Navigation – Plan du site

La dérivation en */de-/ et en */dis-/ en protoroman. Contribution à la morphologie constructionnelle de l’ancêtre commun des langues romanes

Éva Buchi
p. 139-159

Résumés

Cet article propose, sur la base des étymons à astérisque du Romanisches Etymologisches Wörterbuch (REW), une modélisation de la préfixation en */de-/et en */dis-/du protoroman : bases sélectionnées, classe grammaticale des dérivés, valeur sémantique. Les résultats convergent en partie avec ce que l’on sait de la morphologie constructionnelle du latin classique, mais ils montrent aussi l’originalité de l’ancêtre commun des langues romanes au sein du latin global.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Nos plus vifs remerciements s’adressent à Jean-Paul Chauveau, à qui nous devons plusieurs suggesti (...)

1On a coutume de considérer que les langues romanes occupent une place à part parmi les langues du monde du fait que leur ancêtre commun, le latin, est largement attesté, notamment dans ses variétés hautes. Or il est bien connu que la protolangue que la grammaire comparée-reconstruction (cf. Fox, 1995) des langues romanes permet de reconstruire, le protoroman, se distingue du latin classique dans le domaine phonologique (quantité ↔ aperture vocalique), syntaxique (ordre des mots), morphosyntaxique (article défini) et lexical (ago †, fungor †, gero † ↔ facio). Qu’en est-il du champ de la morphologie constructionnelle ? Le présent article se propose de jeter les bases d’une exploration des particularités du protoroman dans ce domaine, en partant de l’exemple de la préfixation en */de-/ et en */dis-/1.

2. Méthodologie

2Cette étude se situe dans le cadre référentiel de la grammaire comparée-reconstruction. Il s’agit là d’une méthode éprouvée en linguistique génético-historique générale, dont Jean-Pierre Chambon (2007 ; à paraître) a dernièrement préconisé l’adoption effective en linguistique romane et qu’une équipe internationale récemment constituée s’efforce d’appliquer dans le cadre du Dictionnaire Étymologique Roman (cf. DÉRom ; Buchi & Schweickard, 2008 ; 2009).

3Nous nous proposons ici, en partant du témoignage des langues romanes, de décrire les propriétés de la dérivation en */de-/ et en */dis-/ du protoroman : il s’agira de déterminer les contraintes, phonologiques et/ou morphosyntaxiques, qui pèsent éventuellement sur le choix des bases de dérivation, d’établir la catégorie grammaticale des dérivés, enfin de calculer le sémantisme des préfixes.

4Afin de concentrer notre exploration sur le seul protoroman, l’ancêtre commun des parlers romans que la méthode comparative permet de reconstruire, à l’exclusion d’autres moyens de connaissance du latin global, notre nomenclature sera limitée aux étymons marqués d’un astérisque dans le REW3 et donc en principe non attestés en latin écrit de l’Antiquité. Après en avoir enlevé les cas où l’astérisque avait été mis par erreur (REW3 s.v. *dēramāre, cf. TLL s.v. dērāmo ; s.v. *dĭschŏrdāre, cf. TLL s.v. discordo ; s.v. *dĭscŭlcĕus, cf. von Wartburg in FEW 3, 91b, DISCALCEUS et Iliescu, 1958 : 23 ; s.v. *dĭslĭgāre, cf. TLL s.v. disligo ; s.v. *dĭssēpĕrāre, cf. TLL s.v. dissēparo ; s.v. *dĭsvĕstire, cf. TLL s.v. disvestīre) et ceux où la préfixation est intervenue à un état dérivationnel antérieur (REW3 s.v. dĭsparpallare < dispār + pallāre ; REW3 s.v. dĭstrĭctia : « abstraktum zu districtus », von Wartburg in FEW 3, 100b, *distrĭctia), la liste de dérivés à analyser comporte treize préfixés en */de-/ et douze en */dis-/.

  • 2  Pour ce néologisme, cf. Buchi & Schweickard, 2009 : 101.

5La première étape de notre recherche consistera à porter un regard critique sur ces vingt-cinq étymons du REW3, qui équivalent potentiellement à autant de dérivés protoromans : il s’agira de reconsidérer l’étymologie de dizaines de lexèmes romans identifiables en synchronie comme des préfixés. Le problème majeur à résoudre concernera le statut hérité ou dérivé (cf. Popovici, 1992) de ces lexèmes : la dérivation s’est-elle faite en protoroman ou bien s’agit-il d’un phénomène idioroman2, c’est-à-dire intervenu dans un ou plusieurs idiome(s) après l’éclatement du latin en de multiples parlers romans ?

6Dans certains cas, il sera en outre nécessaire de s’assurer de la justesse de l’attribution à l’un ou à l’autre préfixe. Cette étape du travail s’appuiera sur les résultats de recherche, très fiables, qui sont disponibles dans le domaine de la grammaire historique des langues romanes :

7Protorom. */de-/ > dacoroum. de-, dalm. de‑, it. di‑ (de‑ sous influence savante ou dialectale), sard. (logoud.) de‑, frioul. de- ou di‑, romanch. /d(ə)‑/,
fr. /də‑/, occit. de-, cat. /də‑/, esp. de-, port. /də‑/ (Meyer-Lübke, 1890 : 1 : 279 :
§ 352 ; Bartoli, 1906 : 2 : 343 § 313 ; Ronjat, 1937 : 3 : 442 § 728 ; Williams, 1962 : 42 § 41 ; 61 § 63 ; Rohlfs, 1966 : 1 : 162 § 130 ; 1969 : 3 : 350 § 1010 ; Wagner, 1984 : 46 § 32 ; 1989 : 568 ; Eichenhofer, 1999 : 194 § 263a ; 199 
§ 267a).

8Protorom. */dɪs‑/> dacoroum. des- ou dis‑, dalm. des‑, it. dis‑ (des‑ dans les dialectes septentrionaux ; devant consonne sonore, phénomènes d’assimilation dans les dialectes méridionaux), sard. (logoud.) (di)s‑, frioul. di-, romanch. /(di)s‑/ et /(di)‑/ (/sd‑/ et /ʒd‑/ devant /r/), fr. /de-/, occit. des‑ (devant consonne dialectalement dei‑, de‑, di‑ ; derr‑ à côté de desr‑ ; souvent lang. aquit. de‑ + C ↔ prov. des‑ + C), cat. /dəs‑/, esp. des‑, port. /dəs‑/ (Meyer-Lübke, 1890 :
1 : 279 § 352 ; Bartoli, 1906 : 2 : 343 § 313 ; Ronjat, 1932 : 2 : 194 § 323 ; 1937 : 3 : 443 § 728 ; Williams, 1962 : 42 § 41 ; 61 § 63 ; 164 § 150 ; Rohlfs, 1966 : 1 : 162 § 130 ; 1969 : 3 : 350-351 § 1011 ; Wagner, 1984 : 46 § 32 ; 100 § 80 ; Benincà, 1989 : 568 ; Fischer, 1989 : 47 ; Eichenhofer, 1999 : 332-333 § 466 ; 405 § 612a).

3. Préfixe */de-/

9Parmi les treize dérivés protoromans en */de‑/ répertoriés par le REW3 (*dēcadēre, *dēĕxcĭtāre, *dēfalcāre, *delŏcāre, *dēmīcāre, *dēpalantiāre, *dēpanāre, *dēprōnāre, *dēradīcāre, *dērapīnāre, *dērēnāre, *dērĭmāre, *dēstiliāre), nous proposons d’en écarter dix (ci-dessous 3.1.), ce qui porte à trois (3.2.) le nombre de dérivés en */de‑/ à considérer pour la modélisation (3.3.).

3.1. Exclusion des faux dérivés en */de-/

  • 3  TLIO : desedandosi, desedare, desedarlo, desedate, desedatevi, desedati, desedò, desedoe, desedoss (...)
  • 4  TLIO : deseao, dessià, dessiay, desta, destai, destami, destammo, destan, destando, destandola, de (...)

