisée comme suffixe (morphème tête) est syllabée en premier, suivie par la syllabation du dépendent, un autre suffixe ou le radical (et ainsi de suite du dernier suffixe au premier préfixe) ; dans ce type de morphologie la fusion se produit à la fin. Ce processus reflète aussi le caractère rétrograde de la linéarisation. Dans le cas de la morphologie non concaténative, la fusion par identification morphémique constitue l’operation initiale ; cette dernière a pour effet l’interdigitation de la tête. Le trait à l’origine des fragments non concaténatifs d’une morphologie est le processus de fusion ; il permet d’intégrer dans la racine les propriétés morphologiques qui idéntifient globalement l’objet phonologique construit.

130Dans le sud, la propriété principale du morphème /A/ est d’être fusionnel : son contenu phonique est traité simultanément, et non pas succesivement, à celui de son dépendant. Il s’agit d’un morphème lexical vocalique discontinu, greffé sur la racine, soumis à des règles dérivationnelles. Conséquence morphologique en salentin, cet infixe, partie formative insérée dans la racine et détermination morphologique peut constituer une combinaison morphémique comprénant l’élément A et une autre voyelle (par exemple dans le féminin ou dans le singulier épicène /-e/).

131La configuration théorique proposée pour la fusion ou la co-syllabation peut être résumée par le schéma ci-dessous :

(6) Interdigitation des morphèmes
piedi
pl. → pede sing. ‘pieds/pied’
[A-CatégorieFonct(ionnelle) [p-i-e-d-i-CatégorieLex(icale) ou
[A-CFonct. [p-i-e-d-i-CLex.
[A- CFonct. – CLex.-i-d-e-i-p
[e°- CFonct. – CLex.- (e°)-d-p
[(pe°)(de°) < CFonct.-CLex. >
Opération de fusion (morphologie non concaténative)

132La linéarité des morphèmes n’étant pas présupposée, il devient nécessaire que l’analyse parte de l’identification catégorielle : A-Sing/N[om] ou A-F[éminin]/N ou A-F/Adj, etc.

133Avec le morphème A inscrit dans le radical le paradigme illustre l’interdigitation des têtes :

(8a)[ i°- Pl [p - d – N
[e° - Sing [p - d – N
A - Sing/N - d - i° - p
Structure morphologique pede/piedi

(8b)[Æ - Pl [p - i- d – N
[NoSing [p - d- N

134Dans les figures (8) la co-occurrence ou la présence simultanée de deux têtes, mobilisables par le processus de fusion ou de co-syllabation, est représentée par l’opération appelée interdigitation de la tête : le morphème /A/, associé à l’aperture vocalique et au trait de singulier, est co-syllabé avec le morphème qui porte le trait nominal. (8) illustre la fusion des identifications morphémiques spécifiques de cette fusion, ce qui produit l’identification complexe (dérivée) (9). Ainsi la syllabation construit la linéarité sur la base de l’information lexicale (catégorielle et sémantique).

135Cette explication implique deux choses : a) il existe en Italie méridionale un fragment de morphologie non concaténative ; b) les morphologies concaténative et non concaténative se distinguent uniquement par l’interprétation qui en est donnée. La divergence consiste dans le traitement successif ou simultané des morphèmes. Cette approche non autosegmentale de la morphologie non concaténative, où la linéarité des morphèmes est dérivée et non pas présupposée, permet de rendre compte des fragments de morphologie non concaténative entrés dans une langue à morphologie par ailleurs concaténative, comme c’est le cas du salentin et aussi de l’italoroman méridional en général.

Haut de page

Bibliographie

Aebischer, Paul (1944). Les plus anciens témoignages de la diphtongaison de E et O libres en Italie. Zeitschrift für romanische Philologie 64 : p. 364-370.

Alonso, Dámaso (1972) [1962]. Diptongación castellana y diptongación románica. Dans Obras completas. I. Estudios lingüísticos peninsulares : p. 41-71. Madrid, Gredos.

Ascoli, Graziadio Isaia (1873). Saggi ladini. Archivio glottologico italiano 1: p.1-573.

