Navigation – Plan du site

Linéarité et consonnes latentes

Patrick Sauzet
p. 59-86

Résumés

Soit l’hypothèse que la linéarité n’est pas constatée et utilisée, mais bien construite par la syllabation dans les morphèmes, à partir d’une accessibilité différenciée des segments. D’une part cela permet de poser que la phonologie produit aussi pour partie l’ordre des morphèmes, et se trouve ainsi à l’origine de la morphologie et du mot. D’autre part cela autorise à poser, de manière dérivée ou lexicale, des morphèmes dont le contenu phonique est plus connexe qu’une concaténation ou, inversement, dont le contenu phonique est discontinu. Utilisant cette dernière possibilité, on caractérisera la déficience des consonnes latentes du français, non comme un flottement (statut plus problématique qu’il ne semble), mais comme une dissociation. Une telle analyse permet d’envisager, outre la latence constante (« petit, petit-t-ami, petitesse »), la latence variable (« grand, grande, grand-t-ami », « vert, verte, verdure »), ainsi que d’autres faits de supplétisme (« beau, bel ») et de variabilité finale (« sec, sèche »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Sauzet, « Linéarité et consonnes latentes », Recherches linguistiques de Vincennes [En ligne], 28 | 1999, mis en ligne le 09 septembre 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rlv.revues.org/1214 ; DOI : 10.4000/rlv.1214

Haut de page

Auteur

Patrick Sauzet

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Vincennes

Haut de page