10(1) *dēĕxcĭtāre. – Nous pensons nécessaire de renoncer à l’étymon *dēĕxcĭtāre postulé par REW3. En effet, malgré DEX2 (« probable lat. de‑excitare »), dacoroum. a deştepta v.tr. ‘éveiller’ (dp. 1551/1553, Tiktin3) n’incite pas à reconstruire un tel étymon, même s’il n’existe pas de véritable consensus à propos de son origine (Arvinte in Tiktin3 : prob. < *dĭsperrĕctāre ; Cioranescu, 1966 et DLR : < dĭspectāre). En dépit de Elmendorf, 1951 (« de-excitare »), le rattachement à un tel étymon de dalm. destruár v.tr. ‘réveiller’ (sans étymologie, Bartoli, 1906 : 2 : 179) paraît phonétiquement difficile. Le critère phonétique empêche également de donner raison à Alessio in DEI (« *deexcitāre ») pour l’étymologisation d’ait. descitare v.tr./intr. ‘(se) réveiller’ (1324/1328 — xive siècle), ‘(faire) passer à l’action’ (1342 — 1356/13567, tous les deux Sestito in TLIO) : au vu des occurrences, majoritairement de type <desed‑>3, un rattachement à un protorom. */dIs-’sed‑a-/, dérivé de lat. sēdāre v.tr. ‘calmer, apaiser’ (OLD s.v. sēdō ; non continué dans les langues romanes), pourrait être envisagé. Malgré Alessio in DEI (« *deexcitāre ») et DELI2 (« *deexcitāre »), il paraît de même impossible, à en croire le témoignage des formes anciennes4, de faire remonter à un protorom. */de-’es-kit-a-/ it. destare v.tr. ‘réveiller ; stimuler’ (dp. xiiie siècle, Consales in TLIO). Enfin, pour ce qui est de lad. descedè (« dē‑excitāre », dp. 1763, Kramer/Fiacre in EWD) et de romanch. ṣdaṣdar (« Zus. aus de- und excĭtāre », Eichenhofer in Bernardi et al. 1994), en raison de leur isolement géographique, leur témoignage ne nous paraît pas suffisant pour postuler l’existence d’un lexème protoroman.

11(2) *dēfalcāre. – Parmi les données réunies par REW3 s.v. *dēfalcāre, seul it. defalcare v.tr. ‘retrancher d’une somme, d’une quantité’ (dp. 1342 [defalcare ; 1351 ( ?)/1374 : difalca], Carosella in TLIO ; « lat. parl. e mediev. [sec. xiv, Stat. Udine] defalcāre », DELI2 ; « v. dotta, lat. medioev. dēfalcāre », Alessio in DEI) semble raisonnablement pouvoir être considéré comme indigène. Nous proposons d’y voir un dérivé d’ait. falcare v.tr. ‘couper’ (fin xiiie siècle), ‘se mouvoir comme la faux’ (1321-1399, tous les deux Gasparrini in TLIO).

12 En effet, des raisons phonétiques et historiques (importance du système bancaire italien au Moyen Âge) nous conduisent à suivre les auteurs qui analysent comme des emprunts (à l’italien, ou éventuellement au latin médiéval d’Italie) frioul. defalcâ v.tr. ‘retrancher d’une somme, d’une quantité’ (dp. 1400, « lat. mediev. defalcare [a. 1370 Piccini Fab. cot. 13] »), difalcâ (« voce letter., da lat. parl. e mediev. defalcāre (Statuti Udine, sec. xiv) », tous les deux Marinucci in DESF), fr. défalquer (dp. 1384, < it., von Wartburg in FEW 3, 378b, *falcare 2 ; < latméd., TLF), occit. de(s)falcar (dp. 1463, < it., von Wartburg in FEW 3, 378b-379a), cat. defalcar (1341-1822 [substitué par la suite par desfalcar, dp. 1803], prob. < it., DECat), esp. desfalcar ‘escroquer’ (dp. av. 1565 [‘voler’ ; aussi defalcar, 1582], prob. < it., DCECH) et port. desfalcar ‘retrancher d’une somme, d’une quantité ; escroquer’ (dp. 1384, « lat. medv. defalcāre », Houaiss ; « do lat. dēfalcāre […], com substituição prefixal, de de‑ por des‑ », DELP3).

13(3) *delŏcāre. – Il nous paraît impossible de reconstruire un protorom. */de-’lOk-a-/ v.tr. ‘installer’ (REW3 s.v. *delŏcāre) à partir d’un seul lexème appartenant au dialecte italien des Abruzzes. Nous proposons donc de supprimer cet article du REW3 et de considérer la donnée qu’il contient comme d’origine inconnue.

14(4) *dēmīcāre. – On considère communément qu’un protorom. */de-’mik-a-/ peut être reconstruit à partir de dacoroum. a dumica v.tr. ‘dépecer, couper, briser’ (dp. 1679, issu par dissimilation d’un plus ancien a demica, attesté av. 1686, Arvinte in Tiktin3 ; REW3 s.v. *dēmīcāre ; Cioranescu, 1966 ; ‘prob.’, DEX2) et aroum. dińic (< *demīcare ; Pascu, 1925 : 1 : 133 ; Papahagi, 1974). Or, en l’absence de cognats en dehors du domaine roumain, nous préférons considérer que la dérivation, en de‑, ne remonte qu’au protoroumain et non pas au protoroman. Roum. a dumica apparaît alors comme un parallèle onomasiologique intra-roman des dérivés en des‑ afr. et oïl. démier v.intr. ‘se rompre en morceaux’, occit. desmica v.tr. ‘émietter’ (< fr. mie, occit. mica s.f. ‘miette’, von Wartburg in FEW 6/2, mīca I 1 a et 2 a) et esp. desmigar ‘émietter’ (< esp. miga s.f. ‘miette’, DCECH). Dès lors, on s’aperçoit que ces verbes, en de‑ et en des‑, sont spécifiques des idiomes ayant maintenu protorom. */’mik-a/ s.f. ‘miette’ (REW3 ; FEW 6/2, 76a), ce qui n’est en effet pas favorable à l’hypothèse d’une dérivation protoromane.

15(5) *dēpalantiāre. – L’article *dēpalantiāre du REW3 repose sur une seule donnée (lorraine). Nous pensons que l’on peut utilement faire l’économie de cette entrée en suivant von Wartburg in FEW 7, 485b, palam I 2 b, qui considère le préfixe de lorr. dèpalancié v.tr. « débrailler » comme de formation idioromane.

16(6) *dēprōnāre. – L’article *dēprōnāre du REW3 est à supprimer : la seule donnée qu’il contient, aesp. deprunar, est analysée comme une formation interne s.v. prōnāre, analyse confirmée (et précisée) par Coromines et Pascual in DCECH s.v. desmoronar.

17(7) *dēradīcāre. – On peut faire l’économie de l’article *dēradīcāre du REW3, qui réunit deux verbes, l’un italien, l’autre espagnol : tant it. diradicare v. ‘déraciner’ qu’aesp. derraigar s’analysent comme des formations idioromanes (DELI2 ; Coromines et Pascual in DCECH s.v. raíz).

18(8) *dērapīnāre. – L’article *dērapīnāre du REW3 est à supprimer : si l’étymologie de dacoroum. a dărăpăna v.tr. ‘écorcher’ (dp. 1654, Tiktin3) est encore discutée – Arvinte in Tiktin3 : « anscheinend zu lat. rapio, ‑ĕre ‘reißen’, das Suff. (lat. ‑ĭn‑ ?) ist schwierig » ; Cioranescu, 1996 : < dēruncĭnāre ; DLR : emprunt au bulgare –, l’hypothèse */de‑ra’pin-a-/ peut être exclue (« *derapinare est impossible », Graur, 1937 : 95 ; cf. Cioranescu, 1966), malgré un avatar inexpliqué (« probabil lat. *derapinare ») dans DEX2.

  • 5  « *derĭmare est impossible ; dărîma vient soit de deramare, soit de *derīmare » (Graur, 1937 : 95)

19(9) *dērĭmāre. – On peut faire l’économie de l’article *dērĭmāre du REW3, qui ne contient que dacoroum. a dărâma, pour lequel Meyer-Lübke hésite entre cet étymon et [*]dēramāre (cf. ci-dessous 4.2.)5.

  • 6  Dacoroum. (Banat) a ateia v.tr. ‘endimancher, pomponner’ (« vielleicht », FEW 3, 55b) doit en être (...)