Baker, Mark (1985). The Mirror Principle and Morphosyntactic Explanation. Linguistic Inquiry 16 : p. 373-415.

Castellani, Arrigo (1961/1980). Sulla formazione del tipo fonetico italiano. Studi Linguistici Italiani 2 : p. 24-45 (rééd. : Castellani 1980, vol. I : p. 73-95).

Carr, Phil ; Durand, Jacques ; Ewen, Colin (eds.) (2005). Headhood, Elements, Specification and Contrastivity. Amsterdam : John Benjamins.

Castellani, Arrigo (2000). Grammatica storica della lingua italiana. I. Introduzione. Bologna : Il Mulino.

Castellani, Arrigo (1965/1980). La diphtongaison des e et o ouvertes en italian. Dans Georges, Straka (ed.). Actes du Xe Congrès international de linguistique et de philologie romanes (Strasbourg, 1962), Paris : Klincksieck : p. 951-964 (rééd. : Castellani 1980, vol. I : p. 123-138).

Castellani, Arrigo (1980). Saggi di linguistica e filologia italiana e romanza(1946-1976). 3 vol. , Roma : Salerno Editrice.

Castellani, Arrigo (1962/1980). Quelques remarques à propos de la diphtongaison toscane. Réponse à M. Schürr. Dans Castellani, Arrigo (1980). Saggi di linguistica e filologia italiana e romanza (1946-1976), 1980. I : p. 139-145. Roma : Salerno Editrice.

Castellani, Arrigo (1970/1980). Ancora sul dittongamento italiano e romanzo (Seconda risposta a Friedrich Schürr). Dans Saggi di linguistica e filologia italiana e romanza (1946-1976). I : p. 156-171. Roma, Salerno Editrice.

Daniloff, Raymond G.; Hammarberg, Robert E. (1973). On defining coarticulation. Journal of Phonetics 1 : p. 239-248.

Dressler, WolfgangU. (1985). Morphonology. The dynamics of derivation. Ann Arbor : Karoma Press.

Durand, Jacques ; Nguyen, Noël ; Wauquier-Gravelines, Sophie (eds.) (2005). Phonologie et Phonétique : forme et substance. Paris : Hermès.

Fanciullo, Franco (1989). Tra neogreco e italiano. Rivista di linguistica 1.2 : p. 277-300.

Fanciullo, Franco (1995). Un caso salentino di mutamento fonetico sotto condizioni lessicali. Dans Ajello, Roberto ; Sani, Saverio (eds.). Scritti linguistici in onore di Tristano Bolelli. p. 225-238. Pisa : Pacini.

Farnetani, Edda (1997). Coarticulation and connected speech processes. Dans Hardcastle, William J. ; Laver, John (eds.). The handbook of phonetic sciences. p. 371-404. Oxford : Blackwell.

Halle, Morris ; Marantz, Alec (1993). Distributed Morphology and the pieces of inflexion. Dans Hale, Kenneth ; Keyser, Samuel Jay (eds.) The View from Building 20. Essays in Linguistics in Honor of Sylvain Bromberger. p. 111- 176. Cambridge Massachussetts/London, MIT Press.

Lausberg, Heinrich (1965-1966) [1956-1962]. Lingüística románica. vol. 1 : Fonética. vol. 2 : Morfología. Biblioteca Románica Hispánica. III. Manuales, 12. Madrid: Gredos.

Lei= Pfister, Max 1979-. Lessico Etimologico Italiano.Wiesbaden : Reichert. (à partir du fascicule 72, 2002, co-dirigé par Wolfgang Schweickard).

Leonard, CliffordS., Jr. (1978). Umlaut in Romance. An essay in linguistic archeology. Grossen-Linden : Hoffman.

Magen, Harriet S. (1997). The extent of vowel-to-vowel coarticulation in English. Journal of Phonetics 25: p. 187-205.

Magno Caldognetto, Emanuela (1980). La coarticolazione. Introduzione agli aspetti dinamici della produzione della parola. Padova : CLESP.

Maiden, Martin (1985). ‘Displaced’metaphony and the morphologisation of metaphony. Romance philology 39: p. 22-34.

