Navigation – Plan du site

Numéro 36 à paraître en octobre

Présentation

Ce volume contient six articles, dont cinq illustrent, défendent ou critiquent, à partir de domaines différents de la linguistique, un tournant majeur opéré depuis une vingtaine d'années dans certains secteurs des sciences du langage en réaction avec la pensée chomskyenne. Selon ces nouvelles approches, la source des régularités langagières serait à trouver non plus dans des principes constitutifs d'une "grammaire universelle" sous-tendant la faculté de langage, mais dans les données linguistiques elles-mêmes, dont le linguiste doit chercher les modélisations adéquates. Les domaines représentés dans ce volume vont de l'épistémologie de la linguistique à la syntaxe computationnelle en passant par la phonologie et la linguistique historique.

The last ten years have seen an increasing interest on largely inductive approaches to the data throughout the domains of linguistics: laboratory phonology, output-based models such as Optimality theory, computational semantics, and, more generally, typology and corpus linguistics.

This volume of RLV should provide a sample of such approaches, help define the outlines of what constitutes a general trend in research rather than a specific theoretical framework, and propose a critical assessment of their contribution to contemporary linguistics.

Cette dernière décennie a connu l’essor d’approches privilégiant des traitements largement inductifs des données dans tous les domaines de la linguistique: phonologie de laboratoire, théories optimalistes output-oriented, sémantique(s) computationnelle(s) et, plus généralement, typologie, linguistique(s) de corpus.

Ce numéro de RLV devrait à la fois fournir un échantillon de ces approches, contribuer à définir les lignes de force de ce qui demeure une mouvance plus qu’un corps de doctrine achevé, dresser enfin un bilan critique de leur apport à la linguistique contemporaine.

Sommaire

Introduction

John Goldsmith

Towards a new empiricism

I offer a case for empiricism in the scientific treatment of language. By this, I mean an approach to scientific analysis which is quantitative, which seeks to provide a scientific account of linguistic data in the world, and which does not assume that linguistics is a science about the biological structure of the human brain. I offer a specific and explicit way to do with, based on algorithmic complexity and probabilistic grammars, and suggest that this approach is actually quite similar to the original formulation of generative grammar as formulated in the Logical Structure of Linguistic Theory.

Key-words: empiricism, algorithmic complexity, probabilistic grammar.

On abordera la pertinence et les avantages d'une approche néoempiriste pour la linguistique contemporaine qui rend compte des propriétés quantitatives d'un ensemble de données linguistiques. Le défi important pour une telle interprétation est de répondre à la question suivante: si la linguistique est une science, quel est son objet d'étude dans le monde réel? Nous offrons une réponse à cette question basée sur les notions de complexité algorithmique et de grammaire probabiliste.

Mots-clés : empirisme, complexité algorithmique, grammaires probabilistes.

Joaquim Brandão de Carvalho et Sophie Wauquier

Approches inductives et théorie phonologique : vrais et faux problèmes

Cet article traite de l’intérêt théorique des approches usage-based de la phonologie qui substituent aux représentations autonomes, symboliques et invariantes un listage d’“exemplaires” encodant la variation à partir du calcul probabiliste opéré sur les données jusqu’à un niveau de “détail phonétique fin”. Il montre que l’apport de ces modèles inductifs se situe essentiellement dans un registre psycholinguistique, où ils permettent une meilleure modélisation de certains phénomènes de traitement. Au regard de la phonologie, ces approches, de par leur point de vue fondamentalement anti-SPE, conduisent, au mieux, à une reformulation inavouée de concepts structuralistes ; au pire, elles reproduisent les apories théoriques d’une conception linéaire des représentations qu’elles critiquent par ailleurs.

Mots-clés: phonologie, modèles à exemplaires, fréquence, variation

In this paper, we attempt to evaluate the contribution of usage-based models to phonological theory. Is there any advantage to replacing the autonomous, symbolic and invariant representations assumed by phonological theory with stochastic storage of “exemplars” encoding any phonetic variation and “fine phonetic detail”? Though exemplar models contribute to a better comprehension of some psycholinguistic issues, their theoretical contribution is much less relevant for phonology proper. At best, their radical opposition to SPE-based views leads them to unavowed reformulations of previous structuralist concepts; at worst, they perpetuate some aporias from the linear views of phonology they reject nevertheless.