20(10) *dēstiliāre. – Suite à une suggestion d’Antoine Thomas, REW3 classe occit. (rouerg.) desteilla v.intr. ‘tomber (fruits avortés ou véreux)’, destel s.m. ‘fruit qui tombe avant sa maturité’ sous une entrée *dēstiliāre ‘(zu stilus ‘Stiel’)’, analyse reprise par von Wartburg, 1928 in FEW 3, 55b, *destiliare6 et nuancée par Zumthor, 1964 in FEW 12, 268a, stilus en « soit […] *destilium […], soit […] un verbe *destillare influencé par stillare ». Cette étymologie se dénonce comme suspecte d’une part par le caractère diatopiquement isolé de la matière lexicale donnée comme héritée, d’autre part par l’étrangeté morpho-sémantique résidant dans ‘de’ + stilus ‘tige’ + conversion N‑V ✂ destiliare/destillare ‘tomber (d’un arbre)’.

  • 7  Pour un parallèle sémantique, cf. hbret. [pOmd dgu] s.m.pl. ‘pommes tombées de l’arbre’ (ALBRAM 31 (...)
  • 8  Cf. aussi afr. desteler v.intr. ‘se détacher et tomber (fruit)’ (1176 [Chrétien de Troyes], von Wa (...)

21 En réalité, les données occitanes sont congénères de frpr. (Suisse Romande) dètèlā v. intr. ‘dégoutter (en parlant de l’eau qui s’écoule du toit)’ (< destillare, Müller in GPSR 5, 516b), dètē s.m. ‘fruits tombés de l’arbre et impropres à la vente ou à la conservation’ (dp. 1421 [destez pl.], déverbal de dètèlā, Müller in GPSR 5, 515b)7. Ces données sont à classer FEW 3, 55b, destillare 1, section qui réunit des matériaux héréditaires francoprovençaux et franc-comtois, où rouerg. destel s.m. ‘fruit qui tombe avant sa maturité’ trouve sa place naturelle8, de même que desteilla v.intr. ‘tomber (fruits avortés ou véreux)’, dont la palatale /-λ-/, non étymologique (protorom. /-ll-/ > rouerg. /-l-/, cf. Ronjat, 1932 : 148-149 : § 303), s’explique sans doute par une réfection sur le modèle de rouerg. bièl, bièillo ‘vieux’, bièilli ‘vieillir’, bièillún s.m. ‘vieillesse’ (tous Vayssier, 1879). Par conséquent, les articles *dēstiliāre du REW et *destiliare du FEW (de même que le paragraphe I 1 de son article STILUS) sont à supprimer (cf. Duraffour, 1929 : 456).

3.2. Inventaire des dérivés en */de-/

22(1) */de-’kad-e-/. — Protorom. */de-’kad-e-/ v.intr. ‘tomber dans un état inférieur à celui où l’on était’ (REW3 s.v. *dēcadēre), dérivé de protorom. */’kad-e-/ v.intr. ‘tomber’ (Buchi in DÉRom s.v. */’kad-e-/ ; REW3 s.v. cadĕre/*cadēre ; TLL s.v. cado ; cf. aussi */dɪs‑’kad-e-/, ci-dessous 4.2.), se déduit d’it. decadere v.tr. ‘tomber dans un état inférieur à celui où l’on était’ (dp. xiiie siècle, Berisso in TLIO ; « rifacimento su cadere del lat. decĭdere ‘cader giù’ [comp. di ‑ e cădere ‘cadere’] », DELI2 [malgré Alessio in DEI, qui opte pour un cultisme]), occit. ⌜decazer⌝ (dp. 1160/1180, Raynouard ; FEW 2, 28b, cadĕre I 3), gasc. decade ‘diminuer’ (FEW 2, 28a, cadĕre I 3), cat. decaure ‘déchoir’ (dp. 1398, DECat ; Moll, 1928-1931 : 76 [malgré Coromines in DECat, qui opte pour une dérivation idioromane]) et esp. decaer (dp. 1220/1250, DCECH).

  • 9  En revanche, contrairement à ce qui est affirmé par REW3 et FEW, sard. dimanare est un italianisme (...)

23(2) */de-’pan-a-/. – Protorom. */de-’pan-a-/ v.tr. ‘dévider’ (REW3 s.v. *dēpanāre ; Faré, 1972), dérivé de protorom. */’pan-u/ s.m. ‘fil tissé’ (REW3 s.v. panus ; TLL s.v. pānus), se déduit de dacoroum. a depăna v.tr. ‘dévider’ (dp. 1673, DLR ; Tiktin3 ; Cioranescu, 1966 ; DEX2), méglénoroum. deapin (Capidan, 1935), aroum. deapin (Pascu, 1925 : 1 : 76 ; Papahagi, 1974), it. depanare (dp. av. 1348, DELI2), dipanare (dp. av. 1543, DELI2), afr. devener (douteux, von Wartburg in FEW 3, 44b, *depanare), frpr. debana (FEW 3, 44b), occit. debanar (dp. 1er t. 13e s., Raynouard ; FEW 3, 44b ; von Wartburg in FEW 17, 323a, taub n. 1 ; « - est continué dans […] debana », Ronjat, 1937 : 3 : 442 : § 728), cat. debanar (dp. 1381/1386, DECat ; Moll, 1928-1931 : 78), esp. devanar (dp. ca 1400, DCECH) et peut-être de port. dobar (dp. 1562, d’origine inconnue ou < *depanare, Houaiss, 2001 ; « possìvelmente, de um *depanāre », DELP3)9.

24(3) */de-’ren-a-/. – Protorom. */de-’ren-a-/ v.tr. ‘éreinter’ (REW3 s.v. *dērēnāre ; Faré, 1972), dérivé de protorom. */’ren-e/ s.m. ‘rein’ (REW3 s.v. rēn ; TLL s.v. rēnēs ; cf. aussi */dɪs‑’ren-a-/, ci-dessous 4.2.), se déduit de dacoroum. dial. (sud Transylvanie) a dărâna v.tr. ‘éreinter’ (Cioranescu, 1966 [malgré Philippide, 1907 : 309 : « de‑ + rînă » et DLR : étymologie inconnue]), aroum. dirin v.tr. /pron. ‘déchirer ; s’épuiser’ (Pascu, 1925 : 1 : 127 [malgré Papahagi 1974 : « < lat. delirare »]) et it. direnare v.tr. ‘éreinter’ (av. 1597-av. 1704, GDLI ; aussi dialectes italiens, FEW 10, 251b [malgré Battaglia in GDLI, qui opte pour une formation idioromane]).

3.3. Pour une modélisation de la dérivation en */de-/

25Notre corpus ne contient que trois dérivés protoromans en */de‑/, chiffre indécemment bas pour une modélisation digne de ce nom. Il semble toutefois possible de faire un certain nombre d’observations.

26Un premier résultat réside justement dans le caractère très réduit des formations concernées : force est de constater que contrairement à ce que la nomenclature du REW3 laisserait penser (treize items concernés), le préfixe
*/de‑/ du protoroman n’est que très faiblement productif.

27Les dérivés créés à l’aide du préfixe sont sans exception des verbes, ce qui s’oppose au latin classique, où ‑ sert à former tant des verbes que des adjectifs (Leumann, 1963 : 254).

28Pour ce qui est des bases de dérivation concernées, il s’agit majoritairement de substantifs (protorom. */’pan-u/ s.m. ‘fil tissé’ et */’ren-e/ s.m. ‘rein’), auxquels on opposera le seul verbe du corpus (protorom. */’kad-e-/ v.intr. ‘tomber’). Ce ratio confirme des observations faites par nos prédécesseurs : « verbs compounded with de‑ […] occur in large numbers at all periods of the sermo plebeius, but […] the later compounds are chiefly denominative » (Cooper, 1895 : 271 ; cf. aussi Väänänen, 1981 : 95-96). Il est aussi parfaitement compatible avec la situation des langues romanes, où les continuateurs de protorom. */de‑/ servent (à part en français, qui a abandonné le préfixe) presque exclusivement à former des verbes dénominaux (Meyer-Lübke, 1894 : 2 : 623 § 602). On notera par ailleurs que deux des trois bases concernées (*/’kad-e-/ et */’ren-e/) ont également généré un dérivé en */dɪs-/.

29Notre échantillon est trop réduit pour que nous puissions nous prononcer sur une éventuelle contrainte phonologique qui affecterait la sélection des bases. Notons simplement que l’on rencontre deux occlusives sourdes (*/k‑/ et */p‑/) ainsi que la latérale */r‑/. Le préfixe se terminant par */‑e/, l’absence de bases commençant par une voyelle est peut-être significative.