Maiden, Martin (1989). Sulla morfologizzazione della metafonesi nei dialetti italiani meridionali. Zeitschrift für romanische Philologie 51: p. 111-139.

Maiden, Martin (1991). Interactive morphonology. Metaphony in Italy. London : Routledge.

Marantz, Alec (1997). No escape from syntax : don’t try Morphological analysis in the privacy of your own Lexicon. Dans Dimitriadis, Alexis ; Siegel, Laura ; Surek-Clark Clarissa ; Williams Alexander (eds.). University of Pennsylvania Working Papers in Linguistics 4, Proceedings of the 21st Annual Penn Linguistics Colloquium. p. 201-225. Philadelphia, Pennsylvania : Pennsylvania State University.

Menzerath, Paul, Lacerda, Armando de (1933), Koartikulation, Steuerung und Lautabgrenzung. Berlin/Bonn : Dümmler.

Meyer-Lübke, Wilhelm (1890). Grammatik der romanischen Sprachen. Erster Band : Lautlehre. Leipzig : Reisland.

Öhman, SvenE. G. (1966). Coarticulation in VCV utterances : spectrographic measurements. Journal of the Acoustical Society of America 39 : p. 151-168.

Patota, Giuseppe (2007). Nuovi lineamenti di grammatica storica dell’italiano. Bologna : il Mulino.

Recasens, Daniel (1987). An acoustic analysis of V-to-C and V-to-V coarticulatory effects in Catalan and Spanish VCV sequences. Journal of Phonetics 15 : p. 299-312.

Rohlfs, Gerhard (21966-1969). Grammatica storica della lingua italiana e dei suoi dialetti.3 vol. Torino : Einaudi.

Rousselot, Jean Pierre (1901-1908). Principes de phonétique expérimentale, 2 vols. Paris-Leipzig : Welter.

Russo, Michela (1995-1996). La Métaphonie en napolitain. Mémoire de DEA Université Paris 8.

Russo, Michela (2001). La metafonia italiana centro-meridionale : davvero una metafonia ? Revue de linguistique romane 65 : p. 463-508.

Russo, Michela (2002). Metafonia opaca e differenziazione vocalica nei dialetti della Campania. Zeitschrift für romanische Philologie 118 : p. 195-223.

Russo, Michela (2004). La metafonia napoletana e la sottospecificazione degli elementi. Dans Meisenburg, Trudel ; Selig, Maria (eds.), Nouveaux départs en phonologie. Les conceptions sub- et suprasegmentales : p. 49-76. Tübingen : Narr.

Russo, Michela (2007). La metafonia napoletana : evoluzione e funzionamento sincronico. Bern : Peter Lang.

Sánchez Miret, Fernando (1998a). Aspectos de la metafonía en los dialectos italianos. ¿Hubo realmente diptongación de/E, O/condicionada por (-i, -u) ?. Dans Ruffino, Giovanni (ed.). Actes du XXIe Congrès International de Linguistique et Philologie romanes. Palermo, 18-24 settembre 1995 : p. 361-369. Tübingen : Niemeyer.

Sánchez Miret, Fernando (1998b). La diptongación en las lenguas románicas. LINCOM Studies in Romance Linguistics, 4. München : Lincom Europa.

Sánchez Miret, Fernando (1999). Assimilazione a distanza fra vocali nei dialetti italiani : fonetica e spiegazione del cambiamento. Dans Benincà, Paola, Mioni, Alberto, Vanelli, Laura (eds.). Fonologia e morfologia dell’italiano e dei dialetti d’Italia. Actes du XXXIe Congrès de la Societé de Linguistique italienne. Padova, 25-27 settembre 1997 : p. 269-290. Roma : Bulzoni.

Sauzet, Patrick (1994). Extension du modèle a-linéaire en phonologie. Syllabe, accent, morphologie. Mémoire pour l’Habilitation à Diriger des Recherches. Université de Paris 7.

Schürr, Friedrich (1918). Romagnolische Dialekstudien I. Lautlehre alter Texte. Wien.

Schürr, Friedrich (1936). Umlaut und Diphthongierung in der Romania. Romanische Forschungen 50 : p. 275-316.