Keywords: phonology, exemplar theory, frequency, variation

Jean-Elie Boltanski,

Masks : OT and the question of opacity

To account for opacity within the framework of optimality theory, two solutions have been offered in the recent literature. "Sympathy theory" and the theory of "disparate correspondences". Here it is suggested that both of these approaches are inadequate. We then seem to be back to our original problem: OT, viz OT-without-sympathy or without-disparate-correspondences, cannot cope with the pervasive phenomenon of opacity. This phenomenon itself, which a serialist approach can express easily in its algorithmic format, is further suggested to be a fundamental trait of language. The yet unresolved challenge is to reconcile this fact with the basic insight of OT, viz its emphasis on conflict and conflict resolution, so as to give a realistic account of our competence.

Key-words: Opacity, Sympathy, Disparate correspondences, eval1, eval2, Yokuts challenge, Turkish puzzle.

Pour tenter de résoudre le problème de l’opacité, tout en restant à l’intérieur du cadre optimaliste, deux solutions sont aujourd’hui proposées : la "théorie de la sympathie" et la "théorie des correspondances disparates". On soutient ici qu’elles sont, l’une et l’autre, inadéquates. S’il en est ainsi, nous voici ramenés à la case départ : OT (classique) n’est pas en mesure de rendre compte des phénomènes d’opacité, pourtant si fréquemment attestés et qu’une approche sérialiste n’a aucune peine à traiter dans son format algorithmique. La question demeure donc entière : y a-t-il un moyen de sortir de cette impasse, tout en préservant les intuitions fondamentales d’OT, c’est-à-dire les notions de conflit et de résolution de conflit ?

Mots-clés : Opacité, Sympathie, Correspondances disparates, eval1, eval2, Défi yokuts, Enigme turque.

Mario Barra Jover

S'il ne restait que l'induction : corpus, hypothèses diachroniques et la nature de la description grammaticale

L’énoncé : « la séquence X appartient à la langue Y » pose, faute de locuteurs compétents, de nombreuses difficultés lorsqu’il s’agit d’interpréter les données obtenues grâce à l’analyse d’un corpus diachronique. Dans cet article, ces difficultés sont formulées comme une conséquence du problème de Hume : il n’existe jamais, d’un point de vue diachronique, la certitude logique qu’une occurrence (un énoncé « historique ») puisse être promue au rang de représentation d’un nombre potentiellement infini d’occurrences identiques. Une fois que les différents versants du problème de la représentativité ont été exposés, nous procédons à une présentation des solutions envisageables : hypertexte informatique, restriction de la portée de nos hypothèses à des traditions discursives, démarches justificationnistes ancrées dans des programmes de recherche indépendants de la recherche diachronique, projection des situations actuelles. Est proposée pour finir une solution méthodologique qui se borne à répondre à la question « quelles conditions un locuteur X doit-il remplir pour produire la séquence Y ? », à formuler des conditionnels du type « si X produit B (innovation triviale) il doit produire A (innovation non triviale) » et à les tester sur des idiolectes. Cette méthodologie a, d’ailleurs, des conséquences sur notre conception de la nature de la description grammaticale.

Mots-clés : corpus, représentativité, innovation triviale et non triviale, occurrence, représentation

For lack of native speakers, diachronical corpora make it difficult to decide whether a given sequence (Σ) belongs to a given language (L). In this paper, the difficulties involved will be phrased in terms of Hume’s problem : we can never be logically certain that a random instance can be regarded as representative of a potentially infinite set of identical instances. After having reviewed various aspects of this problem, we shall discuss some possible solutions : computerised hypertext, discursive traditions, justificationist approaches  underlying research programs independent from diachronical research, projection of our knowledge of modern languages to historical issues. I propose one methodological solution which reduces the scope of our research to the following question : « what conditions must a speaker S satisfy when (s)he produces Σ » ? Such a question can be reformulated as a conditional statement :  « if S produces Β (a trivial innovation), it must also be the case that S produces A (a non-trivial innovation) », which must be tested at an idiolectal level. The proposed methodology could have some bearing on our idea of the nature of grammatical description.

