Navigation – Plan du site

Low IP area and left periphery in Mandarin Chinese

Waltraud Paul
p. 111-134

Résumés

L’hypothèse de Belletti (2003), selon laquelle l’architecture fonctionnelle à l’intérieur d’IP reflète celle au-dessus d’IP, est examinée pour le mandarin. Tandis que le parallélisme entre CP et la partie basse d’IP se trouve confirmé, la hiérarchie obtenue pour le mandarin, ‘CP (force) > TopP > FocusP ‘même’ > IP > TopP interne > FocusP ‘même’ > vP’, ne correspond que partiellement à celle proposée par Rizzi (1997, 2002) et Belletti (2003), surtout en ce qui concerne l’ordre relatif entre topique et focus. En effet, en mandarin un TopP au-dessous de FocusP est exclu aussi bien dans CP que dans IP et il n’y a pas non plus de ModP dans la périphérie gauche, projection introduite par Rizzi (2002) pour abriter des adverbes déplacés. Ces différences s’expliquent partiellement par l’idée reçue que le topique véhicule toujours de l’ancienne information, idée clairement infirmée par le mandarin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Waltraud Paul, « Low IP area and left periphery in Mandarin Chinese », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 33 | 2005, mis en ligne le 16 septembre 2005, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rlv.revues.org/1303 ; DOI : 10.4000/rlv.1303

Haut de page

Auteur

Waltraud Paul

CRLAO, EHESS-CNRS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page