Schane, Sanford A. (2005). The aperture particle |a|: its role and fonction. Dans Carr-Durand-Ewen 2005 : p. 313-338.

Sgrilli, Paola (ed.) (1984). Il “Libro di Sidrac” salentino. Pisa : Pacini.

Sievers, Eduard (51901). Grundzüge der Phonetik zur Einführung in das Studium der Lautlehre der indogermanischen Sprachen. Leipzig : Breitkopf & Härtel.

Straka, Georges (1959). Durée et timbre vocaliques. Observations de phonétique générale, appliquées à la phonétique historique des langues romanes. Zeitschrift für romanische Philologie 12 : p. 276-300.

Straka, Georges (1956). La dislocation linguistique de la Romania et la formation des langues romanes à la lumière de la chronologie relative des changements phonétiques. Revue de linguistique romane 20 : p. 249-267.

Tlio = Base de données du Tesoro della Lingua Italiana delle Origini, dirigé par Pietro Beltrami, Opera del Vocabolario Italiano – Centro del C. N. R. presso l’Accademia della Crusca (www.vocabolario.org).

Tuttle, Edward Fowler (1985a). Editor’s note : Morphologization as redundancy in Central Italian dialects ». Romance philology 39 : p. 35-43.

Tuttle, Edward F. (1985b). Morfologizzazione della metafonesi nel ragusano. Postilla morfofonologica alla “Fonetica… di Ragusa” di Giorgio Piccitto. Dans Ambrosini, Riccardo (ed.). Tra linguistica storica e linguistica generale. Scritti in onore di Tristano Bolelli : p. 323-334. Pisa : Pacini.

Twaddell, W. Freeman (1957) [1938]. A note on Old High German Umlaut. Dans Joos, M. (ed.). The development of descriptive linguistics in America since 1925 : p. 85-87. Washington, American Council of Learned Societies.

Väänänen, Veikko (1966). Le latin vulgaire des inscriptions pompéiennes. 3e édition augmentée. Berlin : Akademie-Verl.

Haut de page

Notes

1  En roumain seul /ɛ/ a diphtongué. Le système vocalique intermédiaire à partir duquel s’est formé le roumain n’avait pas /ɔ/.

2  On suppose que dans des cas comme cerise et piz le /i/ est issu d’une ancienne triphtongue [jɛj].

3  Pour la distribution géographique et contextuelle de la diphtongaison métaphonique, cf. Rohlfs (1966-1969); et, pour une vue plus concrète sur la métaphonie en Italie, cf. Maiden (1991).

4  On connait également son aire de diffusion: la Sicile entière, la majeure partie de la Calabre, une petite zone du Cilento et le Salento (dans les zones de l’Italie méridionale où le grec et le roman ont été en contact: le vocalisme sicilien correspond assez bien au vocalisme tonique du grec commun, Fanciullo 1996).

5  Ce système phonologique doit être entendu comme caractéristique non seulement de la ville de Brindisi mais du Salento septentrional (avec quelques zones centrales).

6  L’absence de métaphonie, dans ces formes de singulier opposé au pluriel, peut être ramenée à des motivations d’ordre morphologique: le terme emprunté regno 4v 15 fournit un exemple de blocage de la métaphonie au singulier.

7  Cf. aussi nulla persone 8v 19, la sua persone 14r 6, quella persone 15v 36 et ad multe persona 22r 28; mais personi 47v 17, tre persone 3r 17; milli personi 49r 21, multe persone 14r 7.