Keywords: corpora, representativeness, trivial and non trivial innovation, instance, representation

Denis Bechet, Roberto Bonato, Alexandre Dikovsky,

Annie Foret, Yannick Le Nir, Erwan Moreau,

Christian Rétoré et Isabelle Tellier

Modèles algorithmiques de l'acquisition de la syntaxe : concepts et méthodes, résultats et problèmes

Dans cet article, nous présentons nos résultats récents concernant l'apprentissage de la syntaxe des langues naturelles, en adoptant le point de vue de l'inférence grammaticale symbolique. L'objectif est d'identifier à partir d'exemples, dans une classe de grammaires connue à l'avance, une grammaire particulière qui engendre les dits exemples. Le modèle de Gold fixe les conditions et le critère de réussite d'une telle entreprise : quand un algorithme produisant une grammaire candidate existe-t-il ? quelle structure doivent contenir les exemples : suites de mots, suites de mots étiquetés, arbres d'analyse ? D'un point de vue théorique, nos résultats établissent l'apprenabilité ou la non-apprenabilité de certaines classes de grammaires catégorielles. En pratique, nos résultats permettent aussi d'acquérir automatiquement des ressources syntaxiques à partir de données réelles. Au final, nous discutons de l'intérêt de cette approche pour modéliser l'acquisition de leur langue naturelle par les enfants ainsi que pour construire automatiquement des grammaires électroniques à partir de corpus.

Mots-clés: acquisition syntaxique, inférence grammaticale, grammaires catégorielles, modèle de Gold, ressources syntaxiques.

In this paper, we present our recent results on the acquistion of the syntax of natural languages, from the point of view of the theory of grammatical inference. Given a class of possible grammars, the objective is to identify, from a set of positive examples, a grammar in the class which produces the examples. The Gold model formalises the learning process and gives stringent criteria of its success: when does there exist an algorithm producing a target grammar ? what kind of structure should the examples have (strings of words, strings of tagged words, trees) ? From a theoretical point of view, our results establish the learnability or the unlearnability of various classes of categorial grammars. From a practical perspective, these results enable the extraction of syntactic information from real data. Finally, we discuss the interest of this approach for modelling child language acquisition and for automated induction of grammars from corpora.

Key-words: syntax learning, grammatical inference, categorial grammars, Gold's model, syntactical resources.

Article hors thème

Martin Haiden

Sous-spécification et projection argumentale dans le Theta System

Cet article examine la sémantique lexicale et la structure argumentale syntaxique de certains verbes non causatifs de l’allemand qui assignent un rôle « affecté » à leur argument externe. Ces verbes posent un sérieux problème aux théories de la projection argumentale qui se fondent principalement sur la notion de causalité. Dans cet article, je propose une version légèrement modifiée du Theta System de Reinhart (2000, 2002), et je mets en évidence que, dans ce cadre, les verbes problématiques de l’allemand peuvent être analysés de façon simple. La théorie proposée s’applique également aux verbes monadiques, qui requièrent un traitement spécifique dans Reinhart (2002). Afin d’illustrer ce point, j’examine les verbes inergatifs d’émission de l’anglais.

Mots-clés : projection argumentale, inaccusativité, Theta System, allemand, anglais

This article examines the lexical semantics and syntactic argument structure of certain non-causative German verbs that assign an affected role to an external argument. This behavior constitutes a serious problem for theories of argument projection that rely primarily on the notion of causality. The article proposes a slightly modified version of Reinhart’s (2000, 2002) Theta System that offers a straightforward account of the problematic German verbs. The proposed theory furthermore extends to monadic verbs, which required specific assumptions in Reinhart (2002). English unergative verbs of emission are discussed as an example.

Keywords: argument projection, unaccusativity, Theta System, German, English