Navigation – Plan du site

The syntactic distribution of factive complements

Javier Ormazabal
p. 91-110

Résumés

Cet article analyse l’observation de Kiparsky et Kiparsky (1970), selon laquelle il existe une corrélation profonde entre la syntaxe et la sémantique des compléments factifs à la lumière d’un large ensemble de phénomènes déjà connus et nouveaux: l’incompatibilité des compléments à marquage de cas exceptionnel et sans complémenteur that avec les prédicats factifs, les effets d’îlots faibles, l’incompatibilité des compléments purement propositionnels avec les verbes contenant des préfixes aspectuels (RE-, DIS-), les restrictions sur la concordance des temps dans les contextes propositionnels. Je propose qu’il existe une différence structurale entre compléments propositionnels et factifs relative à la position syntaxique qu’ils occupent, différence qui rend compte des phénomènes syntaxiques discutés ici, et qui fournit en même temps une base solide pour l’expression de la différence sémantique – présence vs absence d’une présupposition – entre les types de compléments: les compléments factifs apparaissent, en FL, à l’extérieur de VP, tandis que les compléments propositionnels doivent occuper leur position «de base» à l’intérieur de VP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Ormazabal, « The syntactic distribution of factive complements », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 33 | 2005, mis en ligne le 16 septembre 2005, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rlv.revues.org/1284 ; DOI : 10.4000/rlv.1284

Haut de page

Auteur

Javier Ormazabal

University of the Basque Country (EHU),Basque Center for Language Research (LEHIA)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page