30Quelle est la valeur sémantique assignable au préfixe */de‑/ ? Elle semble être double : d’une part ‘changement d’état’ (*/de‑’kad‑e-/ v.intr. ‘tomber dans un état inférieur à celui où l’on était’ et */de‑’pan‑a-/ v.tr. ‘dévider’), d’autre part ‘(valeur privative)’ (ici avec hyperbole : */de-’ren-a-/ v.tr. ‘éreinter’). Ces deux sens représentent une sélection parmi ceux du latin classique, qui connaît en outre les sémantismes ‘mouvement de haut en bas’, ‘action faite d’après un objet’, ‘déplacement’, ‘éloignement’, ‘(valeur diminutive)’, ‘achèvement’ et ‘superlatif’ (Ernout & Meillet, 1959 s.v. ). En revanche, notre corpus ne confirme pas la neutralisation du sémantisme du préfixe */de‑/ telle qu’elle est en général pointée pour le latin vulgaire (Cooper, 1895 : 246-248 ; Väänänen, 1981 : 95 ;
cf. aussi Ernout & Meillet 1959 s.v. et Biville 1998 : 201).

4. Préfixe */dis-/

31Le dépouillement du REW3 fait apparaître douze dérivés protoromans en */dɪs‑/ (REW3 s.v. *dĭscăpĭtāre, *dĭsdĭgnāre, *dĭsfībŭlāre, *dĭsglabrāre, *dĭsjējūnāre, *dislĕgīre, *dĭsparēscĕre, *dĭsrēnāre, *dĭsrŏteŏlāre, *dĭsrūpāre, *dĭstractĭāre, *dĭsvēlāre). Nous proposons d’en écarter sept (ci-dessous 4.1.) et d’en garder cinq (4.2.), ce à quoi il faut ajouter deux formations (*/dɪs‑’kad-e-/ et */dɪs‑’ram‑a-/) auxquelles nous proposons de rattacher une partie des matériaux classés par Meyer-Lübke in REW3 s.v. *dēcadēre et *dēramāre, ce qui porte à sept le nombre de dérivés à considérer pour la modélisation (4.3.).

4.1. Exclusion des faux dérivés en */dis‑/

32(1) *dĭsfībŭlāre. – L’article *dĭsfībŭlāre du REW3 doit être supprimé : it. sfibbiare v.tr. ‘déboucler’ (dp. av. 1400) s’analyse comme un dérivé d’it. fibbia (DELI2 [à moins de représenter exfībŭlāre, comme le proposent Pellegrini et Battisti in DEI]) ; fr. défubler ‘enlever’ (ca 1138 – 1900) est issu d’une greffe préfixale de fr. affubler (von Wartburg & Jänicke in FEW 24, 250ab, *affībŭlare) ; pour ce qui est d’aoccit. ⌜desfiblar⌝ (ca 1240 ; xiiie siècle ; FEW 24, 250b), il pourrait s’agir d’un emprunt au français.

33(2) *dĭsglabrāre. – L’article *dĭsglabrāre du REW3 doit être supprimé : l’unique donnée qu’il contient, dacoroum. dezgheura v. ‘ ?’, est d’origine inconnue (cf. Cioranescu, 1966 s.v. gheura).

34(3) *dislĕgīre. – L’article *dislĕgīre du REW3, qui réunit une donnée espagnole et une donnée gasconne, doit être supprimé : esp. desleír v.tr. ‘délayer’ (dp. 1220/1250, DCECH) semble issu d’un changement de préfixe à partir d’aesp. esleír et donc se rattacher à l’article ēlĭgĕre (« probablemente », Corominas et Pascual in DCECH), tandis que gasc. (aran.) delí v.tr. ‘fondre’ est déjà bien classé REW3 s.v. dēlēre (à ajouter FEW 3, 32a, delere 1, cf. Coromines, 1991).

35(4) *dĭsparēscĕre. – L’article *dĭsparēscĕre du REW3 doit être supprimé : l’unique donnée qu’il contient, it. sparire v.intr. ‘disparaître’ (dp. fin xiiie siècle, DELI2), s’explique mieux comme une formation italienne (« da apparire, con cambio di pref. », DELI2 [en dépit de Pellegrini et Battisti in DEI, qui y voient un continuateur d’un « lat. (*)disparīre »]).

36(5) *dĭsrŏteŏlāre. – L’article *dĭsrŏteŏlāre du REW3 relève de l’étymologie déconstructive : Meyer-Lübke y fait un sort à une hypothèse étymologique formulée par Ascoli pour it. sdrucciolare v.intr. ‘glisser’ (dp. av. 1400, DELI2), qu’il avait acceptée dans un premier temps (in REW1). L’opposition de Meyer-Lübke est doublement marquée : d’une part de façon typographique, par l’usage des parenthèses, qui marquent une « nicht annehmbare Etymologie » (REW3 XXXI), d’autre part de façon discursive : « lat. kaum möglich ». À notre avis, it. sdrucciolare (sans étymologie, Pellegrini et Battisti in DEI ; « forse lat. parl. *exderoteolāre ‘rotolar giù’, da *rŏteus, agg. di rŏta ‘ruota’ », DELI2) restera d’étymologie inconnue tant que le LEI ne l’aura pas traité ; on peut en tout cas considérer que cet article du REW3 a été supprimé par Meyer-Lübke lui-même.

37(6) *dĭstractĭāre. – L’article *dĭstractĭāre du REW3 doit être supprimé : en raison de parallèles sarde, français, francoprovençal, occitan et espagnol (cf. von Wartburg in FEW 3, 331ab, *extractiare), it. stracciare v.tr. ‘déchirer’ (dp. 1310/1312, « lat. parl. *extractiāre », DELI2 ; « forse […] un prototipo *extractiāre », Pellegrini et Battisti in DEI) doit être rattaché à protorom. */es‑’traktɪ‑a-/.

38(7) *dĭsvēlāre. – On supprimera l’article *dĭsvēlāre du REW3, qui ne résout pas l’étymologie de dacoroum. a dezbăba v.tr. ‘libérer’ (dp. 1632, « ET. unbek., vgl. ksl. brati, bera », Arvinte in Tiktin3 ; « et. nec. », DEX2), d’origine inconnue.

4.2. Inventaire des dérivés en */dis‑/

39(1) */dɪs‑’dɪgn-a-/. – Pour des raisons sémantiques – le sens de ses continuateurs ne se compose pas de ‘négation’ + ‘(sémantisme des continuateurs de protorom. */’dɪgn‑a-/)’ –, protorom. */dɪs‑’dɪgn‑a-/ v.tr. ‘juger indigne’ (REW3 s.v. *dĭsdĭgnāre), dérivé de protorom. */’dɪgn‑a-/ v.tr. ‘juger digne’ (REW3 s.v. dĭgnāre ; TLL s.v. dīgno), se recommande comme ancêtre commun d’it. disdegnare v.tr./pron. ‘dédaigner ; s’indigner’ (dp. déb. xiiie siècle, DELI2 ; Alessio in DEI ; Camboni in TLIO), fr. dédaigner ‘considérer comme indigne d’intérêt’ (dp. 1e m. xiie siècle, TLF [malgré von Wartburg in FEW 3, 78a, dignare et TLF, qui optent pour une formation idioromane]), occit. desdenhar v.tr./pron. ‘dédaigner ; s’indigner’ (dp. 1180/1213, Raynouard ; FEW 3, 78a), cat. desdenyar ‘dédaigner’ (dp. xiiie siècle, DECat ; Moll 1928-1931 : 81 [malgré Coromines in DECat, qui opte pour une formation idioromane]), esp. desdeñar (dp. 1220/1250, DCECH [par erreur « dedĭgnari »]) et port. desdenhar (dp. xiiie siècle, Houaiss [malgré DELP3 : « talvez do ant. prov. desdegnar, este do lat. *disdignāre »]).

40(2) */dɪs‑’ɪeɪun-a-/. – Protorom. */dɪs‑’ɪeɪun-a-/ v.intr. ‘rompre le jeûne’ (REW3 s.v. *dĭsjējūnāre), dérivé de protorom. */’ɪeɪun-a-/ v.intr. ‘jeûner’ (REW3 s.v. jējūnāre ; TLL s.v. iēiūno), se déduit de lig. śdernarse v.pron. ‘prendre le repas de midi’ (Faré 1972), piém. deszeinase ‘manger un morceau’ (REW3), romanch. șgiginar v.intr. ‘manger un morceau ; prendre le repas du matin’ (Eichenhofer in Bernardi et al. 1994), fr. dîner ‘prendre le repas du soir’ (dp. ca 1131 [‘prendre le premier repas du jour’], TLF ; von Wartburg in FEW 3, 94b-95a, disjejunare I), déjeuner ‘prendre le repas du matin ; prendre le repas de midi’ (dp. 1155 [sei desgeüner v. pron.], TLF ; FEW 3, 95ab), frpr. ⌜dina⌝(dp. 1406, FEW 3, 94b ; Casanova in GPSR 5, 719-721), occit. disnar (dp. ca 1176/1198, Raynouard ; FEW 3, 94b), gasc. disna ‘prendre le repas de midi’ (FEW 3, 94b) et cat. dinar (dp. xiiie siècle [disnar-se v. pron.], DECat [malgré von Wartburg in FEW 3, 96a, qui y voit un emprunt au français]).