8  Et venerà tiempo 26v 28, in omne tiempo 40r 24, in poco tiempo 43v 7, tiempo 50r 5 (mais la dipthongue n’est pas représentée dans tempo 4v 9); un poco de viento31r 38, Lo viento 34r 26, de viento 34r 31 (mais lo vento 5r 22, 20v 32); nullu siervo 14v 5 (lu servo 6r 39); viermi 40v 34; 13v 33 (mais altri vermi assay 13v 34); dienti 8r 34 (denti 23r 2); li piecci de la petra 45v 21; quillo vassiello d’acqua 3r 18, vassiello 3v 22, 3v 39, 8r 33, vassiellu 8r 32, vassello de terra 3r 15; cf. mais lo cervello 15v 22, cirvello 19r 9, allo cirvello et lo cirvello 29r 5-6. À l’exception de cirviello et vassiello on trouve toujours -ello: ribello 4v 27; castello < CASTĔLLUM 16r 6; li sua castelli 16r 16; lo martello 17v 13; preso uno cortello 2r 28; quillo granello 23r 22; martello 17v 11; novello 19r 20; vitello 15v 3; le rannitelli 5v 1. La diphtongue n’est pas représentée dans li nervi 15v 22, li nerbi 15v 23.

9  Cf.in quisto sieculo 6v 24, sieculo 9v 36, 17r 3, 39r 23, lo sieculo 6r 12 (mais quisto seculo 5r 37, lo seculo 6r 9); alli piedi 14v 20, in pie’ 14v 27, opposé à lo sua pede 26r 3.

10  Les exemples des anciens vulgaires italiens sont tirés de la base de données du TLIO (www.vocabolario.org) et le mode de citations suit les usages du LEI.

11  La diphtongue n’est pas représentée non plus dans bello colore < BĔLLU 44v 8 (et la bella como la leyda 25r 9); dece iurni 2r 2, dece <DĔCEM 2v 15 (et deyce 2v 38, alle deyce iurni, deyce volte 16r 45, 29v 21, deycecose 29v 24, per deyce anni 44r 9, deyce homini 45v 14, avec approximante due à l’affriquée suivante; dans les anciens vulgaires italiens on a d’abord diece et ensuite dieci: a.flor. diece 1260-61env. Latini, PoetiDuecentoContini, TLIO), (lo) inferno 2r 36, 4v 16, lo terzo 5v 10; (lo) pecto 5r 22; 27r 4; menbro 5v 18, lo tua menbro 22v 7, menbri 5v 20, alli menbri 15r 39, doy menbri 23r 6, li menbri 29r 6, lo verache deo 2r 17, de lo sua deo 2r 39, lu tua deo 2r 44 (en situation de hiatus le Ĕ ne se ferme pas en i devant -a, -o < -O, -U, à la différence du toscan), li soy dei 2r 20; la diphtongue n’est pas représentée non plus dans les métaplasmes de 3e à 2e déclination dans septe(m)bro 32v 39, decembro 32v 40.

12  Cf.li tua comandamienti 50r 27; li nove comandamienti 7r 26, face à comandamente 2r 19 et à comandamento 2v 33; per lo sua incantamento 3r 42 et incantamenti 31r 11; cf. aussi -mento /-i: abbactimento 34r 9; assentimento 26r 13; avanzamento 11v 3; calzamento 51v 38; castigamento 16r 45; comenzamento 3r 15; finimento 3r 15; 4r 29; formamento 5r 20; tenimento 3r 34; quillo criucifigimento 4r 10; confundimento 4r 8; intendimento 5r 29; sguardamento 7r 18; l’ammentamento 6r 21; (lo) vestimento 5v 19, 8r 11, 44v 2; vestimenti 12v 29; razonamenti 2v 30; quisti alimenti 5r 19; tucti li argumenti 7v 36; li sie[n]timenti 40r 8.

13  Cf.splandienti m.pl.; resplandienti (occhy) 12r 12, resplandienti 49r 27; (cose) presienti 49v 15, mais le presenti (cose) 50r 2; subst. li tua parienti 3v 21, da li parienti 35v 38, parienti et amici 43r 6; (li) serpienti 14r 15, 21v 33, 45v 16 (mais li serpenti 14r 14 et li serpi 40v 35) opposé à serpente sing. 5v 24, 21v 34,46v 15.

14  Cf. aussi (lo popero comu lo ricco) contienti 18r 17 (face à contente m. pl. 27v 4 et contenti m. pl. 36v 2) opposé à seray contente m.sing. 33v 25, (quillo) contente 37r 33; essere contente l’uno da l’altro 32r 29, l’uno stecte contente 32r 28; mais contento 18r 27 (ell’è contento [lo popero]).

