Navigation – Plan du site

Aspects de l’alternance schwa-zéro à la lumière de “CVCV”

Tobias Scheer
p. 87-114

Résumés

Le présent article discute la distribution des groupes consonantiques adjacents à schwa en français métropolitain. L’étude porte sur l’influence qu’ont ces groupes sur la possibilité d’omettre schwa. Celui-ci peut chuter chez au moins un sous-ensemble des locuteurs s’il est suivi d’une séquence à sonorité croissante (« le søcret ») ou si une entrave le précède (« marguørite »). En revanche, schwa est obligatoirement réalisé lorsqu’il est précédé d’une Attaque branchante (« *vendrødi ») (le français ne connaît pas d’entraves suivant schwa). Cet état de fait remet en question des analyses formulées dans le cadre de la Phonologie de Gouvernement. Notamment, les généralisations pivot « le Gouvernement Propre ne peut enjamber des domaines de gouvernement » et « toute tête de domaine de gouvernement non-nucléaire doit être licenciée » s’en trouvent falsifiées. Au vu d’autres alternances voyelle-zéro dans diverses langues génétiquement non-apparentées, il apparaît néanmoins qu’une analyse unifiée incluant le français est souhaitable. Une proposition faite dans Lowenstamm (1996) se révèle fructueuse à cet égard. La structure syllabique s’y résume à une consécution stricte d’Attaques non-branchantes et de Noyaux non-branchants. Il est montré que ce modèle « CVCV » accompagné d’une théorie de l’interaction entre consonnes peut fournir une analyse unifiée des cas de figure « marguørite » et « søcret ». Du reste, l’agrammaticalité de « *vendrødi » en est une conséquence naturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tobias Scheer, « Aspects de l’alternance schwa-zéro à la lumière de “CVCV” », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 28 | 1999, mis en ligne le 09 septembre 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rlv.revues.org/1215 ; DOI : 10.4000/rlv.1215

Haut de page

Auteur

Tobias Scheer

Université de Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page