  • 10  En réalité, les formes françaises en <des‑> sont trop rares et trop tardives pour pouvoir être héritées </des> (...)

41(3) */dɪs‑’kad-e-/. – Protorom. */dɪs‑’kad-e-/ v.intr. ‘tomber dans un état inférieur à celui où l’on était’ (cf. REW3 s.v. *dēcadēre et ci-dessus 3.2.), dérivé de protorom. */’kad-e-/ v.intr. ‘tomber’ (Buchi in DÉRom s.v. */’kad-e-/ ; REW3 s.v. cadĕre/*cadēre ; TLL s.v. cado), se déduit d’ait. discadere v.intr. ‘tomber dans un état inférieur à celui où l’on était’(1279/1300 – xive siècle, Piermaria in TLIO ; DELI2 s.v. decadere ; « cfr. l’a. fr. descheoir, forma laterale di decheoir »10, Alessio in DEI), occit. ⌜descazer⌝(dp. 1184/1205, Raynouard ; von Wartburg in FEW 2, 28a, cadĕre I 3 [mdauph. bdauph.]), aesp. descaer (1440/1460 – 1739, CORDE ; DCECH) et port. descair (dp. xve siècle, Houaiss [malgré Machado in DELP3 et Houaiss, qui optent pour une dérivation idioromane]).

  • 11  Cf. aussi alb. diktoj v.tr. ‘découvrir’ (< « discaptare », Haarmann, 1972 : 122) ?

42(4) */dɪs‑’kapit-a-/. – Protorom. */dɪs‑’kapit‑a-/ v.intr. ‘diminuer’ (REW3 s.v. *dĭscăpĭtāre), dérivé de protorom. */’kapit‑e-/ s.n. ‘tête’ (REW3 s.v. caput ; TLL s.v. caput), se déduit d’it. discapitare v.intr. ‘faire une vente à perte’ (dp. xiiie siècle [descavedhao], Camboni in TLIO ; Alessio in DEI ; malgré DELI2, qui opte pour un dérivé interne), lad. desćiaudè (Kramer/Fiacre in EWD) et aoccit. descaptar ‘diminuer’ (1100/1110 ; ca 1160/1200 [v.tr. ‘ôter’] ; Raynouard ; malgré von Wartburg in FEW 2, 318a, captare II, qui opte pour un dérivé idioroman)11.

43(5) */dɪs‑’ram-a-/. – Protorom. */dɪs‑’ram‑a-/ v.tr. ‘élaguer’ (cf. REW3 s.v. *dēramāre et ci-dessus 3. 2.), dérivé de protorom. */’ram‑u/ s.m. ‘branche’ (REW3 s.v. ramus ; OLD s.v. rāmus), se déduit d’it. disramare v.tr. ‘élaguer’ (av. 1556, GDLI ; « ant., XVI sec. », Alessio in DEI), fr. déramer ‘arracher ; déchirer ; démembrer ; renverser ; élaguer ; ôter de dessus les branchages (vers à soie)’ (dp. 1e m. xiie siècle, FEW 10, 47a), occit. ⌜deiroma⌝ ‘effeuiller ; déchirer’ (dp. ca 1190/1220, Raynouard ; FEW 10, 47a), agasc. desramar ‘délabrer, ruiner (fig.)’ (ca 1130/1149, Raynouard), esp. derramar ‘répandre ; répartir ; séparer’ (dp. ca 1140, DCECH), port. derramar ‘ébrancher ; répandre’ (dp. xiiie siècle, « *diramāre ou *disramāre », Houaiss [malgré Machado in DELP3, qui opte pour une formation idioromane]).

44 Corominas et Pascual in DCECH posent, au moins pour des données italiennes et espagnoles – en mettant en exergue une séparation sémantique qui ne nous paraît pas justifiée –, un étymon *dīrāmare ‘se bifurquer (branches)’ parallèle à */de-’ram-a-/ ; *dīrāmare aurait par la suite évolué en *dĭsramare > esp. *desramar > esp. derramar. Or on peut faire l’économie de l’étape *dīrāmare > *dĭsramare, phonétiquement aberrante. La piste de Corominas et Pascual nous paraît toutefois féconde, puisqu’elle permet de porter un regard plus informé sur les données françaises et occitanes : tandis que von Wartburg in FEW 10, 51a, n. 44 analysait les formes reposant sur des‑ comme de formation idioromane, la comparaison romane nous incite à les considérer comme héritées.

  • 12  Il existe d’autres données galloromanes, mais von Wartburg hésite entre dis- et de- (FEW 10, 251b)

45(6)  */dɪs‑’ren-a-/. – Protorom */dɪs‑’ren-a/ v.tr. ‘blesser en foulant les lombes’ (REW3 s.v. *dĭsrēnāre), dérivé de protorom. */’ren-e/ s.m. ‘rein’ (REW3 s.v. rēn ; OLD s.v. rēnēs ; cf. aussi */de-’ren-a-/, ci-dessus 3.2.), se déduit d’afr. desrainer v.tr. ‘faire sortir, arracher (les intestins) du ventre’ (agn. ca 1139 [Gaimar], « [kann] einzelsprachlich sein, geh[t] aber, wegen [seiner] weiten verbreitung, zum teil wahrscheinlich ebenfalls noch auf das lt. zurück », von Wartburg in FEW 10, 251b, rēn I 1 b β a’ ; déb. xiiie siècle [derrenee], TL s.v. desrener), occit. (prov., lang., rouerg.) desrenar v.tr./pron. ‘(s’)éreinter’ (dp. ca 1220), gasc. desreá v.tr. ‘éreinter’ (tous les deux FEW 10, 249ab)12 et port. derrear v.tr./pron. « éreinter ; échiner ; esquinter » (dp. xve siècle, DELP3 [qui opte à tort pour une formation idioromane] ; Houaiss : « orig. contrv. ; segundo M. Lübke, lat. *disrenāre, de dis- + ren- [lat. ren, renis « rim »] + -are »).

  • 13  Nous reprenons cette analyse, qui présuppose une assimilation régressive /‑sr‑/ /‑rr‑/, à Menénde (...)

46 Ce dérivé a donné lieu à son tour, moyennant le suffixe */‑ik/ à valeur intensive (Hall, 1983 : 148), à la formation du surdérivé protorom. */dɪs‑’ren-ik-a-/ v.tr. ‘éreinter’ (cf. REW3 s.v. *dĭsrēnāre, où le verbe espagnol est donné par erreur comme un dérivé idioroman), qui peut être reconstruit à partir d’occit. (lang., rouerg., cév.) desrenqua v.tr. ‘meurtrir les reins ; éreinter’, v. pron. ‘se fouler les reins ; se fatiguer au point d’avoir mal aux reins’ (« schein[t] bereits lt. zu sein », von Wartburg in FEW 10, 249a, ren I 1 b α b’) et d’esp. derrengar ‘casser les reins ; éreinter, crever ; tordre’ (dp. 1300 [bestia derrengada], corde [malgré DCECH, qui y voit « lat. vg. *dērēnĭcare »])13.

  • 14  L’amuïssement de /s/ devant /r/ est régulier en languedocien (Ronjat, 1932 : 2 : 194 § 323) ; en l (...)
  • 15  On peut se demander si les verbes espagnol et portugais ne remontent pas plutôt à un protorom. */d (...)
  • 16  Cette analyse repose sur le postulat d’une assimilation /‑sr‑/ /‑rr‑/ : « the final consonant of (...)