15  Cf.di duelo e di dam(n)aio 11r 23, grande duelo 40r 16; maiore sueno ‘suono/son’ 23r 14; lo cuerpo 7v 34, al cuerpo 53r 6 (mais lo corpo 2r.4 senza corpo 3r 5).

16  Mais [osso] longo 45v 22 et altri lunghi[scil.pisci] 45v 8, emprunt toscan étant donnée l’anaphonèse *longus, longhegambe 46r 21, longaonghia 46r 21. La diphtongue est absente dans les cas suivants: ioco 42v 23, modo 7r 13, posto 18r 20, longo 5v 41; li homini 2r 4, li bueni homini 4r 13, lu corpo 7v 20, 7v 31, etc.

17  Cf. in omne lueco 40r 5, in lueco loro 4v 9, al lueco4v 11, altro lueco4v 24, in uno lueco de fueco (porgatoriu) 7v 8, quillo lueco 7v 8, 8v 9, 25v 14, de lu lueco 36v 1, quillo medesmo lueco 8v 5, in lueco de lo forfacto 8v 22, in uno aspro lueco 14r 27, luecu 29r 9, profundo luego di mare 23v 12, de lu luego sua 28r 22, in alcuno lueco 20v 31, in qualunca lueco 28r 8, Lo più sano lueco 29r 12, tene lueco 32r 12, chi tenerà sua lueco32r 13, lu lueco 40v 7, in menzo lueco50v 2 (mais in bono loco 15v 35) ; multi lueghi20v 6, 20v 17, 21r 11, lueghi più infirmi 29r 15, in piùluechi 21r 34, per multiluechi 23v 3 ; < FŎCUS : al fueco8v 37, 13r 2, 14v 33, una spata de fueco 3v 42, in uno fueco 4v 31, De lo celestiale fueco5r 24, uno muro de fueco 5v 29, lu fueco de lo muro 5v 33, de ayro et de fueco 7v 21, del fueco8v 22, dal fueco 15v 43, lu fuecu 8v 26, 8v 34, 14r 35, 20v 10, 8v 23,34r 35, 36 fueco et ayro 14r 37, lo fueco8v 35, 8v 38, 9v 3, 22v 24,12v 35, 14v 42, 15r 37, 34r 34, 34v 27, 28, 39r 34, 17r 36, tucto fueco de lo mundo 8v 26, in lu fueco gectata 11r 14, in fueco 39v 30, grande fueco12v 33, quillo fueco12v 34, 36v 18, 14v 43, fauno fueco intorno 14v 39, in lo dicto fueco 14v 46, de fueco17v 1, uno fueco 20v 22, natura de fueco21r 21, un pericoloso fueco21r 29, nel fueco de lo ‘nferno 25v 26, per fueco 28v 33, lo dricto fueco34r 36, de un gran fueco 36v 14, multo fueco 40v 7, lueco di fueco40v 28(mais al foco 3v 24, da lo foco lo calore 5r 20); < BŎNUS : lo tua bueno deo 3r 42, lo bueno3r 43, bueno et liale 3v 7, 16v 21, bueno et leale 3v 12, bueno et iusto 4r 36, lu bueno angelo 5r 13, 7v 9, un bueno amico 11r 15, lu bueno homo 12v 20, bueno viso 24v 3, Ède bueno 35r 6, li bueni costumi 16r 23, so’ bueni 5v 8, 8v 2, li bueni7r 15, 8v 25, 10r 2, 36r 38 (mais lo bono servo 8v 27, li boni 10r 4, 11r 4) opposé à bona anima 8r 11, (mulhere) bona 35r7, bona femina 35r 8.

18  Le phénomène touche d’autres vulgaires anciens, cf. Russo 2007 : 41 suiv. et bibliographie ; pour la Lucanie, Braccini 1964 : 246-249 indique des réductions analogues : lugo, fuco.