47(7) */dɪs‑’rup-a-/. – Protorom. */dɪs‑’rup-a-/ v.intr. ‘se précipiter’ (REW3 *dĭsrūpāre), dérivé de protorom. (ou latin pré-protoroman ?) */’rup-e/ s.f. ‘paroi de rocher’ (REW3 s.v. rūpes ; von Wartburg in FEW 10, 577a, rūpēs ; OLD s.v. rūpēs), se déduit d’it. dirupare v.intr. /pron. ‘tomber d’un rocher’ (dp. 1268 [‘s’ébouler’], occurrences médiévales très majoritairement <‑rr‑>, « lat. mediev. dirupare », Maschi in TLIO ; « cfr. lat. medioev. dīrūpāre [xiii sec., Salimbene], dirrupare [a. 978, Cod. Cajetanus] », Alessio in DEI [malgré DELI2, qui opte pour une formation idioromane]), fr. desrub s.m. ‘torrent ; précipice’ (1e m. xiie siècle – xive siècle [et d’autres dérivés présupposant un verbe *desruber], FEW 10, 577a, rūpēs I 1), afrpr. desrubent ‘pente abrupte’ (3e qu. xiie siècle, FEW 10, 577a), aoccit. ⌜derubant⌝ ‘pente abrupte’ (lim. ca 1130 ; Montauban ca 1210 [2 attestations] ; FEW 10, 577a [analysé par von Wartburg comme issu de ‑)14, esp. derrumbar v.tr. ‘abattre, précipiter’ (dp. 1527/1550, corde ; < *derūpare, Corominas et Pascual in DCECH15), port. derrubar (dp. xiiie siècle [derubar], « *derupare », Houaiss ; « do lat. tardio di[r]rupāre ou de[r]rupāre », Machado in DELP3)16 et de l’emprunt alban. (s)trüp, zdrüp, zdrip v.intr. ‘descendre’ (« wol aus *de‑rūpo », Bugge, 1892 : 187 ; Ø Haarmann, 1972).

484.3. Pour une modélisation de la dérivation en */dis‑/

49Sur la base des sept préfixés protoromans en */dɪs‑/ que nous avons délimités ci-dessus, il s’agira à présent de dégager les particularités de ce patron de dérivation.

50Posons d’abord la question de la productivité : on constate que, comparativement à la dérivation protoromane en */de‑/ (trois formations), celle en
*/dɪs‑/ est d’une rentabilité plus importante.

51Comme dans le cas des dérivés en */de‑/, l’ensemble des formations en */dɪs‑/ relèvent de la classe des verbes, ce qui différencie le protoroman du latin classique, où dis‑ sert à former des adjectifs (à partir d’adjectifs et de substantifs, cf. Leumann 1963 : 253-254). En effet, « verbs compounded with dis‑ […] belong almost exclusively to the sermo plebeius » (Cooper 1895 : 275).

52En ce qui concerne les bases de dérivation sélectionnées, il s’agit pour autant – ou presque – de verbes (protorom. */’dɪgn‑a-/ v.tr. ‘juger digne’, */’ɪeɪun-a-/ v.intr. ‘jeûner’, */’kad-e-/ v.intr. ‘tomber’) que de substantifs (protorom. */’kapit‑e/ s.n. ‘tête’, */’ram‑u/ s.m. ‘branche’, */’ren-e/ s.m. ‘rein’ et */’rup-e/ s.f. ‘paroi de rocher’). Ce résultat est quelque peu étonnant, car la modélisation de Hall (1983 : 152) ne fait état que de formations déverbales, et les continuateurs romans de protorom. */dɪs‑/ servent seulement à créer des verbes déverbaux (Meyer-Lübke, 1894 : 2 : 624-625 § 603). Par ailleurs, on n’oubliera pas que deux des bases concernées (*/’kad-e-/ et */’ren-e/) ont également été à l’origine d’un dérivé protoroman en */de‑/ (cf. ci-dessus 3.2.), et qu’une troisième (*/’ram‑u/) a généré un dérivé latin en de‑ (cf. ci-dessus 2.), ce qui incite à se poser la question d’une éventuelle dépendance à l’intérieur des trois couples : plutôt que de représenter des formations parallèles, l’un des dérivés pourrait être issu par changement de préfixe de l’autre. Une comparaison aréologique et chronologique des formations respectives conduit cependant à écarter cette hypothèse.

53Quant aux propriétés phonologiques des initiales des bases, on note une voyelle (*/ɪ‑/), une occlusive sonore (*/d‑/), une occlusive sourde (*/k‑/) et la latérale */r‑/. Contrairement au latin classique, qui connaît une forte allomorphie pour cet affixe (« l’s peut s’amuïr devant sonore, ainsi dīdō, dīgerō, dīligō, dīmoueō, dīnumerō, dīrigō, dīuellō, se sonoriser en r à l’intervocalique : dirimō, ou s’assimiler : dif‑ferō ; dis‑ ne subsiste clairement que devant p, t, c et devant s », Ernout & Meillet, 1959 s.v. dis‑), le préfixe protoroman se réalise, dans nos exemples, indistinctement sous la forme */dɪs‑/.

54Au niveau sémantique, les idées de séparation (*/dɪs‑’ram‑a-/ v.tr. ‘élaguer’) et d’écartement (*/dɪs‑’ren-a-/ v.tr. ‘blesser en foulant les lombes’) sont clairement présentes. Mais on est étonné de constater que le sémantisme ‘changement d’état’, inconnu en latin, est également représenté : */dɪs‑’kad-e-/ v.intr. ‘tomber dans un état inférieur à celui où l’on était’, */dɪs‑’kapit‑a-/ v.intr. ‘diminuer’ et */dɪs‑’rup-a-/ v.intr. ‘se précipiter’. Nous voyons dans cette dernière valeur une influence sémantique du préfixe */de‑/ (cf. ci-dessus 3.3. et Ernout & Meillet, 1959 s.v. dis‑ : « ‑ et ‑ sont souvent confondus en bas latin »). Le sens ‘(négation)’, plus récent en latin global (cf. Ernout & Meillet, 1959 s.v. dis‑), est actualisé dans */dɪs‑’dɪgn‑a-/ v.tr. ‘juger indigne’ et */dɪs‑’ɪeɪun-a-/ v.intr. ‘rompre le jeûne’. Il s’agit là de la valeur du préfixe dont les langues romanes hériteront : « die Entwicklung von dis- kann in den romanischen Sprachen einfach allgemein als Negierung aufgefaßt werden » (Lüdtke, 1996 : 247). En revanche, notre corpus ne confirme pas le sémantisme ‘intensité’ assigné en général à dis‑ en latin vulgaire (Cooper, 1895 : 275 ; cf. aussi Ernout & Meillet, 1959 s.v. dis‑).

5. Conclusion

55L’objet de cette étude consistait à décrire, selon la méthode comparative, les propriétés de la dérivation en */de-/ et en */dɪs-/ du protoroman. Au-delà des résultats particuliers obtenus pour l’un et l’autre de ces préfixes (cf. ci-dessus 3.3. et 4.3.), on retiendra surtout le fait que la totalité des formations de notre corpus relèvent de la catégorie verbale. Ainsi la dérivation en */de-/ (très partiellement) et en */dɪs-/ (plus clairement) s’insère dans une tendance générale du latin spontané : « the greatest fertility is seen in the department of compound verbs, which form one of the marked characteristics of the sermo plebeius » (Cooper, 1895 : 246).

56Par ce type d’observations, nous espérons avoir apporté une pierre à l’édifice que les linguistes latinistes (cf. Biville, 1998) et romanistes ont à construire ensemble : la morphologie constructionnelle de la variété de langue à l’origine des langues romanes.

57Mais avant d’aborder la question proprement morphologique, il a fallu résoudre un certain nombre de problèmes étymologiques. Cette étape nous a amenée à proposer la suppresssion de dix-huit articles du REW3 : *dēĕxcĭtāre, *dēfalcāre, *delŏcāre, *dēmīcāre, *dēpalantiāre, *dēprōnāre, *dēradīcāre, *dērapīnāre, *dērĭmāre, *dēstiliāre, *dĭsfībŭlāre, *dĭsglabrāre, *dislĕgīre, *dĭsparēscĕre, *dĭsrŏteŏlāre, *dĭssēpĕrāre, *dĭstractĭāre et *dĭsvēlāre.

58Il conviendrait maintenant de tester la modélisation ici proposée en élargissant la base documentaire, notamment par les étymons en ‑ et dis‑ astérisqués proposés en complément du REW3 par Faré, 1972 (ainsi *dēcippāre), par le FEW (comme *desenire) ou encore dans les travaux de Haarmann (1972 : 123 : [*]disquiritare ; 1979 : 139 : [*]dēvetare ; cf. von Wartburg in FEW 14, 358a, vĕtare I et n. 2 et 4).

Haut de page

Bibliographie

ALBRAM = Guillaume, Gabriel ; Chauveau, Jean-Paul (1975-1983). Atlas linguistique et ethnographique de la Bretagne romane, de l’Anjou et du Maine (2 vol. ). Paris : Éditions du CNRS.

Bartoli, Matteo Giulio (1906). Das Dalmatische. Altromanische Sprachreste von Veglia bis Ragusa und ihre Stellung in der apennino-balkanischen Romania (2 vol. ). Vienne: Hölder.

Benincà, Paola (1989). « Friulano. Evoluzione della grammatica». Dans Holtus, Günter; Metzeltin, Michael; Schmitt, Christian (eds.). Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL). vol. III: p. 563-585. Tübingen: Niemeyer.

Bernardi, Rut et al. (1994). Handwörterbuch des Rätoromanischen. Wortschatz aller Schriftsprachen, einschliesslich Rumantsch Grischun, mit Angaben zur Verbreitung und Herkunft (3 vol. ). Zurich : Offizin.

Biville, Frédérique (1998). ‘Qvi vvlgo dicitvr…’ Formes ‘vulgaires’ de la création lexicale en latin. Dans Callebat, Louis (ed.), Latin vulgaire – latin tardif IV. Actes du 4e colloque international sur le latin vulgaire et tardif. Caen, 2-5 septembre 1994. p. 193-203. Hildesheim-Zurich-New York : Olms-Weidmann.

Buchi, Éva ; Schweickard, Wolfgang (2008). Le Dictionnaire Étymologique Roman (DÉRom) : en guise de faire-part de naissance. Lexicographica. International Annual for Lexicography 24 : p. 351-357.

Buchi, Éva ; Schweickard, Wolfgang (2009). Romanistique et étymologie du fonds lexical héréditaire : du REW au DÉRom (Dictionnaire Étymologique Roman). Dans Alén Garabato Carmen et al. (eds.). La Romanistique dans tous ses états, Paris, L’Harmattan : p. 97-110.

Bugge, Sophus (1892). Beiträge zur etymologischen erläuterung der albanesischen sprache. Beiträge zur Kunde der indogermanischen Sprachen 18 : p. 161-201.

Byhan, Arthur (1899). Istrorumänisches Glossar. Jahresbericht des Instituts für rumänische Sprache 6 : p. 174-396.

Capidan, Theodor (1935). Meglenoromânii. II. Dicţionar meglenoromân. Bucarest: Cartea Românească.

Chambon, Jean-Pierre (2007). Remarques sur la grammaire comparée-reconstruction en linguistique romane (situation, perspectives). Mémoires de la Société de linguistique de Paris 15 : p. 57-72.

Chambon, Jean-Pierre (à paraître). Pratique étymologique en domaine (gallo-)roman et grammaire comparée-reconstruction. À propos du traitement des mots héréditaires dans le TLF et le FEW. Dans [volume de mélanges en l’honneur d’un collègue].

Cioranescu, Alejandro (1966). Diccionario etimológico rumano. Tenerife : Universidad de la Laguna.

Cooper, Frederic Taber (1975 [1895]). Word Formation in the Roman Sermo Plebeius. Hildesheim-New York : Olms.

CORDE = Real Academia Española (2002). Corpus Diacrónico del Español (CORDE). Madrid : Real Academia Española. Site Internet. http://corpus.rae.es/cordenet.html.

Coromines, Joan (1991). El parlar de la Vall d’Aran. Gramàtica, diccionari i estudis lexicals sobre el gascó. Barcelone : Curial.

DCECH = Corominas, Joan ; Pascual, José Antonio (1980-1991). Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico (6 vol. ). Madrid : Gredos.

DECaT = coromines (Joan), 1980-2001. Diccionari etimológie i complementari de la llengua catalana (10 vol. ). Barcelone : Curial.

DEI= Battisti, Carlo; Alessio, Giovanni (1950-1957). Dizionario etimológico italiano (5 vol. ). Florence: Barbèra.

DELI2= Cortelazzo, Manlio; Zolli, Paolo (19992 [1979-19881]). Dizionario etimológico della lingua italiana. Bologne: Zanichelli.

DELP3= Machado, José Pedro (19773 [19521]). Dicionário etimológico da língua portuguesa (5 vol. ). Lisbonne : Horizonte.

DÉRom = Buchi, Éva & Schweickard, Wolfgang (eds.) (2008). Dictionnaire Étymologique Roman (DÉRom). Nancy : ATILF. Site internet http://www.atilf.fr/DERom.

DES = Wagner, Max Leopold (1960-1964). Dizionario etimológico sardo (3 vol. ). Heidelberg : Winter.

DESF = Zamboni, Alberto et al. (1984-1987). Dizionario etimológico storico friulano (2 vol. ). Udine: Casamassima.

DEX2= Academia Română (19962 [19751]). Dicţionarul explicativ al limbii române (DEX). Bucarest: Univers enciclopedic.

DLR= Academia Republicii Populare Române/Academia Republicii Socialiste România (1965-). Dicţionarul limbii române (DLR) : serie noua. Bucarest : EARSR/Editura Academiei Române.

Duraffour, Antonin (1929). Compte rendu FEW 3, 1-198. Revue des langues romanes 66 : 452-461.

Eichenhofer, Wolfgang (1999). Historische Lautlehre des Bündnerromanischen. Tübingen-Bâle : Francke.

Elmendorf, John V. (1951). An Etymological Dictionary of the Dalmatian Dialect of Veglia (thèse University of North Carolina). Chapel Hill : University of North Carolina.

Ernout, Alfred ; Meillet, Antoine (19594 [19321]). Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots. Paris : Klincksieck.

EWD = Kramer, Johannes (ed.) (1988-1998). Etymologisches Wörterbuch des Dolomitenladinischen (8 vol. ). Hambourg : Buske.

Faré, Paolo A. (1972). Postille italiane al « Romanisches Etymologisches Wörterbuch» di W. Meyer-Lübke. Comprendenti le « Postille italiane e ladine» di Carlo Salvioni. Milan : Istituto Lombardo di Scienze e Lettere.

FEW = Wartburg, Walther von et al. (1922-2002). Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes (25 vol. ). Bonn-Heidelberg-Leipzig-Berlin-Bâle: Klopp-Winter-Teubner-Zbinden.

Fischer, Iancu (1989). Roumain. Formation des mots. Dans Holtus, Günter; Metzeltin, Michael; Schmitt, Christian (eds.), Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL). vol. III . p. 33-55. Tübingen: Niemeyer.

Fox, Anthony (1995). Linguistic Reconstruction. An Introduction to Theory and Method. Oxford : Oxford University Press.

GDLI = Battaglia, Salvatore (1961-2004). Grande dizionario della lingua italiana (21 vol. + suppl.). Turin : UTET.

GPSR = Gauchat, Louis ; Jeanjaquet, Jules ; Tappolet, Ernest et al. (1924). Glossaire des patois de la Suisse romande. Neuchâtel-Paris : Attinger.

Graur, Alexandru (1937). Corrections roumaines au REW. Bulletin linguistique 5 : p. 80-124.

Haarmann, Harald (1972). Der lateinische Lehnwortschatz im Albanischen. Hambourg : Buske.

Haarmann, Harald (1979). Der lateinische Einfluß in den Interferenzzonen am Rande der Romania. Vergleichende Studien zur Sprachkontaktforschung. Hambourg : Buske.

Hall, Robert A., Jr. (1983). Proto-Romance Morphology. Amsterdam-Philadelphie : Benjamins.

Houaiss, Antônio ; Villar, Mauro de Salles (2001). Dicionário Houaiss da língua portuguesa. Rio de Janeiro: Objetiva.

Iliescu, Maria (2008 [1958]). Lat. Disculcius. Dans Miscellanea Romanica (1956-2007). p. 23. Cluj-Napoca : Clusium & Scriptor.

LEI = Pfister, Max ; Schweickard, Wolfgang) (sous la dir. de) (1979). Lessico etimologico italiano. Wiesbaden : Reichert.

Leumann, Manu (1963). Lateinische Laut- und Formenlehre. Munich : Beck.

Lüdtke, Jens (1996). Gemeinromanische Tendenzen IV. Wortbildungslehre. Dans Holtus, Günter; Metzeltin, Michael; Schmitt, Christian (eds.). Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL) II/1. p. 235-272. Tübingen: Niemeyer.