19  On trouve o en présence de -i, -o (/u/) : morto et sepelito 5v 7; uno corno 45r 15; grosso collo 54r 16; lo morso 39r 20, osso 15v 19; morti 2r 10,3v11, li morti 4v 11, li occhi 2v 20, 5r 26, alli ochy 15r 39. Pour de nombreux mots proparoxytons la documentation médiévale nous permet de vérifier combien l’absence de diphtongues est un phénomène ancien: filosofo 2r 18; astrologo 2r 18, astroloco 48v 27; demonio 2v 14, lo demoniu 6r 17 (et aussi li demonii 8v 7, terme adapté dans le sud, avec une voyelle tonique ouverte), mots savants et stomaco 33r 33, mot populaire.

20  Cf.lo frido 12r 28, ca frido non vole caldo 13v 11, né lo caldo lo frido 13v 12, grande frido20v 15, da lo frido et da lo caldo 29r 13, frido homo 34v 22 (mais fredo 9v 4), so’fridi et umidi 35v 6 opposé à (vidanda) freda 15v 21, de natura freda 20v 4, (vivande) frede 15v 26, (herbe) frede 15v 2, s’ella è freda15v 5, multa freda 20v 8, l’acqua chi èfreda 21r 21, freda natura 32r 37, (femina) freda 34v 21; lo umido vence lo sicco 13v 15, frido et sicco 35v 8, caldo et sicco 35v 10 (mais né l’umido lo secco 13v 12, seccho 11r 30 et secchi (fiori) 13v 21); uno vaso divitro 19v 16; lo pilo 33v 20; a lo più spissu 4v 31; la vergene Maria 36v 19, sua matre vergene 47v 28, homini et femine si poteno dire pulcelle ma nonvergini 34v 14, vergini 34v 14.

21  Les continuateur de ILLE sont utilisés aussi comme pronoms neutres: illu convene 16v 2.

22  Pour les textes méridionaux de la même époque, une documentation semblable, plus large, se trouve chez Braccini 1964 : 310-311. L’emploi de la forme réduite de l’article est aujourd’hui limitée à la position prévocalique, comme c’est le cas dans une partie de la Toscane. Cette restriction ne vaut ni pour le Sidrac ni pour les exemples recueillis par Braccini.

23  Cette classe morphologique comprend les substantifs neutres de 2e déclinaison (avec conversion du neutre pluriel dans la classe homophone du féminin pluriel), qui conservent le pluriel en -a comme les f.pl. bracza ou menbra (ginochye aussi est neutre à l’origine). Mais la même classe comprend aussi quelques substantifs masculins à l’origine, employés au pluriel comme neutre de sens collectif (dita et mura), auxquels s’associe le morphème collectif -a avec syncrétisme grammatical dans la classe des féminins pluriel et conservation du trait de nombre. La conversion de -a dans la classe de féminin pluriel engendre des paradigmes hétéroclites qui opposent pour le genre un masculin singulier métaphonique et un féminin pluriel non métaphonique: m. sing. lueco / f.pl. locore.

24  Maisaussi f.pl. queste richecze so’quelle 25v 36, rechecci 17r 8. Cf. f.sing. nulla gravecce 5r 17, allegrecze sing. 10v 14, la grandecce 53v 28, per sua debilecze 39r 2, per la ritondecze del mundo 20r 5, la clarecze del sole 20r 5, l’altecce et per la bassecce de li parti 20r 6, la sua longecce 20r 17 (face à longecza 20r 11), la sua grossecce 20r 17 (face à la grosseccza 20r 21) et le type toscan amplecza 3r 4, longecza 3r 5, la ispe [sse] cza 20r 29.

25  Cf.seraiu priso 8r 24 (mais preso uno cortello 2r 28); lo dricto camino 37r 6 (cf. aussi 4v 27), illu drictu 6r 36 opposé à drecta natura 15r 28; li misi 54r 25, tre misi 32v 36, dudeci misi 32v 36; piso de lo piombo 25r 2.

26  Cf. aussi lo mundo rutundo19v 43,rotundo comu una palla 20r 18, ritundo 5r 20, uno pertuso ritundo53v 25(mais uno pertuso ritondo53v 28); lo russo de l’ovo 19v 41, lo russu, oy giallo 19v 41; palaczo ructo 20r 21; lo mundo allumina 29v 32; tucto lo mundo 2r 33; in profundo 45v 4; terzo iurno 2r 2 (mais iorno 9r 36, tucto iorno 14r 9); de curso 20r 10.

27  Cf. aussi l’altri coluri 44v 2, de coluri 54r 25, mais colori 44v 2, 15v 1; lu pomo 6r 6, un pomo 19v 43; voy 2r 36, 2v 7; noy 8v 28; perdono 2v 35; uno solo 38v 22; li dodichisigni 35v 4; abacteray dodeici 53r 46.

28  Mais aussi l’uno è curruchato et l’altro è gioso 13r 30; periculosu 8r 20; quillo precioso corpo 4r 9; dilectoso loco 5v 7. Dans le Sidrac le suffixe -ŌSU n’exerce pas de pressions analogiques sur les termes comme le substantif PERTŪSU qui présente les deux allomorphes pluriels masculin et féminin, mais sans alternance de la voyelle tonique selon les attentes étymologiques pour Ū : uno pertuso 10r 25, septe pertusi 5r 22, le pertusa 23r 36.

29  Mais aussi li loro filholi 13r 29, lo loro filholo 13r 30.

30  Cf. aussi traguni 21v 33; lo garzone 34v 34 opposé à Li garzuni 12r 18, 30v 42; al piczolo colhone 45r 10 opposé à doy colhuni 45r 8; li quactru cantuni 4r 12 (mais li quactru cantoni de l’abergo 4r 4); forme régulière: uno capone m.sing. 21v 37.

31  Cf. aussi doy staiuni l’anno 32r 30; li quactru complexiuni13v 10; questa raczone 8r 21; raczone 3r 35 opposé à di boni raczuni 15v 34, per multi raczuni 16r 20, altri raczuni 23r 27, tre raczuni 33v 4. Mais le modèle métaphonique est absent dans quelques féminins comme persecucioni et tribulacioni 7v 4; li dominaccioni 4v 40, par analogie au fait que le féminin des adjectifs et des substantifs de 1re déclinaison se caractérise par l’absence de métaphonie ou par une inclinaison vers le standard toscan.

32  Cf. aussi li sua fiuri 22v 24 (mais secchi fiori 13v 21); mais maiori 4v 30 et li omori 33r 33.

33  Cf. aussi tocta (ymagine) 2v 14, tocta belletate 5r 16,tocta la terra 3v 33, ella è tocta incantata 3v 23, tocte le altre creature 2r 33, tocte queste cose 4r 1, tocte quelle cose 5r 17, tocte le toe bestie 3v 19 opposé à veiano tuctu in deo 5r 17, tucto lo mundo 2r 33, tucto iorno 14r 9, tucti li altri ydoli 2r 22.

34  Les exemples ci-dessus montrent une évolution apulienne et non salentine, déjà à l’œuvre dans la zone de transition, et contribuent à situer le Sidrac à la limite septentrionale extrême du Salento.

35  Memorie e documenti per servire alla storia del ducato di Lucca, V.3 [documents du xe siècle], Atti della Reale Accademia lucchese, Lucca: chez F. Bertini, 1841 [réimpression facsimile 1971], 445 et 611.

36  V.2, 590.

37  « Nous sommes en effet persuadé que les causes de la diphtongaison spontanée des voyelles non seulement fermées, mais aussi ouvertes, résident dans la durée longue des voyelles accentuées et que cette diphtongaison n’a rien de commun avec la diphtongaison conditionnée».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les 10 voyelles du latin Ĭ Ī Ĕ Ē Ă Ā Ŏ Ō Ŭ Ū
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre (3) Représentation phonologique du système vocalique du latin selon Schane (2005 : 323)
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre (4) Représentation phonologique du système vocalique roman commun
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://rlv.revues.org/docannexe/image/1801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michela Russo et Fernando Sánchez Miret, « La diphtongaison romane et la métaphonie : le paradoxe du faible au fort », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 38 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rlv.revues.org/1801 ; DOI : 10.4000/rlv.1801

Haut de page

Auteurs

Michela Russo

Université de Paris 8, UMR 7023/CNRS

Articles du même auteur

Fernando Sánchez Miret

Université de Salamanque

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page