Menéndez Pidal, Ramón (199221 [19041]). Manual de gramática histórica española. Madrid: Espasa-Calpe.

Meyer-Lübke, Wilhelm (1890-1902). Grammatik der Romanischen Sprachen (4 vol. ). Leipzig: Fues.

Moll, Francesc de B. (1928-1931). Suplement català al « Romanisches Etymologisches Wörterbuch». Barcelone : Biblioteca Balmes.

OLD = Glare, P. G. W. (ed.) (1968-1982). Oxford Latin Dictionary. Oxford : Clarendon.

Papahagi, Tache (19742 [19631]). Dicţionarul dialectului aromân, general şi etimologic. Bucarest : EARSR.

Pascu, Giorge (1925). Dictionnaire étymologique macédoroumain (2 vol. ). Iaşi : Cultura Naţională.

Philippide, Alexandru (1907). Rumänische Etymologien. Zeitschrift für romanische Philologie 31 : p. 282-309.

Popovici, Victoria (1992). Derivat sau moştenit ? O problemă a lingvisticii romanice. Studii şi cercetări lingvistice 43 : 71-79.

Raynouard =Raynouard, François-Just-Marie (1836-1844). Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours (6 vol. ). Paris : Silvestre.

REW3 = Meyer-Lübke, Wilhelm (1930-19353 [1911-19201]). Romanisches Etymologisches Wörterbuch. Heidelberg : Winter.

Rohlfs, Gerhard (1966-1969). Grammatica storica della lingua italiana e dei suoi dialetti (3 vol. ). Turin : Einaudi.

Ronjat, Jules (1980 [1930-1941]). Grammaire historique des parlers provençaux modernes (4 vol. ). Genève : Slatkine.

Tiktin3 = Tiktin, Hariton ; Miron, Paul ; Lüder, Elsa (2001-20053 [1903-19251]). Rumänisch-deutsches Wörterbuch (3 vol. ). Wiesbaden : Harrassowitz.

TL = Tobler, Adolf ; Lommatzsch, Erhard (1925-2002). Altfranzösisches Wörterbuch (11 vol. ). Berlin-Wiesbaden-Stuttgart : Weidmann-Steiner.

TLF = Imbs, Paul ; quemaoa, Bernard (dir.), 1971-1994. Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècle (1789-1969) (16 vol. ), Paris, Éditions du CNRS/Gallimard.

TLIO = Beltrami, Pietro G. (sous la dir. de) (1998-). Tesoro della Lingua Italiana delle Origini. Florence : CNR/Accademia della Crusca : site internet (http://tlio.ovi.cnr.it/TLIO).

TLL = 1900-. Thesaurus linguae latinae. Leipzig : Teubner.

Väänänen, Veikko (19813 [19631]). Introduction au latin vulgaire. Paris : Klincksieck.

Vayssier, Aimé (1879). Dictionnaire patois-français du département de l’Aveyron. Rodez : Carrère.

wagner, Max Leoplod (1984), fonetica storica del sardo. Congliari  = Gianni Trois.

Williams, Edwin Bucher (19622 [19381]). From Latin to Portuguese. Historical Phonology and Morphology of the Portuguese Language. Philadelphie : University of Pennsylvania Press.

Haut de page

Notes

1  Nos plus vifs remerciements s’adressent à Jean-Paul Chauveau, à qui nous devons plusieurs suggestions pertinentes, et en particulier l’étymologie d’occit. desteilla (cf. ci-dessous 3.1. s.v. *dēstiliāre), ainsi qu’à Yan Greub, qui nous a fait part de remarques très stimulantes sur une première version du texte.

2  Pour ce néologisme, cf. Buchi & Schweickard, 2009 : 101.

3  TLIO : desedandosi, desedare, desedarlo, desedate, desedatevi, desedati, desedò, desedoe, desedosse, desiao, dessean, dessedare, dessedati, desseò.

4  TLIO : deseao, dessià, dessiay, desta, destai, destami, destammo, destan, destando, destandola, destandoli, destandolo, destandos’, destandosi, destane, destano, destar, destarà, destare, destarebbe, destarla, destarli, destarlo, destaro, destaron, destarono, destarsi, destarte, destarvi, destase, destasi, destasse, destassero, destassono, destaste, destata, destatami, destatasi, destate, destatevi, destati, destato, destatolo, destatosi, destava, destavano, deste, desterà, desterae, desterai, desteram, desteranno, desteriasi, desterò, desti, destiamo, destianci, destiate, destici, destino, destisi, desto, destò, destoe, destòe, destollo, destòllo, destòmmi, destorono, dèstosi, destossi, destòssi, dexeá, dexeao, dexedhar, dextò, disidare.

5  « *derĭmare est impossible ; dărîma vient soit de deramare, soit de *derīmare » (Graur, 1937 : 95)

6  Dacoroum. (Banat) a ateia v.tr. ‘endimancher, pomponner’ (« vielleicht », FEW 3, 55b) doit en être séparé ; il est d’origine inconnue (cf. Cioranescu, 1966).

7  Pour un parallèle sémantique, cf. hbret. [pOmd dgu] s.m.pl. ‘pommes tombées de l’arbre’ (ALBRAM 314), à rattacher au type de fr. dégout s.m. ‘action de dégoutter ; ce qui dégoutte’ (von Wartburg in FEW 4, 348a, gŭtta I 1 c β).

8  Cf. aussi afr. desteler v.intr. ‘se détacher et tomber (fruit)’ (1176 [Chrétien de Troyes], von Wartburg, 1958 in FEW 9, 473a, prōtēlum I 2 a, avec la note 16 : « Könnte auch zu destillare gehören. Für die bed. vgl. die ebenso aus der Champagne stammende ablt. dételée [dérivé non retrouvé par nous] ») et lorr. ⌜talée⌝et stalâye s.f. ‘fruits que le vent a fait tomber’ (von Wartburg, 1963 in FEW 17, 304ab et 305a, *talōn).

9  En revanche, contrairement à ce qui est affirmé par REW3 et FEW, sard. dimanare est un italianisme (« certamente non è indigeno », Wagner in DES).

10  En réalité, les formes françaises en <des‑> sont trop rares et trop tardives pour pouvoir être héritées (cf. von Wartburg in FEW 2, 28ab, cadĕre I 3).

11  Cf. aussi alb. diktoj v.tr. ‘découvrir’ (< « discaptare », Haarmann, 1972 : 122) ?

12  Il existe d’autres données galloromanes, mais von Wartburg hésite entre dis- et de- (FEW 10, 251b).

13  Nous reprenons cette analyse, qui présuppose une assimilation régressive /‑sr‑/ > /‑rr‑/, à Menéndez Pidal (1992 : 74 § 24 : « en el caso en que haya dos protónicas internas se pierde la más próxima al acento : […] *disrēnĭcare [de renes] derrengar »).

14  L’amuïssement de /s/ devant /r/ est régulier en languedocien (Ronjat, 1932 : 2 : 194 § 323) ; en limousin, il pourrait s’agir d’une analogie avec /s/ > /j/ (> Ø) devant occlusive sourde ou /tS/ (Ronjat, 1932 : 2 : 195 § 324).

15  On peut se demander si les verbes espagnol et portugais ne remontent pas plutôt à un protorom. */de‑'rup‑a-/, même si l’argumentation sémantique du DCECH ne nous paraît pas convaincante.

16  Cette analyse repose sur le postulat d’une assimilation /‑sr‑/ > /‑rr‑/ : « the final consonant of a prefix was assimilated to the initial consonant of the word to which it was attached [en protoroman ou en ancien portugais ?] » (Williams, 1962 : 76 § 85 ). Cf. aussi Williams, 1962 : 105 § 109 [« assimilation of adjacent consonants » : pas d’exemple /‑sr‑/ > /‑rr‑/, mais /‑nr‑/ > /‑rr‑] et 25 § 30 [« intervocalic rr and intervocalic ss are the only double intervocalic letters which represent sounds different from the single intervocalic letter »]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éva Buchi, « La dérivation en */de-/ et en */dis-/ en protoroman. Contribution à la morphologie constructionnelle de l’ancêtre commun des langues romanes », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 38 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rlv.revues.org/1793 ; DOI : 10.4000/rlv.1793

Haut de page

Auteur

Éva Buchi

UMR 7118 ATILF (CNRS & Nancy-Université)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page